Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boumerdes : remise de clés aux bénéficiaires de 4.450 logements    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    470 nouveaux cas confirmés et 8 décès en Algérie    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Les 4 samedis    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    L'exemple français    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fraude empoisonne le baccalauréat
Début aujourd'hui des épreuves
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 06 - 2019

C'est ce matin que les candidats au baccalauréat débutent les épreuves. Ces dernières sont malheureusement empoisonnées chaque année par la fraude. Ce qui n'était que des tentatives marginales est devenu au fil du temps une entreprise à grande échelle, entachant la crédibilité de l'examen. La triche a évolué. Les anti sèches ont laissé place à des techniques plus élaborées. La loi sanctionne pourtant sévèrement ses auteurs.
Nawal Imés- Alger (Le Soir) - depuis de nombreuses années déjà, les épreuves du baccalauréat sont intimement liées à la triche. Cette dernière a au fil des années discrédité l'examen et devenue quasi banalisée. Ce qui dans un passé récent n'était que l'œuvre de quelques téméraires inconscients s'est transformé en constante. Pire encore, la triche a pris de nouveaux visages. Plus question des anti sèches classiques, bouts de papiers glissés dans les poches ou de quelques phrases griffonnées sur la paume de la main. Les candidats à l'examen du baccalauréat ont développé de nouvelles stratégies. La technologie a été détournée pour servir des fins amorales. Les smartphones et tous les objets connectés ont été mis au service de la fraude. Depuis plusieurs années déjà, des candidats se présentent dans les salles d'examen avec des oreillettes bluethooth leur permettant d'échanger avec des personnes à l'extérieur des salles d'examen afin de leur souffler les réponses. Le mode de fraude le plus généralisé reste cependant la divulgation des sujets sur internet. La pratique est simple : dès la distribution des sujets à l'intérieur des centres d'examen, ces derniers sont pris en photo puis mis en ligne. Des personnes à l'extérieur se chargent alors de publier les réponses. Pour contrecarrer cette tendance, des instructions fermes sont données chaque année portant sur l'interdiction de l'introduction des téléphones. Cette mesure a rapidement montré ses limites : ni la fouille des candidats ni les rappels au sujet de cette interdiction n'ont eu de résultats concluants. Chaque année, ministère de l'Education et services de sécurité assistent impuissants à ces tentatives de déstabilisation de milliers de candidats. Ultime trouvaille : les coupures pures et simples de la connection internet pendant les épreuves. C'est l'unique solution qu'avait trouvée le département de l'éducation pour dissuader les fraudeurs. La lourdeur des sanctions n'effraye visiblement pas ses auteurs. Les textes prévoient en effet une exclusion de cinq années pour les candidats scolarisés et de dix années pour les candidats libres. Des sanctions lourdes qui datent de plusieurs années et qui n'ont pas pris en compte à l'époque de l'évolution numérique. Il n'est en effet pas prévu les cas de divulgation des sujets sur internet. L'ex-ministre de l'Education avait plaidé pour une révision des textes pour prévoir de sévères sanctions à l'égard des nouvelles formes de triche.
Plus que les sanctions, les pédagogues plaident pour un travail en profondeur pour réhabiliter l'effort et réhabiliter l'échelle des valeurs chez des candidats qui ont perdu tout le sens réel du labeur récompensé. Ils ne sont pas aidés non plus par un gouvernement qui en 2016 a choisi la voie de la facilité en décidant d'une deuxième session de rattrapage au profit de candidats ayant simulé le retard pour pouvoir prendre connaissance du contenu des sujets sur le net. Le message pas ferme du tout des pouvoirs publics n'est pas non plus de nature à envoyer un signal sans ambiguïtés aux fraudeurs.
Le Maroc, confronté au même phénomène, n'a pas longtemps tergiversé en optant tout bonnement pour l'adoption d'un texte relatif à la fraude au baccalauréat. Un exemple à méditer !
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.