PSG: Leonardo ne serait pas passé à l'action pour Neymar !    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune achève sa visite d'Etat au Royaume d'Arabie saoudite    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Sahara Occidental: l'UA, un partenaire principal dans le processus de décolonisation    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Blida: report du procès de Abdelghani Hamel et de Berrachdi au 19 mars prochain    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    Les discussions de Genève sur la Libye boudées par les Libyens    Rassemblement de protestation des Patriotes    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Un jeune tabassé à mort à Sidi Khettab    Accident mortel à Béni-Saf    Litige entre élus et administration autour du portrait du Président Tebboune    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    La révolution contée en peinture    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Le pas en avant au bord du précipice !    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 01 - 2020

Dialogue inter-libyen. L'Algérie prête à l'abriter !
À Laâyoune !
J'ai lu avec plaisir l'article de ma consœur Abla Chérif dans l'édition du Soir, hier mercredi, et intitulé «Enquête sur les législatives de 2017 ». Je l'ai lu et relu avec plaisir, pour deux raisons au moins. La première est qu'il faut toujours lire les papiers de Abla Chérif parce qu'ils sont bien écrits, ce qui, en soi, est une raison suffisante dans le champ de l'« écrit journalistique » dézédien. La seconde réside dans la structuration de ses articles et la solidité de ses sources. Et donc, ceci expliqué, je sors de ma lecture de son papier sur la justice et l'intérêt qu'elle porte ces dernières heures aux législatives truquées de 2017 avec ce nom et ce prénom : Bouteflika. Saïd. Non pas que je ne connaisse pas le sieur. Je pratique les Bouteflika depuis au moins 97 et leurs retours déjà balbutiants de l'exil et de la traversée du désert doré. Non ! Je ne découvre pas Saïd aujourd'hui. Par contre, des années après ce casse du siècle, ce hold-up opéré par la fratrie d'Oujda, je suis toujours aussi sidéré par la… fragilité du pays. Oui ! La fragilité effrayante de la Dézédie. Comment une famille, un homme, un jeune frère, un cadet a-t-il pu prendre possession d'un pays tout entier ? Sans qu'aucune institution, armée comprise, et je répète au cas où certains n'auraient pas compris, armée comprise, ait réagi en 20 ans de braquages ? Le phénomène Saïd, le parcours du Prince Saïd m'interpelle aujourd'hui, pour l'avenir. Voilà un homme, frère du boss, qui a pris les commandes du pays, sceaux de la République compris, et qui l'a transformé en entreprise familiale et privée. Il est aujourd'hui en prison. D'accord ! Mais qui me dit et qui peut me garantir qu'avec l'emprisonnement du Prince Saïd, la fragilité «étonnante» et déroutante du pays a disparu avec lui ? Qui ? Qui peut m'assurer que dans un an, dans deux ans, ou dans trois ou quatre mandats successifs, un frère, un fils, un oncle ou un apparenté du puissant du moment ne reviendra pas entrebâiller la porte d'un Conseil de gouvernement pour vérifier que tout le monde est assis à la bonne place et écoute religieusement parler un cadre ou un cheval barbe ? En un mot, le sort de Saïd Bouteflika, je m'en tamponne un peu le coquillard, comme des premières neiges sur les hauteurs de l'Atlas blidéen. Par contre, le sort de l'Algérie, une contrée fragilisée au point de pouvoir tomber comme un fruit mûr entre les mains du premier psychopathe de passage, ça, ça m'inquiète au plus haut point. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.