Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    À propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (1re partie)    «Il est possible de parvenir à un accord», selon Khartoum    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Les touristes se font attendre    Makhloufi et tous les autres !    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Inspection plus vigoureuse    Confusion dans la remise des corps de deux personnes décédées du Covid-19    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    L'Algérie à la croisée des chemins    Marche à Paris pour la transition démocratique    Décès du général-major Hassen Alaïmia    La situation de plus en plus inquiétante à Sétif    6 décès et 441 nouveaux cas en 24 heures    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Saïd Chanegriha préside une cérémonie pour commémorer l'anniversaire de la fête de l'indépendance    L'alimentation en eau renforcée    Aïn El Turck: Les traversées clandestines reprennent après une brève accalmie    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancement au Maroc d'une exposition itinérante
Art contemporain africain
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 06 - 2019

«Prête-moi ton rêve», une exposition itinérante d'art contemporain africain, réunissant de grands artistes du continent, a été inaugurée cette semaine à Casablanca (Maroc), première étape d'une tournée qui l'emmènera au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Nigeria, en Ethiopie et en Afrique du Sud. Chaque escale de cette caravane culturelle, programmée sur un an, s'organise autour de trois événements : l'exposition principale, un hommage à un artiste local qui incarne l'esprit de son époque et une «Carte blanche» consacrée à des artistes du pays hôte et portée par un jeune commissaire résident.
L'exposition principale réunit des œuvres majeures d'une trentaine d'artistes africains reconnus à l'international comme El Anatsui (Ghana), William Kentridge (Afrique du Sud), Chéri Samba (République démocratique du Congo), Barthélémy Toguo (Cameroun), Ouattara Watts (Côte d'Ivoire) ou Abdoulaye Konaté (Mali). «Il est important de montrer l'Afrique en elle-même, par elle-même, sans regard exogène et sans chercher la validation de Paris, Venise ou Bâle», s'enthousiasme Syham Weigant, une jeune commissaire d'exposition marocaine mobilisée pour la «Carte blanche», faisant référence aux villes qui accueillent trois des plus importantes biennales et foires d'art contemporain.
Exposée au cœur de la vieille ville de Casablanca, sa sélection audacieuse autour des «vertiges de l'amour» comprend un ensemble de photographies de Mohammed El Baz consacrées au thème «Queer» — un sujet tabou au Maroc où l'homosexualité est un délit. En phase avec la volonté du royaume de développer son influence sur le continent, l'exposition itinérante «Prête-moi ton rêve» a été conçue par une fondation privée réunissant des investisseurs et des collectionneurs, dont le prince Moulay Ismail — le cousin du roi du Maroc Mohamed VI —, avec le soutien de plusieurs grandes entreprises marocaines. Créée en janvier 2019, la Fondation pour le développement de la culture contemporaine africaine (FDCCA) ne cache pas son ambition de «dynamiser le marché de l'art africain». Ces dernières années ont vu la création africaine affluer sur le marché de l'art et dans les institutions, avec des artistes désormais plus connus à l'international que sur le continent africain. Marrakech accueille depuis deux ans la foire 1-54, dédiée à l'art contemporain africain, dans le sillage de la Biennale de Dakar, Dak'Art.
Inaugurée en trois temps cette semaine, «Prête-moi ton rêve» se poursuit jusqu'au 31 juillet à Casablanca, avant Dakar, Abidjan, Lagos, Addis-Abeba et Cape Town, puis Marrakech en 2020. Le projet représente un investissement de plus de 1,2 million d'euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.