Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre incohérences et absence de stratégie
Transition énergétique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 06 - 2019

Vœu pieux, la transition énergétique, ne serait-ce que par prémices, a du mal à se matérialiser par des faits concrets et, ainsi, en finir avec les discours et autres déclarations d'intention. Le dernier exemple en date, l'appel d'offre pour la réalisation de centrales photovoltaïques d'une capacité totale de 150 MW, lancé avec plusieurs mois de retard déjà, n'a pas suscité la profusion de candidatures à laquelle on pouvait s'attendre.
Il faudrait d'abord rappeler que l'Algérie avait dans l'idée de lancer, dans un premier temps, un gigantesque projet devant doter le pays d'une capacité de production de 22 000 MW avant de l'abaisser à 4 000 MW, puis de privilégier, en fin de compte, l'option de la réalisation de centrales photovoltaïques d'une capacité totale de 150 MW. Un projet plus modeste qui, au bout, n'a pas fait courir les entreprises algériennes spécialisées auxquelles l'appel d'offre était destiné. Un fait que confirmait hier sans peine Tewfik Hasni, expert et consultant spécialisé des questions de la transition énergétique, invité de la Chaîne 3, arguant que les projets lancés en Algérie dans le cadre de la transition énergétique souffrent de manque d'attrait, liant ce désintérêt criant à ce qu'il appelle «une absence totale de stratégie et d'un manque de cohérence dans le domaine des énergies renouvelables». Une sentence qui, en réalité, a été entérinée depuis un moment eu égard aux tergiversations des pouvoirs publics dans la mise en place d'une stratégie pourtant réclamée à cor et à cri par les spécialistes des questions en énergie en général, de la transition énergétique en particulier, comme le rappelle M. Hasni en évoquant le programme de développement initial qui prévoyait, donc, 22 000 MW puis 4 000 MW, pour enfin opter pour le dernier programme pour une capacité de production de 150 MW. Cela dénote une absence de stratégie claire, de l'avis de l'expert qui met cela en exergue pour expliquer l'absence de manifestation d'intérêt de la part des investisseurs étrangers.
Sans détour, le consultant a mis «le manque de vision stratégique et surtout l'incohérence» sur le dos de ceux chargés de piloter ces projets. «Le marché de l'électricité n'est pas situé en un seul point. La plus grande partie de ce marché, 90 %, est au Nord du pays, là où est répartie le plus la population, mais la production énergétique ne peut provenir que du Sud. Ce qui manque, ce sont les moyens de transport (…) On a toujours occulté la question des capacités de transport (…) Il faudra que ceux qui pilotent ces projets aient une vision intégrée, en prenant en compte ce vecteur déterminant que constitue le transport de l'électricité dans une stratégie énergétique» a expliqué M. Hasni avant de donner son point de vue sur le peu d'engouement suscité par l'appel d'offre pour les 150 MW auprès de entrepreneurs spécialisés, dont seulement 8 soumissionnaires ont été retenus sur les 93 ayant retiré le cahier de charges. Dans le marché de l'électricité, très capitalistique, l'investisseur est obligé de construire les installations et de les exploiter pendant 25 ans, ce dont les entrepreneurs ayant manifesté leur intérêt au départ n'avaient pas eu vent, préférant ainsi se désister. En fait, les entrepreneurs n'étaient intéressés que par la construction et la livraison du projet, pas plus. Dès lors, le résultat de l'appel d'offre ne pouvait qu'être évident, a estimé l'invité de la Chaîne 3.
«La stratégie doit commencer d'abord par un modèle de consommation énergétique qui va aboutir à un mix énergétique. Aujourd'hui, vous avez un lobby pétrolier qui veut renforcer la primeur des énergies fossiles. On le voit avec l'exemple de Sonelgaz qui maintient toujours une production d'électricité de 2000 W/an par des turbines à gaz pour respecter son contrat avec son fournisseur de turbines. Et 2 000 MW c'est 3 milliards de mètres cubes de gaz à consommer en plus par année…
La seule solution c'est de définir un modèle de consommation énergétique qui nous dira quel est le meilleur mix énergétique pour le pays'' a plaidé le passionné spécialiste en transition énergétique, hier sur les ondes de la Chaîne 3 de la radio nationale.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.