Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux moi ou la comédie romantique réinventée
Le dernier Klapisch projeté à Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2020

Le long-métrage Deux moi, dernier-né du cinéaste français Cédric Klapisch a été projeté samedi à l'Institut français d'Alger. A mi-chemin entre la comédie romantique et la satire sociale, ce film est sans doute l'un des plus tendres du réalisateur.
Mélanie et Rémy vivent dans deux immeubles mitoyens à Paris. Ils ne se connaissent pas mais traversent tous deux une phase dépressive dans une ville paradoxale où les rapports sociaux sont quasi-déshumanisés. Mélanie, brillamment interprétée par Ana Girardot, est biologiste dans un laboratoire d'immunothérapie qui sort d'une rupture douloureuse. Rémy, campé par le non moins épatant François Civil, est un ouvrier introverti qui vient d'être promu alors que tous ses collègues sont licenciés.
Solitaires, contemplatifs et mélancoliques, ils prennent chaque jour les mêmes transports, empruntent les mêmes rues et fréquentent la même épicerie ; ils consultent deux psychanalystes différents avec lesquels ils finissent par mettre le doigt sur l'origine de leur mal-être.
L'auteur-réalisateur du Péril jeune et de L'auberge espagnole bouscule les codes de la comédie romantique en élaborant un récit urbain aussi dense que réaliste et en choisissant un angle narratif original et décalé : celui de l'avant-rencontre. Cela lui permet à la fois d'interroger les raisons qui poussent l'humain à aller vers son semblable à l'ère de l'individualisme et de la technologie dévorante et dresser un portrait bouleversant de la ville de Paris.
Exit donc les mièvreries du genre et les recettes faciles : Cédric Klapisch porte un regard multiple sur la vie moderne avec cette sensibilité caractéristique de ces films qui fait côtoyer gravité et légèreté, humour et spleen, questionnements angoissés et notes d'optimisme. Sans jamais tenter de diriger le spectateur, le cinéaste lui propose au contraire d'accompagner ces personnages ordinaires et attachants et de dialoguer librement avec eux pour qu'en fin de compte, il sorte de la salle de cinéma en ayant l'impression d'avoir fait lui aussi une rencontre. Le langage formel de Klapisch rejoint ce dispositif dramaturgique dans son aspect hétéroclite et pulsatile : il va de la fantaisie à la fresque urbaine en passant par l'onirique et l'abstraction, le tout formant un ensemble cohérent où la poésie n'est jamais loin.
Le prochain rendez-vous cinéma de l'Institut français d'Alger est prévu pour ce mercredi 29 janvier à 18h avec le dernier film de Roschdy Zem, Persona non grata (2019).
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.