Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    PSG : Jesé Rodriguez bientôt viré ?    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    Sabri Boukadoum fait le ménage au MAE    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    Projet de loi sur la lutte contre l'enlèvement: des membres du Conseil de la nation saluent la teneur du texte    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    Décès de Saïd Bouhadja: Chanegriha présente ses condoléances à la famille du défunt    Le DGSN évoque avec l'ambassadeur suisse la coopération dans les domaines de police    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Numérisation en cours    Déjà en phase de modernisation    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Des agriculteurs bloquent le lancement des travaux    Qualification de huit nouvelles recrues    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    USMBA – RCR : Treize joueurs qualifiés par la LFP    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les écoles primaires paralysées
Education
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 10 - 2019

Pour le troisième lundi consécutif, les écoles primaires ont été paralysées, hier lundi, par un mouvement de grève nationale. La grève était ponctuée par un rassemblement devant le siège du ministère de l'Education nationale à Alger.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Les établissements scolaires du cycle primaire ont connu, hier, une nouvelle grève générale suite à des appels anonymes lancés sur les réseaux sociaux, appuyés, à l'occasion de ce troisième lundi de protestation, par quelques syndicats autonomes à l'instar de l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (Unpef) et du Syndicat national des travailleurs de l'éducation (SNTE).
Le taux de suivi a varié d'une wilaya à une autre, atteignant une moyenne de 62%, selon le SNTE. Dans certaines wilayas, comme Tizi-Ouzou, le taux de suivi s'est rapproché de 90% alors que dans la capitale, une moyenne de près de 50% a été enregistrée en prenant en compte les différences entre les trois Directions de la wilaya. Cette grève générale a été ponctuée par un rassemblement de dizaines d'enseignants du cycle primaire devant le siège du ministère de l'Education nationale à Alger.
Les protestataires ont dénoncé la dégradation de leur situation professionnelle, affirmant que leurs revendications étaient légitimes. Les grévistes revendiquent, en effet, l'amélioration de leur situation et les conditions de travail ainsi que des augmentations de salaire, estimant que «le fait qu'un enseignant du primaire touche un salaire de moins de 35 000 dinars est dégradant, voire insultant».
«Nous formons les générations de demain. Nous avons une charge de travail incroyable non seulement au sein des établissements mais aussi à la maison, car le travail se prolonge avec les préparations des cours, les corrections des feuilles d'examen… Tout ça pour un salaire qui ne dépasse pas 35 000 dinars», regrette un enseignant.
Les enseignants du primaire sont tenus, en outre, de faire un autre travail de gardien et de surveillant. C'est, en effet, eux qui gardent les élèves pendant la récréation et ce sont eux qui les conduisent aux cantines et les gardent. Ils ne leur manque qu'à leur cuisiner et leur servir à manger.
Dans la plateforme de revendication du SNTE figurent également la modification du statut particulier, de sorte à reclasser les enseignants du secondaire, du moyen et du primaire au même grade de base, et le réexamen des heures de travail des enseignants du primaire par rapport au temps de travail du moyen et du secondaire.
Le syndicat réclame également l'application immédiate du décret présidentiel 266/14 avec effet rétroactif depuis sa délivrance en 2014, le recrutement de superviseurs afin d'assurer l'encadrement des élèves dans la cour et les cantines et de permettre aux enseignants de se consacrer à leurs tâches pédagogiques, réinstaurer le système de spécialisation dans l'enseignement primaire, notamment pour l'éducation sportive, les mathématiques et la peinture afin de réduire les tâches de l'enseignant.
Une autre grève dans le secteur sera observée demain mercredi à l'appel de l'Unpef qui exige, en plus des revendications citées, le retour du droit à la retraite anticipée et sans condition d'âge, la régularisation de la situation des enseignants formés après le 3 juin 2012, afin de leur permettre de bénéficier des différentes promotions et la révision des programmes pédagogiques de manière à réduire le volume horaire et le poids du cartable de l'élève et augmenter ainsi la qualité de l'enseignement.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.