Tabbou, Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    Le Général de corps d'armée Chanegriha met en avant la symbolique d'organiser la cérémonie de remise de grades au Palais du Peuple    JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    Le schiste américain dans le rouge    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«J'écris ton nom» à Alger
Danse
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 06 - 2019

«J'écris ton nom», un spectacle chorégraphique, une fusion entre la danse, la musique et la poésie, a été présenté jeudi soir à Alger par la troupe Antonna devant un public nombreux de passionnés de la danse contemporaine.
Accueilli au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA), le spectacle repose sur un texte du poète français Jacques Prévert, interprété par deux membres — dont une voix masculine — de la troupe qui compte quatre danseuses.
Durant 50 minutes, les chorégraphes, formés par la chorégraphe Samer Bendaoud, ont fait montre de leur talent en exécutant plusieurs tableaux reflétant la détermination de «se libérer des sentiments refoulés».
Produit et mis en scène par Samer Bendaoud, le spectacle a mobilisé les efforts de la chorégraphe qui, dit-elle, a consacré «plusieurs semaines de répétitions» dans les locaux qui lui ont été prêtés par des bénévoles.
«Le spectacle traite d'une thématique essentielle, celle de la liberté de la femme et ses droits», a souligné la chorégraphe à l'issue du spectacle. Pour elle, «la danse n'est pas seulement un mouvement du corps, mais plutôt une expression de ce qu'on raconte intérieurement». Accompagnés d'un habillage musical inspiré de plusieurs compositeurs de renom à l'image du Français Maurice Ravel et l'égyptien Riadh Mohamed Sombati, les danseurs ont accordé leurs mouvements aux sonorités soigneusement choisies et à un éclairage clair-obscur. Passionnée par la danse depuis son jeune âge, Samer Bendaoud enseigne cet art depuis plusieurs années au sein d'Antonna, une formation qui réunit des danseuses de différents genres comme le jazz, le hip-hop et la musique classique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.