Fête du Mawlid Ennabawi: la journée de jeudi chômée et payée    Barrage sur le Nil: reprise des négociations tripartites mardi sous l'égide de l'UA    Ligue de la communauté palestinienne en Algérie: une halte de solidarité avec le prisonnier Maher Al-Akhras    Barça : Koeman a sanctionné quatre joueurs    Coronavirus: 1.155.301 décès dans le monde    Barça : Pas de démission pour Bartomeu    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 20e jours de la campagne référendaire    Les zones d'ombre connaissent un "véritable saut qualitatif de développement"    Le procès de Karim Tabou reporté au 16 novembre    Bac 2020: résultats «remarquables» des meilleurs lauréats en dépit de la conjoncture sanitaire exceptionnelle    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le procès de l'ancien ministre décédé Benhamadi reporté    LE MINISTRE ATTAR AFFIRME : La sécurité énergétique assurée jusqu'en 2040    Une plate-forme numérique dédiée à la société civile avant fin 2020    OPERATIONS DE REBOISEMENT : Large participation de l'ANP dans la 1ère région militaire    Foot : Medouar autorisé à gérer les affaires courantes de la LFP jusqu'à l'AGE    Pogba quitterait les Bleus après les propos de Macron sur l'islam ? La réponse du joueur    Une troisième voie au FFS    Davies out pour huit semaines    L'ONU lance le Forum du dialogue politique libyen    Le hub de Tam fait jaser    Des citoyens ferment la voie de la Grande poste    Des rappelés de la décennie noire manifestent à Lakhdaria    Actucult    Quand Magda Romi bégaie    En Syrie, un château des croisés tente de retrouver son lustre d'antan    Zelfani a lancé dans le bain ses jeunes recrues    trois manifestants tués en Guinée    Salah Lebdioui nommé ambassadeur d'Algérie en Suisse    Les souscripteurs protestent    Les pertes estimées à environ 3 millions de dollars par jour    Nouvelle alerte    Insuffisance de moyens dans les établissements scolaires    Les villageois veulent redorer le blason d'Imesdourar    Le torchon brûle entre la France et la Turquie    Entrée en vigueur du traité interdisant les armes nucléaires    Zetchi salue le choix des joueurs expatriés et le rôle des parents    Le gouvernement technocrate est-il la bonne solution ?    Le Sila aura bien lieu !    "Un écrivain doit s'inscrire dans des combats"    Oran : Coup d'envoi du Salon Batiwest    Mascara: Des promesses pour les porteurs de projets    Traité virtuel    Qu'est-ce qu'un « Hirak » qui n'a pour objectif que le « Hirak» ?    La vente de produits pyrotechniques revient    Ligue 1 - Mercato: Entre les espérances et la réalité du terrain    Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles    Tiaret: Exhumation des restes des corps de six martyrs    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chouiten, Laceb et Belkheir, lauréats de la 5e édition
Grand prix Assia Djebar du roman 2019
Publié dans Liberté le 07 - 12 - 2019

Lynda Chouiten s'est vu décerner le Grand prix dans la langue de Molière pour son roman Une valse, paru cette année aux éditions Casbah. Dans la section roman en tamazight, le lauréat n'était autre que Djamel Laceb pour Nna Tni, des éditions Imtidad, et en langue arabe le prix est revenu à Kheiri Belkhir pour son ouvrage intitulé Nabou'at rayka.
Le 5e grand prix au nom de la romancière et poétesse Assia Djebar a été décerné jeudi soir au palais de la culture Moufdi-Zakaria, en présence d'écrivains, d'éditeurs et d'officiels. Trois romans en langues française, amazighe et arabe ont été primés lors de cette soirée par le jury présidé par l'universitaire et écrivain Aïcha Kassoul. Ainsi, Lynda Chouiten s'est vu décerner le Grand prix dans la langue de Molière pour son roman Une valse, paru cette année aux éditions Casbah.
Dans la section roman en langue amazighe, le lauréat n'était autre que Djamel Laceb pour Nna Tni, des éditions Imtidad, et en langue arabe le prix est revenu à Kheiri Belkhir pour son ouvrage intitulé Nabou'at rayka (éditions Dar El-Khayal). Interrogée sur le choix de son jury de primer ces romanciers, Kassoul dira : "Mon critère premier est quand je prends un livre, je ne peux plus le lâcher. Jusqu'à la fin, jusqu'à la dernière phrase et jusqu'au dernier mot.
Et c'est le coup de cœur qu'on a eu tous ensemble pour le prix en français, parce que c'est l'histoire d'une Algérienne qui vit ici et qui est hantée par des voix, c'est une sorte de psychose. Je trouve que c'est une véritable prouesse que d'arriver à mettre des mots, des phrases et un excellent niveau de langue sur un dérèglement mental." Et à l'universitaire de parler des deux autres lauréats, et les maux sociaux qu'ils abordent dans leurs œuvres respectives.
"Dans un registre à peu près équivalent, on a ressenti au cours de nos lectures une espèce de malaise dans l'Algérie d'aujourd'hui qui s'exprime à travers cette écriture", plus particulièrement, a-t-elle poursuivi "chez les jeunes qui essayent de trouver une raison d'exister et de vivre dans ce pays. C'est un élément commun, un état de santé psychique qui n'est pas très équilibré (…) c'est ce qui est ressorti de cette édition 2019".
Par ailleurs, au cours de la soirée, le directeur des éditions Enag, Hamidou Messaoudi, a fait savoir que de nombreux romans de Djebar ont été traduits en arabe, dont Le Blanc de l'Algérie, Vaste est la prison et L'Amour, la fantasia, et paraîtront avant la fin de l'année. Kateb Yacine ne sera pas en reste selon le responsable, puisque ses romans ont été traduits en arabe et sont en cours de traduction vers tamazight, en collaboration avec le Haut-Commissariat à l'amazighité (HCA).
Pour sa part, le directeur des éditions Anep a dévoilé que le Grand Prix Assia Djebar du roman prendra un nouveau cachet lors de la prochaine édition "avec plus de créativité et une nouvelle voie". Pour rappel, 95 romans ont été sélectionnés pour la cinquième édition de ce prix dans les trois langues nationales. Les lauréats quant à eux reçoivent un prix assorti d'une récompense financière, fixée à un montant de sept cent mille dinars algériens.

Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.