Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un seul ennemi,… le peuple ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 09 - 2019

Au 30e vendredi, le volcan est toujours en éruption. Toujours serein et paisible. Mais l'autre, en face, celui qui tient le levier, ne bouge pas. Un sphinx. Un pharaon. Un roc ? Pas si sûr ! Tout au contraire, nombre de décisions précipitées, de rétropédalages, de promesses velléitaires et d'explicites menaces montrent que le roc n'est pas si solide qu'il y paraît. Depuis le début du mouvement du 22 février et son accroissement exemplaire et spectaculaire, on a senti, à intervalles réguliers, chez l'autorité désemparée qui détient le pouvoir, la tentation de l'anéantir par la répression. Toutes les manœuvres d'infiltration qui auraient imputé une éventuelle fin du mouvement aux manifestants eux-mêmes ont échoué. Ni le recours à la violence des forces de l'ordre, ni l'action de provocateurs injectés dans les cortèges, ni les nombreuses interpellations inconsidérées pour cause de détention du drapeau amazigh, ni la zizanie grossière de l'antikabylisme ne sont parvenus à délester le Hirak de son pacifisme et de sa maturité politique que les autorités devraient lui emprunter dans le traitement de cette crise majeure dont les manifestants sont la clé plutôt que le verrou.
La précipitation avec laquelle le pouvoir veut imposer une élection présidentielle avant la fin 2019 est en soi un signe de panique. Cet affolement se traduit, par ailleurs, par l'arbitraire d'arrestations à tout-va dont celle de Karim Tabbou opérée dans le plus pur style des enlèvements pratiqués par les polices politiques des années les plus sombres des dictatures.
Il est difficile de croire qu'il n'est pas un seul conseiller doté d'assez de bon sens et de lucidité politique pour expliquer à l'autorité que, dans les conditions révolutionnaires actuelles, l'élection présidentielle n'est pas la solution mais bien le problème.
A ce niveau de maturation de la situation, un petit flash-back ne serait pas inutile. Quelle que soit l'origine du mouvement du 22 février, il est plus que certain qu'il a très vite rencontré le refus populaire d'un ubuesque 5e mandat qui tendait à maintenir au pouvoir un moribond et un système en décomposition. Le mouvement populaire s'est emparé du Hirak, lequel, dépassant le motif originel du refus du mandat de trop, a très vite condensé tous les acquis, depuis l'indépendance, des luttes pour la réappropriation par le peuple des rênes de son destin.
L'évolution fulgurante des revendications passant du coup d'arrêt de la tragicomédie du règne interlope de Bouteflika et de sa camarilla à la remise en cause de tout le système politique algérien hérité du modèle FLN et de son Etat basé essentiellement sur des fondations militaires, ne peut être stoppée par des mesures autoritaires antidatées.
Il faut rappeler que c'est la volonté populaire qui, en contraignant Bouteflika à démissionner a, de fait, octroyé un pouvoir inespéré aux décideurs actuels qui ont eux-mêmes grandi et prospéré dans le sillage du clan déchu.
Déposséder de sa victoire, ce peuple qui a montré au monde une nouvelle voie dans l'expression de ses aspirations au changement, est tout, sauf du patriotisme. Les détenteurs du pouvoir actuel tiennent là une occasion historique inédite pour montrer au monde qu'ils sont capables de se mettre au diapason de leur peuple dans l'accomplissement d'un nouveau départ pour un pays qui s'est libéré par une guerre sanglante et qui connaît une indépendance ponctuée de régimes autoritaires et de guerres civiles.
Evidemment, l'angélisme n'est pas un argument et les intérêts qui dictent le dédain du mouvement populaire vont au-delà du sauvetage proclamé du pays qui, de toutes manières, ne peut pas se faire sans le peuple et a fortiori contre lui.
Le temps n'est pas encore loin où un certain Ouyahia fardait outrageusement la réalité en pérorant que les premières manifestations contre le cinquième mandat étaient l'expression populaire de la volonté de maintien de Bouteflika. On veut nous refaire le coup en nous disant que le Hirak demande une élection présidentielle alors que les millions d'Algériens exigent la fin du système négateur de leurs droits et libertés, le changement de république, et le départ de tous les hommes fossiles de ce système honni qui a causé le naufrage du pays.
Cette opportunité pour changer dans la paix, par le biais de la politique, un état de fait oppressant pour le peuple, est une victoire à porter à l'actif des Algériens qui ont démenti la réputation qui collait au drapeau d'avoir la violence instinctive et obligatoire.
Ceux dans l'escarcelle de qui le pouvoir est tombé grâce à la mobilisation populaire suscitée par l'atteinte à la dignité de tous et de chacun d'être gouverné par un cadre, ne devraient pas oublier que considérer le peuple comme un ennemi à réduire par le passage en force, ne fera qu'hypothéquer la construction de l'avenir.
Ils devraient se réjouir de ce que la mobilisation, au bout de trente semaines, continue à représenter un modèle de maturité et de mouvement pacifique, insensible aux promesses lénifiantes comme aux menaces et aux intimidations.
Ils devraient en prendre de la graine. Car on a l'impression que plutôt qu'un héros, il n'y a qu'un ennemi,… le peuple !
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.