Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le verdict reporté au 23 septembre    Régime sec    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Signature de six conventions avec Algérie Poste    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    Plaidoyer pour la reconnaissance officielle de la darija    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De nouvelles restrictions prévues
Crise de l'eau à Tlemcen
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 08 - 2019

A n'y rien comprendre ! Il y a à peine deux ou trois ans , la wilaya de Tlemcen était disposée à venir en aide aux wilayas voisines pour les alimenter en eau potable. La mise en service des deux stations de dessalement et les forages existants dégageaient un excédent ,qui suffisait largement à la population de Tlemcen. Les citoyens avaient presque oublié la sécheresse et les incessantes coupures d'eau.
Depuis cet été, la donne n'est plus la même, pour diverses raisons. Une très faible pluviométrie durant l'hiver, les barrages ont atteint leur niveau le plus bas , depuis des années, et comme un malheur n'arrive jamais seul, le débit de production de la station de dessalement de Souk Tlala , d'une capacité de 200 000 m3/j est retombé à 20 000/j. Il s'agit, vraisemblablement, d'un problème de maintenance, qui implique aussi une société malaisienne Malakoff. Cette infrastructure, réalisée en 2011, d'un coût de 250 millions de dollars, ne semble pas atteindre ses objectifs.
Il faut s'attendre à ce que la crise s'amplifie avec l'arrêt définitif de cette station pour entamer des travaux d'entretien. Cette opération sera lancée début octobre et d'ici là, «peu d'eau coulera sous les ponts». Pour faire face à cette nouvelle situation, le wali a réuni, en urgence, tous les responsables pour dégager une solution.
Les premières mesures consistent à exploiter les eaux du barrage de Sekkak pour compenser le déficit constaté au niveau d'El Mefrouch, qui ne dispose plus que d'un million de m3, alors que sa capacité est de 15 millions de m3.
Cependant, il reste un énorme travail à faire sur le réseau, qui ne répond plus aux critères techniques, sa vétusté provoque des fuites, qui apparaissent les unes après les autres. La mobilisation des équipes de l'ADE ne suffit pas : la solution serait d'impliquer les communes à cet épineux problème d'eau. Au fait, qu'attendent les responsables de l'APC de Mansourah pour entamer des travaux de rénovation sur le réseau au niveau des 400 logements et Bouhannak, sachant que la wilaya a débloqué une enveloppe de 4 milliards pour ce faire ?
Pour faire face à cette grave pénurie, tout le monde doit s'y mettre. Un peu de civisme est exigé du citoyen, et une prise en charge réelle par les responsables.
M. Zenasni

Un mort et de graves émeutes à Marsat-Ben-M'hidi
C'est la première fois qu'un drame pareil se produit, dans cette paisible station balnéaire.
A l'aube de jeudi dernier, aux envions de 3h30, un accident de la circulation a provoqué la mort d'un jeune homme de 23 ans.
Le conducteur, originaire de Sidi-Medjahed, a pris la fuite et s'est réfugié au siège de la Sûreté de daïra, distant de 200 m de l'endroit du drame. C'est alors que de nombreux jeunes, en colère, ont essayé de pénétrer de force dans le commissariat pour se venger du conducteur, qui a échappé à une mort certaine, n'était l'intervention des policiers qui ont dû faire face aux jets de pierres.
Les services de sécurité ne s'attendaient pas à cette violence de la part des émeutiers, ils étaient obligés de recourir à des tirs de sommation et de gaz lacrymogènes pour protéger les lieux et le fugitif qui s'y trouvait .
C'est vers six heures du matin que le calme est revenu. Huit personnes ont été arrêtées et ont fait l'objet de présentation devant le magistrat instructeur de Bab-el-Assa.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.