Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intimidation n'a pas payé
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 05 - 2019

Les mesures prises par la police pour tenter de casser la mobilisation du 14ème acte de protesta n'ont pu venir à bout de la détermination citoyenne qui s'est encore exprimée de manière formidable et très pacifique ce vendredi.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Tout avait pourtant été mis en place pour dissuader, intimider, faire peur à tous ces Algériens désireux de recouvrer leur dignité. Une scène qui s'est d'ailleurs produite hier aux abords des escaliers de la Grande-Poste pourrait résumer à elle seule la situation.
Un CRS visiblement excédé laisse échapper une phrase très révélatrice : «D'où tirent-ils toute cette énergie ?» interroge-t-il à voix haute ses collègues mobilisés en très grand nombre pour la circonstance. Il ignore visiblement que sa voix a porté. Une jeune fille lui répond : «De notre détermination, si vous ne l'avez pas encore compris, ce mouvement est parti pour ne plus s'arrêter.» La démonstration a eu lieu sur le terrain, un 19 ème jour de Ramadhan caniculaire.
Cette journée semblait avoir très mal démarré. Très tôt, dans la matinée, une intention manifeste d'empêcher le déroulement de la traditionnelle manifestation du vendredi se fait ressentir. Il est 9h passées. Des camions de la gendarmerie sont stationnés depuis un moment déjà à la sortie des Bananiers. Les éléments de la GN sont à l'intérieur des véhicules. Leur présence semble simplement dissuasive. Non loin de là, un barrage fixe de la police exécute des ordres reçus : il filtre les véhicules, retient les bus, ordonne aux chauffeurs de garer sur le côté et retire systématiquement les drapeaux que portent plusieurs passagers. Il faut attendre un long moment avant de pouvoir passer.
La Grande-Poste apparaît au bout de quelques kilomètres. Le lieu emblématique de la protesta est sous occupation policière. Quinze camions anti-émeutes ont été mis en place pour empêcher tout accès aux célèbres escaliers. Un long cordon de CRS protège les véhicules. Un important nombre de policiers patrouille à pied. Des groupes de citoyens, sans doute alertés par les messages alarmants qui circulent sur les réseaux sociaux, arrivent sur place. Ils sont systématiquement interpellés, les emblèmes, national et amazigh, confisqués. La police fait aussi la chasse à tous ceux ou celles qui tentent de prendre des photos ou filmer les scènes incroyables qui se déroulent à ce moment.
Les photographes et journalistes sont sous haute surveillance. La carte et les ordres de mission sont exigés. Au cours de la journée, la Chaîne 3 annoncera que plusieurs journalistes se sont vu confisquer leur matériel.
Dans un post sur Facebook, le RCD dénonce déjà l'interpellation de citoyens portant des affiches, d'élus et de députés. Au centre-ville, des témoins oculaires affirment que plusieurs personnes drapées des emblèmes nationaux ont été «embarquées» par des policiers qui patrouillaient à bord de véhicules. Pour ce parti, «Gaïd Salah exécute l'état de siège sur Alger annoncé dans son discours».
Les renforts de police ne cessent d'affluer vers le centre-ville. Vers 10h45, les femmes policières sont aussi très présentes, une première depuis le début des évènements. Une grande tension règne sur les lieux, mais la nervosité est davantage perceptible chez les forces de l'ordre. A 11h, Alger est littéralement quadrillée. Des éléments des services de sécurité ont également investi la station de Tafourah.
Les manifestants arrivés par bus sont cueillis à leur descente des véhicules. Toutes les pancartes sont confisquées. L'association RAJ dénonce à son tour «une descente policière sur Alger». Les patrouilles ne se limitent pas au centre-ville. Au Télémly, aux abords du palais du Gouvernement, à la descente d'El-Biar où la présence policière est également très présente, tout ce qui ressemble à un manifestant est approché et son drapeau ou pancarte arraché. Le plus gros de la pression se fait cependant ressentir à la Grande-Poste. Le vice-président de la LADDH dénonce à son tour «un coup de force qui s'installe». Dans un communiqué, le FFS dénonce aussi «la répression et les interpellations à Alger».
Facebook est saturé de messages relatant la situation et appelant les Algériens à sortir en grand nombre et plus tôt que prévu (l'horaire initial avait été prévu à 13h30). Les appels sont immédiatement pris en compte. Vers 11h des groupes affluent de toutes parts, drapeaux en main, pancartes et slogans au vitriol. La détermination se lit sur tous les visages. La foule va en grossissant jusqu'à recouvrir tous les axes traditionnels. Une déferlante humaine s'est déversée sur le centre-ville. La présence policière en devient presque invisible. «Silmya» et la mobilisation citoyenne ont mis en échec le scénario programmé.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.