Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Sit-in des enseignants du primaire: les protestataires appellent à l'ouverture d'un dialogue    LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE ‘'CCI DAHRA'' : Eclaircissements sur la loi de finances 2020    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    EL-HAMRI (ORAN) : L'opération de relogement des 153 familles fait des mécontents    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Des écoliers manifestent contre la hausse des prix    Trois postes de l'armée incendiés par les terroristes de Boko Haram    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    La bataille des exportations reste à gagner    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Chute mortelle d'un homme à Ouled Mahdi    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    Sétif, une ville sans cinéma    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus
Bouira
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 06 - 2019

Comme il fallait s'y attendre, la population de Haïzer, à 10 kilomètres de Bouira, était en colère suite aux mesures de placer sous mandat de dépôt plusieurs personnes ayant été interpellées vendredi dernier dans les rues d'Alger dont le seul tort est le port du drapeau amazigh, devenu, d'un seul coup, un «crime» et un délit condamnés par la loi, après le dernier discours du général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah.
Ainsi, après la mise sous mandat de dépôt de 17 citoyens interpellés vendredi dernier, parmi eux figurent trois jeunes de la commune de Haïzer, la population de cette commune s'est réunie juste après ce verdict au niveau de la place publique et a décidé d'un ensemble d'actions à entreprendre pour exiger des autorités du pays la libération immédiate de tous ces détenus.
Dès hier lundi, alors que la ville de Haïzer était une ville morte avec un grève générale suivie à 100%, des centaines de citoyens de cette commune mais également des autres communes de la wilaya, se sont ressemblés devant le siège de la cour de justice de Bouira pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur la colère de ces citoyens et pour exiger de libérer immédiatement ces 17 détenus.
Sur place, alors que les manifestants criaient à gorge déployée, «Pouvoir assassin», «Ulac smah ulac» et autres «Y'en a marre des généraux», «Libérez nos détenus», une délégation, composée de parents des trois détenus et de l'élu APW Meziane Chabane du RCD, a été reçu par le procureur général à qui il a transmis le message de cette population en colère.
Selon Meziane Chabane, le procureur général a été destinataire d'un seul message : «Ces détenus ont les mains propres, n'ont commis aucun crime et, par conséquent, ne doivent pas être dans le même endroit que ceux qui ont pillé le pays. Leur place est parmi le peuple qui s'est mobilisé pour faire partir la bande prédatrice.»
Aussi, et toujours selon notre interlocuteur, la délégation a transmis le message de la population qui exige la libération immédiate des détenus dont les trois enfants de Haïzer. Et d'après toujours cet élu, le PG a promis de transmettre leurs doléances à qui de droit.
Cela étant, l'élu RCD, tout en appelant la population à être toujours mobilisée jusqu'à la libération de ces détenus, n'a pas omis de rappeler l'objectif du mouvement populaire, à savoir faire partir tout le système dans un esprit fraternel et pacifique . «Nous devons être vigilants et ne pas être manipulés par les tenants de l'ancien système qui font tout pour dévoyer le peuple de son objectif principal : celui de faire partir tous ses symboles», dira-t-il enfin en appelant les citoyens à rester dans le cadre fraternel entre tous les enfants d'Algérie jusqu'à la victoire finale.
A la fin, les centaines de présents ont improvisé une marche le long du boulevard Boussandala jusqu'au siège de la Wilaya, avant de se disperser dans le calme.
Les citoyens se sont donné le mot pour rester éveillés et vigilants jusqu'à la libération des trois jeunes de Haïzer mais également des autres détenus du mouvement qui croupissent dans d'autres prisons du pays et dont le seul tort est d'avoir brandi le drapeau symbole de leur identité amazighe plusieurs fois millénaire.
Y. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.