La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition
Peinture
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 06 - 2019

Une exposition d'art contemporain, replongeant dans l'univers de l'enfance et dans la spontanéité de ses dessins enrichis de symboles, a été inaugurée samedi dernier à Alger par le plasticien Ahmed Stambouli.
Organisée à la galerie «Ateliers bouffée d'art», cette exposition convoque le dessin dans son expression la plus simple et la plus spontanée avec des formes humaines impressionnistes représentant l'enfant africain d'aujourd'hui en plus d'explorer les jeux d'enfants et certains thèmes comme l'immigration. La majorité des toiles de cette série sont réalisées sur un collage de pages jaunies d'un livre d'histoire contemporaine sur lesquelles le plasticien exécute des dessins représentant des enfants, des animaux, des jeux, avec une restitution de l'impression et de la vision d'un enfant.
L'artiste, qui a toujours convoqué l'art rupestre dans ses œuvres, explique s'être inspiré de dessins d'enfants observés dans la rue pour recréer cet univers où «les jeux et les animaux côtoient les barques des migrants».
La palette de couleurs de l'artiste, habituellement ancrée dans la terre, s'enrichit de couleurs vives et chatoyantes pour créer un jardin d'enfants. Parfois, certaines œuvres sont quasiment identiques, avec des palettes différentes, pour créer des jardins différents, explique l'artiste. Le signe reste également un élément essentiel de ses représentations de formes humaines impressionnistes, elles- même souvent composées de symboles africains. Dans cette exposition, l'artiste semble s'affranchir de certains codes habituels.
Né en 1957 à Khemis-Miliana, Ahmed Stambouli a poursuivi ses études à l'Ecole supérieure des beaux-arts de Paris, avant d'enseigner à l'Ecole des beaux-arts de Mostaganem. Habituées des couleurs terriennes et des symboles identitaires africains et particulièrement maghrébins, il participe à de nombreuses expositions en
Algérie, en France, à Dubaï, en Tunisie ou encore en Libye. L'exposition de Ahmed Stambouli aux «Ateliers bouffée d'art» se poursuit jusqu'au 29 juin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.