L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gueulante du ministre de la Justice
RETARD DANS LES PROJETS DU SECTEUR
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 08 - 2019

Après une cérémonie d'installation du nouveau président de la cour, M. Antar Menouar, et de M. Reggaz Mohamed en tant que nouveau procureur général près la cour d'Oran, hier le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Belkacem Zeghmati, a fait le constat amer empreint d'incompréhension face aux retards et à la gestion des projets relevant de son secteur. « C'est intolérable ! Ce n'est pas sérieux», s'est-il ainsi offusqué.
Amel Bentolba - Oran (Le Soir) - En visitant le projet de réalisation d'un établissement pénitentiaire de 1 000 détenus à Bir El Djir, et qui cumule près de 10 ans de retard, le ministre n'a pas caché sa colère, ainsi que ses doutes : «On est tenu en otage, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ces histoires de projets comme ça qui traînent. ».
Les travaux du projet en question ont été lancés en 2009 et ne devaient durer que 22 mois. Ils ont dû être interrompus 4 ans (2010-2014) en raison d'un litige avec l'entreprise de réalisation, à cause d'un terrain rocheux. A cela le ministre réplique : « Non, non, il y a une étude initiale qui a été faite avant le lancement du projet et ces gens-là ont obtenu le projet en se basant sur l'étude, alors qu'ils assument leurs responsabilités. Pourquoi nous tiennent-ils en otage depuis 10 ans ?! ». Le ministre de la Justice, garde des Sceaux sera d'autant plus étonné lorsqu'il apprendra qu'il n'y a aucun problème financier. « Je ne suis pas d'accord, du tout du tout, du moment que le handicap financier n'existe pas, tout est subordonné à cela, si le projet n'avance pas c'est que l'erreur est chez nous », dit-il.
Pour M. Zeghmati, le bureau d'études est responsable du projet, les autres questions relatives au projet sont accessoires, dit-il et de s'adresser aux responsables du bureau d'études : « Nous vous avons confié une tâche pour laquelle vous êtes rémunérés. 
C'est de l'argent public qu'il s'agit. Cela fait des mois et des mois que l'on parle de ça en se demandant où est allé l'argent public. Comment il est géré ? Eh bien cela nous donne un exemple ! ». Il charge les responsables du projet en leur lançant : « Ce temps-là est révolu. Soit on maîtrise nos dépenses ou alors on ferme ! ».
Le constat sera identique au niveau du projet de réalisation du tribunal d'Es-Senia dont la réception provisoire du premier lot a été faite il y a une année, mais depuis, la totalité du projet n'a toujours pas été livrée. « Les problèmes techniques que vous avez rencontrés dès le départ, étaient prévus dans les études ? » demande le ministre.
La réponse ne l'étonne pas « Ici, c'est un peu spécial oui ça a été omis», et le ministre de répliquer « Voilà !!! On revient au problème principal, celui des études, rien n'est spécial dans des domaines pareils ou on maîtrise ou on ne maîtrise pas ! 11 ans de retard ! On ne peut pas continuer ainsi c'est honteux, moi j'ai honte d'avoir un projet comme ça. C'est inacceptable.»
Auparavant, lorsque le ministre était encore dans de meilleures dispositions, à l'occasion de la cérémonie d'installation des présidents de la cour et du procureur général près la cour d'Oran, M. Zeghmati a rappelé aux juges qu'ils constituent « une autorité indépendante dont la mission consiste en l'application de la loi et la protection de la société et des droits individuels et de leur liberté ».
Pour que cela se concrétise, cette autorité judiciaire s'appuie, dit-il, sur les principes de la légitimité, de l'équité et de l'impartialité. Il rappellera que « l'indépendance des juges n'est pas un privilège accordé mais une responsabilité imposée qui l'oblige à arbitrer entre les personnes dans le cadre de leurs droits et de leur liberté… Sans influence extérieure».
Toutefois, précise le ministre de la Justice et garde des Sceaux, cette indépendance ne veut pas dire que le juge doit s'isoler de la société. « Si le peuple a hurlé de son fond intérieur de la nécessité de combattre la corruption et la tyrannie, il a également demandé en contrepartie, de la dignité, de l'équité dans les chances et le respect des droits de l'Homme et la justice sociale .»
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.