Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils viennent de toutes les wilayas
MANIFESTATIONS À ALGER
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 04 - 2019

Comme chaque vendredi, la manifestation populaire à Alger draine des milliers de personnes venues des différentes wilayas du pays. Etudiants, travailleurs ou carrément chômeurs, ces Algériens ne lésinent pas sur les moyens pour atteindre la capitale.
L'emblème national confisqué au tunnel de Lakhdaria
Mohamed et ses quatre amis marchent tous les vendredis à Alger. Ils n'ont raté aucun rendez-vous hebdomadaire de la protesta depuis la toute première manifestation du 22 février. Pourtant, ils viennent tous les quatre de Sour-el-Ghozlane dans la wilaya de Bouira. Pour cet étudiant en sport et ses potes, atteindre la capitale en ce vendredi 12 avril a été un exploit.
Comme chaque vendredi, le groupe d'amis loue le service d'un taxi vers 7h du matin. A Lakhdaria, leur véhicule a été arrêté par des agents de la Gendarmerie nationale qui bloquaient le tunnel. «Nous avons été fouillés sans que les gendarmes aient à vérifier nos cartes d'identité. Ils nous ont enlevé les drapeaux algériens que nous avions sur nous et nous ont demandé de remonter en voiture. Mon ami Badredine a eu droit à des coups de pied. Ils ont ensuite demandé au chauffeur du taxi de nous conduire d'où il nous a pris sous la menace de lui enlever ses papiers», raconte Mohamed.
Le taxi a fait demi-tour pour emprunter l'ancienne route d'Alger avant de déposer ces quatre jeunes clients à Cherarba vers 9h30. «Nous avons marché jusqu'à Boumaâti puis nous avons pris le bus de l'Etusa jusqu'à Alger», poursuit le jeune étudiant.
«Je suis même venu mardi dernier, marcher avec les étudiants où nous avons été réprimés par la police», ajoute-t-il.
De Grara à Alger
Sur le gazon piétiné du jardin Khemisti qui fait face à la Grande-Poste, à Alger-Centre, Souhil, Kacem, Hamza et un autre Kacem se reposent en échangeant, de temps à autre, quelques mots. Les quatre amis viennent tout droit de Grara dans la wilaya de Ghardaïa. C'est à bord du véhicule personnel de l'un d'entre eux qu'ils ont pris la route jeudi vers 4h du matin. Arrivés à Alger, ils ont été hébergés par un ami à eux. «Il y avait beaucoup de barrages sur la route à partir de Boufarik», affirment-ils.
Ayant participé à toutes les manifestations des vendredis depuis celle du 1er mars dernier, les quatre amis ont, enfin, décidé de faire le déplacement sur Alger, pour marcher pour la première fois dans la capitale.
«Nous voulons dire dégagez tous», dira Hamza avant que son ami Kacem n'ajoute : «A Alger, ils nous entendront davantage car la marche est bien couverte par les médias.»
«Oui, enchaîne Souhil, parce que nous avons l'impression qu'ils ne nous écoutent pas vraiment. Ils croient que le peuple va se lasser et s'arrêter. Non, qu'ils se détrompent. Yetnahaw gaâ (Qu'ils dégagent tous), le pouvoir est aujourd'hui, au peuple».
Et à Kacem de conclure : «Ils croient qu'après eux, c'est le déluge!»
Aïn Bessem, en procession
Dans un cortège de trois voitures, Mehdi, 27 ans, arrive de Aïn Bessem (Bouira) avec onze autres personnes. Ayant démarré à 3h du matin, le groupe est arrivé à Alger vers 5h du matin. «D'habitude, nous démarrons à 10h mais cette fois-ci, nous avons voulu éviter les barrages», explique Mehdi.
Réformé de la Gendarmerie nationale après trois ans et demi de service, Mehdi est aujourd'hui un activiste sur les réseaux sociaux et administrateur d'une page Facebook dédiée au mouvement populaire contre le système politique en place.
«J'ai ouvert une page Facebook en août dernier. Le 20 février dernier, j'ai été interpellé par la police à Bouira. Cette interpellation a été suivie par six autres pour incitation au rassemblement et atteinte à corps constitué», explique-t-il avant d'ajouter : «Même Anis Rahmani m'a traité de meneur sur son journal électronique.»
En famille de Tiaret
Rania, étudiante en 1re année à l'USTHB à Bab-Ezzouar, est venue de Ksar Chellala (Tiaret) avec son père, Ahmed, et sa jeune sœur, Manel. Ils ont décidé de marcher en famille à Alger.
Le père et ses deux filles ont pris la route la veille vers 4h du matin. C'est à Birtouta qu'ils ont marqué une halte pour passer la nuit chez leur famille avant de rejoindre Alger, le lendemain, par bus.
«A 9h, nous étions sur les marches de la Grande-Poste. Les policiers antiémeutes occupaient déjà les lieux», affirme Rania.
En scandant «Ya lil âar, el policier wella hagar (Quelle honte, le policier est devenu hagar)», elle assure avoir été menacée par un des policiers. «Il m'a dit : descends d'ici sinon je te tue», rapporte-t-elle.
«Ce n'est qu'à l'arrivée de la sœur de Larbi Ben-M'hidi que les policiers ont quitté les marches de la Grande-Poste», ajoute son père Ahmed.
Pour leur troisième marche à Alger, la famille d'Ahmed est venue manifester contre le pouvoir en place. «Il faut que ce système dégage, qu'ils dégagent tous. Nous voulons des gens honnêtes et crédibles», renchérit son père Ahmed.
Il s'endette pour manifester chaque vendredi à Alger
A 22 ans, Seïfeddine, licencié en sociologie, est officiellement chômeur. Seule sa vieille carriole lui sert d'étal pour vendre des fruits dans son quartier natal à Aïn Bessem. «J'ai eu trois P-V pour vente sur le trottoir et mon faible bénéfice ne me permet pas de les payer», dit-il avec un sourire au coin des lèvres. Pour sa 6e marche à Alger contre le pouvoir en place, Seïfeddine a dû encore s'endetter pour s'y déplacer. «Chaque semaine, je m'endette de 2 000 dinars pour venir à Alger. Nous voulons qu'ils dégagent tous. Nous en avons marre de ce pouvoir. Face à l'injustice que nous vivons, l'idée d'aller en harraga m'effleure des fois», dit-il. Toujours aussi souriant, ce jeune de Aïn Bessem raconte sa mésaventure de vendredi dernier. De retour à Bouira, lui et ses amis n'avaient pas trouvé de transport pour aller à Aïn Bessem. «Nous avons été transportés par un camion de dépannage. Il faisait nuit et froid et j'ai dû choper une grippe qui m'a cloué au lit. Pourtant, ce vendredi, je n'ai pas hésité à revenir», raconte-t-il.
Rym Nasri


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.