JM Oran-2022: prise en charge par le MJS des programmes de préparation de 325 athlètes    Manchester City: Elu homme du match, Mahrez buteur face à Wolverhampton (Vidéo)    Ces habitudes nocturnes qui vous font prendre du poids    Man City : Guardiola ne tarit pas d'éloges à l'égard de Mahrez : "Il est exceptionnel"    Radiothérapie: de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Renforcement des capacités digitales dans l'enseignement supérieur: Lancement officiel hier du projet européen [email protected]    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Tout est sous contrôle    10.000 logements à la clé    Une femme égorgée à son domicile    Une Fédération pour les énergies renouvelables    La 2A devient GIG-Algeria    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les démocrates, confortés, accélèrent leur enquête
Destitution de Trump
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 10 - 2019

Confortés par des SMS montrant que la diplomatie américaine a conditionné une rencontre du président ukrainien avec Donald Trump à l'ouverture d'une enquête de Kiev sur Joe Biden et son fils, les démocrates accélèrent vendredi leur enquête visant à destituer le milliardaire républicain.
Ils doivent entendre à huis clos au Congrès l'inspecteur général des services de renseignement, Michael Atkinson, qui a largement contribué à faire éclater l'affaire ukrainienne au grand jour. C'est lui qui, en août, fut le premier à examiner le signalement transmis par un lanceur d'alerte membre de ses services à propos d'un échange téléphonique le mois précédent entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et Donald Trump. Jugeant ce signalement «crédible», il en a directement informé le Congrès avant que n'éclate une tempête politique à Washington.
Donald Trump est sous la menace d'une mise en accusation («impeachment») parce qu'il a demandé à son homologue ukrainien de l'aider à rassembler des informations compromettantes sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter dans la présidentielle de 2020. Les démocrates l'accusent d'avoir abusé de son pouvoir à des fins électorales personnelles.
Pendant plus de huit heures, à huis clos également, trois commissions de la Chambre des représentants ont entendu jeudi au Congrès Kurt Volker, l'envoyé spécial des Etats-Unis pour l'Ukraine jusqu'à sa démission la semaine dernière.
Les présidents démocrates de ces trois commissions ont ensuite rendu publics des extraits de plusieurs SMS, dont un envoyé par M. Volker à un conseiller du président ukrainien juste avant le coup de téléphone controversé de M. Trump.
«Entendu de la Maison Blanche. Si président Z convainc Trump qu'il va enquêter, découvrir ce qui s'est passé en 2016, nous trouverons une date pour une visite à Washington. Bonne chance !»
Deux jours avant l'échange téléphonique entre les deux dirigeants, M. Volker a également envoyé un message à Gordon Sondland, ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Union européenne, laissant entendre qu'il était important pour «Zelensky de dire qu'il aidera l'enquête». «Perpétrer au grand jour de tels abus n'absout pas le président Trump de ses méfaits, ni de ses graves infractions à la Constitution», ont déclaré les responsables démocrates dans un communiqué commun. Donald Trump, qui martèle depuis le début de l'affaire que son échange avec Volodymyr Zelensky n'avait rien de répréhensible, s'est encore défendu vendredi matin sur Twitter : «Le président ukrainien a clairement indiqué qu'il n'avait PAS été mis sous pression. Affaire classée !»
«En tant que président, je suis dans l'obligation de mettre fin à la CORRUPTION, même si cela requiert de demander l'aide d'un ou de plusieurs pays étrangers», a encore argué le président américain. «Cela n'a RIEN à voir avec la politique ou une campagne politique contre les Biden», a-t-il insisté. «Cela concerne leur corruption !»
Donald Trump accuse notamment Joe Biden, un des favoris des sondages dans la course démocrate à la Maison Blanche, d'avoir réclamé la tête d'un procureur ukrainien pour protéger son fils, Hunter, membre du comité de surveillance d'un groupe gazier ukrainien qui faisait l'objet d'une enquête.
Ulcéré par la menace d'une procédure de destitution, le milliardaire républicain, provocateur, a déclaré jeudi qu'il pourrait «assurément» demander au président chinois Xi Jinping d'enquêter aussi sur l'entourage de Joe Biden.
«La Chine devrait lancer une enquête sur les Biden parce que ce qui s'est passé en Chine est tout aussi grave que ce qui s'est passé en Ukraine», a-t-il lancé à des journalistes.
Hunter Biden, avocat et financier, a réalisé des investissements en Chine lorsque son père était vice-président de Barack Obama.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.