Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus
Bouira
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 06 - 2019

Comme il fallait s'y attendre, la population de Haïzer, à 10 kilomètres de Bouira, était en colère suite aux mesures de placer sous mandat de dépôt plusieurs personnes ayant été interpellées vendredi dernier dans les rues d'Alger dont le seul tort est le port du drapeau amazigh, devenu, d'un seul coup, un «crime» et un délit condamnés par la loi, après le dernier discours du général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah.
Ainsi, après la mise sous mandat de dépôt de 17 citoyens interpellés vendredi dernier, parmi eux figurent trois jeunes de la commune de Haïzer, la population de cette commune s'est réunie juste après ce verdict au niveau de la place publique et a décidé d'un ensemble d'actions à entreprendre pour exiger des autorités du pays la libération immédiate de tous ces détenus.
Dès hier lundi, alors que la ville de Haïzer était une ville morte avec un grève générale suivie à 100%, des centaines de citoyens de cette commune mais également des autres communes de la wilaya, se sont ressemblés devant le siège de la cour de justice de Bouira pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur la colère de ces citoyens et pour exiger de libérer immédiatement ces 17 détenus.
Sur place, alors que les manifestants criaient à gorge déployée, «Pouvoir assassin», «Ulac smah ulac» et autres «Y'en a marre des généraux», «Libérez nos détenus», une délégation, composée de parents des trois détenus et de l'élu APW Meziane Chabane du RCD, a été reçu par le procureur général à qui il a transmis le message de cette population en colère.
Selon Meziane Chabane, le procureur général a été destinataire d'un seul message : «Ces détenus ont les mains propres, n'ont commis aucun crime et, par conséquent, ne doivent pas être dans le même endroit que ceux qui ont pillé le pays. Leur place est parmi le peuple qui s'est mobilisé pour faire partir la bande prédatrice.»
Aussi, et toujours selon notre interlocuteur, la délégation a transmis le message de la population qui exige la libération immédiate des détenus dont les trois enfants de Haïzer. Et d'après toujours cet élu, le PG a promis de transmettre leurs doléances à qui de droit.
Cela étant, l'élu RCD, tout en appelant la population à être toujours mobilisée jusqu'à la libération de ces détenus, n'a pas omis de rappeler l'objectif du mouvement populaire, à savoir faire partir tout le système dans un esprit fraternel et pacifique . «Nous devons être vigilants et ne pas être manipulés par les tenants de l'ancien système qui font tout pour dévoyer le peuple de son objectif principal : celui de faire partir tous ses symboles», dira-t-il enfin en appelant les citoyens à rester dans le cadre fraternel entre tous les enfants d'Algérie jusqu'à la victoire finale.
A la fin, les centaines de présents ont improvisé une marche le long du boulevard Boussandala jusqu'au siège de la Wilaya, avant de se disperser dans le calme.
Les citoyens se sont donné le mot pour rester éveillés et vigilants jusqu'à la libération des trois jeunes de Haïzer mais également des autres détenus du mouvement qui croupissent dans d'autres prisons du pays et dont le seul tort est d'avoir brandi le drapeau symbole de leur identité amazighe plusieurs fois millénaire.
Y. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.