Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt
Son père renonce à l'immunité parlementaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 06 - 2019

L'un des fils de Djamel Ould Abbès a été arrêté puis placé sous mandat de dépôt ce jeudi. Mehdi Skander a été transféré à la prison d'El Harrach. Il est poursuivi dans des affaires de corruption. Le second fils de l'ancien secrétaire général du FLN est toujours en fuite. Djamal Ould Abbès lui même est visé par une enquête relative à la dilapidation des deniers publics.
Nawal Imés- Alger (Le Soir) - Fin de cabale pour Mehdi Ould Abbès. Le fils de l'ex patron du FLN a été arrêté jeudi à Aïn-Témouchent. Transféré à Alger, il a été aussitôt placé sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal de Chéraga. Il est poursuivi dans des affaires de corruption. Le second fils du sénateur est toujours en fuite. El Wafi Ould Abbès fait l'objet d'un mandat d'arrêt international. En 2017, il avait été épinglé en pleine opération de vente de candidatures aux législatives. Evoluant à l'ombre de leur pére, les fils Ould Abbès ont fini par être rattrapés par des affaires scabreuses qu'ils ont pu mener en profitant de la position de leur pére. Djamel Ould Abbès, proche du clan Bouteflika et défenseur zélé de l'ancien président de la République, a fini par être rattrapé par les frasques de ses enfants . Il fait lui-même l'objet d'une enquête qui vise sa gestion du temps où il était à la tête du ministère de la Solidarité. La gestion des milliards dédiés au fameu projets de bus estampillés «Solidarité» mais également les opérations du couffin du Ramadhan intéressent la justice. Le ministère de la Justice avait en effet introduit une demande auprès du Sénat afin que l'immunité dont jouit le sénateur Ould Abbès soit levée et que les poursuites puissent être engagées. Le concerné a fini par renoncer volontairement à cette immunité, tout comme son collègue d'infortune Saïd Barkat. Les deux anciens ministres ont, en effet, déposé des demandes écrites auprès du bureau du Conseil de la Nation pour renoncer volontairement à leur immunité parlementaire. Le bureau du Sénat devait tenir une séance à huis clos le 19 juin prochain pour trancher sur la décision. La réunion a été de fait annulée. Ne jouissant plus de cette immunité qui empêchait tout processus judiciaire de se mettre en place, les choses risquent rapidement de s'accélérer pour Ould Abbès. Il sera certainement très vite convoqué par la justice. Il aura alors à s'expliquer sur la gestion du ministère de la Solidarité notamment et risque de connaître le même sort que plusieurs anciens responsables.
N. I


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.