Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gueulante du ministre de la Justice
RETARD DANS LES PROJETS DU SECTEUR
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 08 - 2019

Après une cérémonie d'installation du nouveau président de la cour, M. Antar Menouar, et de M. Reggaz Mohamed en tant que nouveau procureur général près la cour d'Oran, hier le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Belkacem Zeghmati, a fait le constat amer empreint d'incompréhension face aux retards et à la gestion des projets relevant de son secteur. « C'est intolérable ! Ce n'est pas sérieux», s'est-il ainsi offusqué.
Amel Bentolba - Oran (Le Soir) - En visitant le projet de réalisation d'un établissement pénitentiaire de 1 000 détenus à Bir El Djir, et qui cumule près de 10 ans de retard, le ministre n'a pas caché sa colère, ainsi que ses doutes : «On est tenu en otage, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ces histoires de projets comme ça qui traînent. ».
Les travaux du projet en question ont été lancés en 2009 et ne devaient durer que 22 mois. Ils ont dû être interrompus 4 ans (2010-2014) en raison d'un litige avec l'entreprise de réalisation, à cause d'un terrain rocheux. A cela le ministre réplique : « Non, non, il y a une étude initiale qui a été faite avant le lancement du projet et ces gens-là ont obtenu le projet en se basant sur l'étude, alors qu'ils assument leurs responsabilités. Pourquoi nous tiennent-ils en otage depuis 10 ans ?! ». Le ministre de la Justice, garde des Sceaux sera d'autant plus étonné lorsqu'il apprendra qu'il n'y a aucun problème financier. « Je ne suis pas d'accord, du tout du tout, du moment que le handicap financier n'existe pas, tout est subordonné à cela, si le projet n'avance pas c'est que l'erreur est chez nous », dit-il.
Pour M. Zeghmati, le bureau d'études est responsable du projet, les autres questions relatives au projet sont accessoires, dit-il et de s'adresser aux responsables du bureau d'études : « Nous vous avons confié une tâche pour laquelle vous êtes rémunérés. 
C'est de l'argent public qu'il s'agit. Cela fait des mois et des mois que l'on parle de ça en se demandant où est allé l'argent public. Comment il est géré ? Eh bien cela nous donne un exemple ! ». Il charge les responsables du projet en leur lançant : « Ce temps-là est révolu. Soit on maîtrise nos dépenses ou alors on ferme ! ».
Le constat sera identique au niveau du projet de réalisation du tribunal d'Es-Senia dont la réception provisoire du premier lot a été faite il y a une année, mais depuis, la totalité du projet n'a toujours pas été livrée. « Les problèmes techniques que vous avez rencontrés dès le départ, étaient prévus dans les études ? » demande le ministre.
La réponse ne l'étonne pas « Ici, c'est un peu spécial oui ça a été omis», et le ministre de répliquer « Voilà !!! On revient au problème principal, celui des études, rien n'est spécial dans des domaines pareils ou on maîtrise ou on ne maîtrise pas ! 11 ans de retard ! On ne peut pas continuer ainsi c'est honteux, moi j'ai honte d'avoir un projet comme ça. C'est inacceptable.»
Auparavant, lorsque le ministre était encore dans de meilleures dispositions, à l'occasion de la cérémonie d'installation des présidents de la cour et du procureur général près la cour d'Oran, M. Zeghmati a rappelé aux juges qu'ils constituent « une autorité indépendante dont la mission consiste en l'application de la loi et la protection de la société et des droits individuels et de leur liberté ».
Pour que cela se concrétise, cette autorité judiciaire s'appuie, dit-il, sur les principes de la légitimité, de l'équité et de l'impartialité. Il rappellera que « l'indépendance des juges n'est pas un privilège accordé mais une responsabilité imposée qui l'oblige à arbitrer entre les personnes dans le cadre de leurs droits et de leur liberté… Sans influence extérieure».
Toutefois, précise le ministre de la Justice et garde des Sceaux, cette indépendance ne veut pas dire que le juge doit s'isoler de la société. « Si le peuple a hurlé de son fond intérieur de la nécessité de combattre la corruption et la tyrannie, il a également demandé en contrepartie, de la dignité, de l'équité dans les chances et le respect des droits de l'Homme et la justice sociale .»
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.