Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt
Son père renonce à l'immunité parlementaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 06 - 2019

L'un des fils de Djamel Ould Abbès a été arrêté puis placé sous mandat de dépôt ce jeudi. Mehdi Skander a été transféré à la prison d'El Harrach. Il est poursuivi dans des affaires de corruption. Le second fils de l'ancien secrétaire général du FLN est toujours en fuite. Djamal Ould Abbès lui même est visé par une enquête relative à la dilapidation des deniers publics.
Nawal Imés- Alger (Le Soir) - Fin de cabale pour Mehdi Ould Abbès. Le fils de l'ex patron du FLN a été arrêté jeudi à Aïn-Témouchent. Transféré à Alger, il a été aussitôt placé sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal de Chéraga. Il est poursuivi dans des affaires de corruption. Le second fils du sénateur est toujours en fuite. El Wafi Ould Abbès fait l'objet d'un mandat d'arrêt international. En 2017, il avait été épinglé en pleine opération de vente de candidatures aux législatives. Evoluant à l'ombre de leur pére, les fils Ould Abbès ont fini par être rattrapés par des affaires scabreuses qu'ils ont pu mener en profitant de la position de leur pére. Djamel Ould Abbès, proche du clan Bouteflika et défenseur zélé de l'ancien président de la République, a fini par être rattrapé par les frasques de ses enfants . Il fait lui-même l'objet d'une enquête qui vise sa gestion du temps où il était à la tête du ministère de la Solidarité. La gestion des milliards dédiés au fameu projets de bus estampillés «Solidarité» mais également les opérations du couffin du Ramadhan intéressent la justice. Le ministère de la Justice avait en effet introduit une demande auprès du Sénat afin que l'immunité dont jouit le sénateur Ould Abbès soit levée et que les poursuites puissent être engagées. Le concerné a fini par renoncer volontairement à cette immunité, tout comme son collègue d'infortune Saïd Barkat. Les deux anciens ministres ont, en effet, déposé des demandes écrites auprès du bureau du Conseil de la Nation pour renoncer volontairement à leur immunité parlementaire. Le bureau du Sénat devait tenir une séance à huis clos le 19 juin prochain pour trancher sur la décision. La réunion a été de fait annulée. Ne jouissant plus de cette immunité qui empêchait tout processus judiciaire de se mettre en place, les choses risquent rapidement de s'accélérer pour Ould Abbès. Il sera certainement très vite convoqué par la justice. Il aura alors à s'expliquer sur la gestion du ministère de la Solidarité notamment et risque de connaître le même sort que plusieurs anciens responsables.
N. I


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.