Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Les comportements-barrières d'antan    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    ECORCHURE    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international
Littérature
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 12 - 2019

Le Grand Prix Assia-Djebar du roman, décerné pour la cinquième année consécutive, a été attribué à trois lauréats pour leurs œuvres littéraires en arabe, tamazight et français.
En langue française, il est revenu à Lynda Chouiten pour son deuxième roman Une valse publié chez les éditions Casbah, à Khiri Belkhir pour Noubouate Rayka paru aux éditions El Khayal pour l'arabe, alors que le prix pour le roman en tamazight a été décerné à Djamel Laceb, auteur de Nna Rni. Ce prestigieux prix récompensant la production littéraire annuelle a été remis lors d'une cérémonie organisée jeudi au Palais de la culture Moufdi-Zakaria en présence du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassane Rabehi, et des membres du gouvernement.
Dans une allocution prononcée à cette occasion, Hassane Rabehi a exprimé «l'espoir fondé sur les participants à ce concours national pour continuer à enrichir le roman algérien et à inspirer le lecteur en marquant de leur empreinte le temps et le lieu». Il a estimé que ce prix se voulait «un prolongement» de l'existence de cette romancière exceptionnelle, à travers des générations successives de plumes, hommes et femmes et dans toutes les langues dans lequel il est décliné».
Evoquant la mémoire de l'auteure et académicienne Assia Djebar, le ministre a rendu hommage à un nom qui «rappelle la valeur de la littérature (...) et son influence positive sur la société». Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement et ministre de la Culture par intérim, a également déclaré que cette récompense était une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international et d'élargir le champ de la créativité.
Pour sa part, la présidente du jury, l'écrivaine et universitaire Aïcha Kassoul, a salué «la qualité des ouvrages en compétition» et appelé les maisons d'édition «à relever leurs critères de qualité et à redoubler d'effort en matière de présentation» du livre qui doit également «être un bel objet qui permet de rêver et de s'instruire». Elle regrette également que «certains textes proposés n'ont pas été revus et révisés comme il se doit».Interrogée par la presse sur les raisons de l'absence des trois lauréats à la cérémonie, Aïcha Kassoul l'a justifiée par l'inexistence d'une short list, souhaitant qu'à l'avenir les organisateurs du prix publient une liste restreinte des nominés à ce «prestigieux» prix. Institué en 2015 par l'Entreprise nationale de communication, d'édition et de publicité (Anep) et l'Entreprise nationale des arts graphiques (Enag), le Grand Prix Assia-Djebar du roman récompense les meilleures œuvres littéraires en langues arabe, amazighe et française.
En 2018, le prix est allé à Nahed Boukhalfa, Mhenni Khalifi et Ryad Girod. Le Grand Prix Assia-Djebar, la plus haute distinction littéraire en Algérie, récompense les meilleurs ouvrages romanesques en langues arabe, tamazight et française.
La récompense pour chaque ouvrage s'élève à 700 000 DA ( une baisse de 300 000 DA par rapport aux quatre premières éditions).
Le Grand Prix Assia-Djebar (1936-2015) a été institué en 2015 par l'Entreprise nationale de communication, d'édition et de publicité (Anep) et l'Entreprise nationale des arts graphiques (Enag).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.