CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fraude empoisonne le baccalauréat
Début aujourd'hui des épreuves
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 06 - 2019

C'est ce matin que les candidats au baccalauréat débutent les épreuves. Ces dernières sont malheureusement empoisonnées chaque année par la fraude. Ce qui n'était que des tentatives marginales est devenu au fil du temps une entreprise à grande échelle, entachant la crédibilité de l'examen. La triche a évolué. Les anti sèches ont laissé place à des techniques plus élaborées. La loi sanctionne pourtant sévèrement ses auteurs.
Nawal Imés- Alger (Le Soir) - depuis de nombreuses années déjà, les épreuves du baccalauréat sont intimement liées à la triche. Cette dernière a au fil des années discrédité l'examen et devenue quasi banalisée. Ce qui dans un passé récent n'était que l'œuvre de quelques téméraires inconscients s'est transformé en constante. Pire encore, la triche a pris de nouveaux visages. Plus question des anti sèches classiques, bouts de papiers glissés dans les poches ou de quelques phrases griffonnées sur la paume de la main. Les candidats à l'examen du baccalauréat ont développé de nouvelles stratégies. La technologie a été détournée pour servir des fins amorales. Les smartphones et tous les objets connectés ont été mis au service de la fraude. Depuis plusieurs années déjà, des candidats se présentent dans les salles d'examen avec des oreillettes bluethooth leur permettant d'échanger avec des personnes à l'extérieur des salles d'examen afin de leur souffler les réponses. Le mode de fraude le plus généralisé reste cependant la divulgation des sujets sur internet. La pratique est simple : dès la distribution des sujets à l'intérieur des centres d'examen, ces derniers sont pris en photo puis mis en ligne. Des personnes à l'extérieur se chargent alors de publier les réponses. Pour contrecarrer cette tendance, des instructions fermes sont données chaque année portant sur l'interdiction de l'introduction des téléphones. Cette mesure a rapidement montré ses limites : ni la fouille des candidats ni les rappels au sujet de cette interdiction n'ont eu de résultats concluants. Chaque année, ministère de l'Education et services de sécurité assistent impuissants à ces tentatives de déstabilisation de milliers de candidats. Ultime trouvaille : les coupures pures et simples de la connection internet pendant les épreuves. C'est l'unique solution qu'avait trouvée le département de l'éducation pour dissuader les fraudeurs. La lourdeur des sanctions n'effraye visiblement pas ses auteurs. Les textes prévoient en effet une exclusion de cinq années pour les candidats scolarisés et de dix années pour les candidats libres. Des sanctions lourdes qui datent de plusieurs années et qui n'ont pas pris en compte à l'époque de l'évolution numérique. Il n'est en effet pas prévu les cas de divulgation des sujets sur internet. L'ex-ministre de l'Education avait plaidé pour une révision des textes pour prévoir de sévères sanctions à l'égard des nouvelles formes de triche.
Plus que les sanctions, les pédagogues plaident pour un travail en profondeur pour réhabiliter l'effort et réhabiliter l'échelle des valeurs chez des candidats qui ont perdu tout le sens réel du labeur récompensé. Ils ne sont pas aidés non plus par un gouvernement qui en 2016 a choisi la voie de la facilité en décidant d'une deuxième session de rattrapage au profit de candidats ayant simulé le retard pour pouvoir prendre connaissance du contenu des sujets sur le net. Le message pas ferme du tout des pouvoirs publics n'est pas non plus de nature à envoyer un signal sans ambiguïtés aux fraudeurs.
Le Maroc, confronté au même phénomène, n'a pas longtemps tergiversé en optant tout bonnement pour l'adoption d'un texte relatif à la fraude au baccalauréat. Un exemple à méditer !
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.