Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    Bouira : Vote annulé à l'est, affrontements et émeutes à Bouira et Haizer    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    Atal opéré avec succès    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Une enveloppe pour la chaufferie et les cantines scolaires    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Bangkok en haut du classement    Fin de la phase aller le 21 décembre    Cinq morts dans une attaque des shebab    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    Reconduction d'un programme algéro-américain    Un boycott inédit en perspective    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    Comédie dramatique J'irai où tu iras : Retour sur le duo Géraldine Nakache/Leïla Bekhti    Une élection présidentielle sur fond de tension    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Marche contre la tenue des élections    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition
Peinture
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 06 - 2019

Une exposition d'art contemporain, replongeant dans l'univers de l'enfance et dans la spontanéité de ses dessins enrichis de symboles, a été inaugurée samedi dernier à Alger par le plasticien Ahmed Stambouli.
Organisée à la galerie «Ateliers bouffée d'art», cette exposition convoque le dessin dans son expression la plus simple et la plus spontanée avec des formes humaines impressionnistes représentant l'enfant africain d'aujourd'hui en plus d'explorer les jeux d'enfants et certains thèmes comme l'immigration. La majorité des toiles de cette série sont réalisées sur un collage de pages jaunies d'un livre d'histoire contemporaine sur lesquelles le plasticien exécute des dessins représentant des enfants, des animaux, des jeux, avec une restitution de l'impression et de la vision d'un enfant.
L'artiste, qui a toujours convoqué l'art rupestre dans ses œuvres, explique s'être inspiré de dessins d'enfants observés dans la rue pour recréer cet univers où «les jeux et les animaux côtoient les barques des migrants».
La palette de couleurs de l'artiste, habituellement ancrée dans la terre, s'enrichit de couleurs vives et chatoyantes pour créer un jardin d'enfants. Parfois, certaines œuvres sont quasiment identiques, avec des palettes différentes, pour créer des jardins différents, explique l'artiste. Le signe reste également un élément essentiel de ses représentations de formes humaines impressionnistes, elles- même souvent composées de symboles africains. Dans cette exposition, l'artiste semble s'affranchir de certains codes habituels.
Né en 1957 à Khemis-Miliana, Ahmed Stambouli a poursuivi ses études à l'Ecole supérieure des beaux-arts de Paris, avant d'enseigner à l'Ecole des beaux-arts de Mostaganem. Habituées des couleurs terriennes et des symboles identitaires africains et particulièrement maghrébins, il participe à de nombreuses expositions en
Algérie, en France, à Dubaï, en Tunisie ou encore en Libye. L'exposition de Ahmed Stambouli aux «Ateliers bouffée d'art» se poursuit jusqu'au 29 juin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.