L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



22 manifestants sous mandat de dépôt
Pour avoir participé aux marches du 30e vendredi à Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 09 - 2019

22 citoyens, arrêtés vendredi à Alger, ont été placés, hier dimanche, sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal de Sidi M'hamed.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Pour la première fois depuis le début du mouvement populaire du 22 février, des manifestants sont poursuivis pour atteinte à l'ordre public et mis en prison. A l'annonce des premières décisions de placer sous mandat de dépôt les premières personnes, «les avocats ont décidé de boycotter la présentation des détenus devant le juge d'instruction car il s'agit d'un procès politique où la décision de les mettre tous sous mandat de dépôt a été déjà prise ailleurs», comme affirmé par le président de l'association RAJ, Abdelouahab Fersaoui.
A l'extérieur du tribunal de Sidi M'hamed à Alger, des dizaines de citoyens, des responsables politiques et du mouvement associatif, ont organisé un rassemblement pour apporter leur soutien aux 22 manifestants interpellés vendredi et protester contre leur arrestation arbitraire.
Les avocats des manifestants ont appris les chefs d'inculpation sur place : les militants islamistes sont poursuivis pour «incitation à la désobéissance» et «incitation à attroupement» et les autres personnes présentées devant le procureur le sont pour « incitation à attroupement via les réseaux sociaux » et « atteinte à l'ordre public ». Il s'agit particulièrement des militants du RCD et du RAJ.
Les manifestants, sous l'œil vigilant des services de sécurité, ont exigé la libération de tous les détenus.
«Libérez les otages, ils n'ont pas vendu la cocaïne», «Y a pas d'élections avec les bandes» et «Algérie libre et démocratique» ont été parmi les slogans entonnés par les manifestants.
Ces derniers ont réclamé, en outre, la libération de Karim Tabbou et de Lakhdar Bouregaâ. Parmi les présents au sit-in, on cite le président du RCD, Mohcine Belabbas, et plusieurs cadres de son parti, Ramtane Taâzibt, député démissionnaire du PT, des militants du FFS, le président du RAJ, Abdelouahab Fersaoui, et le vice-président de la LADDH, Saïd Salhi.
Mais la décision de placer les manifestants sous mandat de dépôt a provoqué l'incompréhension et la consternation, d'autant plus que c'est la première fois depuis le lancement du mouvement populaire qu'un tel acte se produit.
«Désormais, la justice aux ordres continue dans la prise d'otage d'Algériens innocents et participe indignement au discrédit des institutions et à l'escalade dans la logique répressive d'un pouvoir aux abois», a dénoncé le chargé de communication du RCD, Atmane Mazouz.
«Finalement, le pouvoir est décidé de faire passer ses élections par la force et la contrainte. Il a fait le choix du pire au risque d'exacerber les tensions et d'attenter à la cohésion et la stabilité nationale. Ces élections sont dangereuses, comme celles déjà prévues le 18 avril et le 4 juillet 2019 et rejetées par le peuple», a réagi, pour sa part, le vice-président de la LADDH, Saïd Salhi, appelant au respect des libertés démocratiques et de la volonté du peuple pour le changement.
Dans des déclarations à la presse, Ramtane Taâzibt a affirmé que ces actes du pouvoir (emprisonnement des manifestants) vont renforcer la Révolution. Accusant le pouvoir de «piétiner la Constitution quand il veut», l'orateur a rappelé que la liberté d'expression et d'opinion est consacrée par toutes les conventions internationales ratifiées par l'Algérie.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.