Covid-19: Le président Tebboune préside une séance de travail consacrée à la situation sanitaire dans le pays    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    El Tarf: la décision de confinement partiel dans les communes d'El Kala et El Chatt saluée par les citoyens    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Chelsea chasse Leicester du podium    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    En attendant un autre ordre de mission    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La gueulante du ministre de la Justice
RETARD DANS LES PROJETS DU SECTEUR
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 08 - 2019

Après une cérémonie d'installation du nouveau président de la cour, M. Antar Menouar, et de M. Reggaz Mohamed en tant que nouveau procureur général près la cour d'Oran, hier le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Belkacem Zeghmati, a fait le constat amer empreint d'incompréhension face aux retards et à la gestion des projets relevant de son secteur. « C'est intolérable ! Ce n'est pas sérieux», s'est-il ainsi offusqué.
Amel Bentolba - Oran (Le Soir) - En visitant le projet de réalisation d'un établissement pénitentiaire de 1 000 détenus à Bir El Djir, et qui cumule près de 10 ans de retard, le ministre n'a pas caché sa colère, ainsi que ses doutes : «On est tenu en otage, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ces histoires de projets comme ça qui traînent. ».
Les travaux du projet en question ont été lancés en 2009 et ne devaient durer que 22 mois. Ils ont dû être interrompus 4 ans (2010-2014) en raison d'un litige avec l'entreprise de réalisation, à cause d'un terrain rocheux. A cela le ministre réplique : « Non, non, il y a une étude initiale qui a été faite avant le lancement du projet et ces gens-là ont obtenu le projet en se basant sur l'étude, alors qu'ils assument leurs responsabilités. Pourquoi nous tiennent-ils en otage depuis 10 ans ?! ». Le ministre de la Justice, garde des Sceaux sera d'autant plus étonné lorsqu'il apprendra qu'il n'y a aucun problème financier. « Je ne suis pas d'accord, du tout du tout, du moment que le handicap financier n'existe pas, tout est subordonné à cela, si le projet n'avance pas c'est que l'erreur est chez nous », dit-il.
Pour M. Zeghmati, le bureau d'études est responsable du projet, les autres questions relatives au projet sont accessoires, dit-il et de s'adresser aux responsables du bureau d'études : « Nous vous avons confié une tâche pour laquelle vous êtes rémunérés. 
C'est de l'argent public qu'il s'agit. Cela fait des mois et des mois que l'on parle de ça en se demandant où est allé l'argent public. Comment il est géré ? Eh bien cela nous donne un exemple ! ». Il charge les responsables du projet en leur lançant : « Ce temps-là est révolu. Soit on maîtrise nos dépenses ou alors on ferme ! ».
Le constat sera identique au niveau du projet de réalisation du tribunal d'Es-Senia dont la réception provisoire du premier lot a été faite il y a une année, mais depuis, la totalité du projet n'a toujours pas été livrée. « Les problèmes techniques que vous avez rencontrés dès le départ, étaient prévus dans les études ? » demande le ministre.
La réponse ne l'étonne pas « Ici, c'est un peu spécial oui ça a été omis», et le ministre de répliquer « Voilà !!! On revient au problème principal, celui des études, rien n'est spécial dans des domaines pareils ou on maîtrise ou on ne maîtrise pas ! 11 ans de retard ! On ne peut pas continuer ainsi c'est honteux, moi j'ai honte d'avoir un projet comme ça. C'est inacceptable.»
Auparavant, lorsque le ministre était encore dans de meilleures dispositions, à l'occasion de la cérémonie d'installation des présidents de la cour et du procureur général près la cour d'Oran, M. Zeghmati a rappelé aux juges qu'ils constituent « une autorité indépendante dont la mission consiste en l'application de la loi et la protection de la société et des droits individuels et de leur liberté ».
Pour que cela se concrétise, cette autorité judiciaire s'appuie, dit-il, sur les principes de la légitimité, de l'équité et de l'impartialité. Il rappellera que « l'indépendance des juges n'est pas un privilège accordé mais une responsabilité imposée qui l'oblige à arbitrer entre les personnes dans le cadre de leurs droits et de leur liberté… Sans influence extérieure».
Toutefois, précise le ministre de la Justice et garde des Sceaux, cette indépendance ne veut pas dire que le juge doit s'isoler de la société. « Si le peuple a hurlé de son fond intérieur de la nécessité de combattre la corruption et la tyrannie, il a également demandé en contrepartie, de la dignité, de l'équité dans les chances et le respect des droits de l'Homme et la justice sociale .»
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.