Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    La constitutionnalisation de l'ANIE: un gage de transparence de tout scrutin    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    La colère de Zeghmati    Le procureur veut alourdir les peines pour Ouyahia et Eulmi    "Réunir la famille du FFS sous un même toit"    Louisa Hanoune pointe "une régression des libertés"    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans le vol de véhicules    Les spécialistes plaident pour des décisions prudentes    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Les paramédicaux face à la sourde oreille de la DSP de Bouira    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    JSMB : La saignée a commencé    AGEx de la SSPA/USM el Harrach : Retrait de confiance à Laïb acté aujourd'hui    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Importation: Pas de retour aux licences    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Bouira - Algérie Télécom : forum sur les nouvelles technologies numériques    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak en citation directe !
Le mouvement citoyen et le 4e art
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 02 - 2020

A travers l'exemple de deux pièces théâtrales récentes, le phénomène d'un «recyclage» du Hirak dans la création artistique apparaît de plus en plus comme une pratique appelée à se généraliser, notamment sur les planches.
Khatini, d'Ahmed Rezzak, qui a affiché complet à Alger trois jours de suite et Rajïne de Hamida Aït El-Hadj adapté d'un texte de Tahar Ouettar sont deux parmi d'autres exemples illustrant une tendance qui prend d'assaut le théâtre algérien : le recours à la sémantique du mouvement citoyen du 22 février.
Depuis toujours, le théâtre en Algérie ne s'est jamais dissocié des problématiques politiques du pays. C'est même l'art politique par excellence, compte tenu de son Histoire et de son caractère populaire. De Hassan El Hassani à Ahmed Rezzak en passant par Slimane Benaïssa et Medjoubi, la dérision ou la tragédie ont tenté de combiner messages politiques et œuvre artistique.
La parabole, la métaphore et le soin porté à la forme ne sont néanmoins pas toujours au rendez-vous : la facilité et le discours direct l'emportant parfois sur le reste. Depuis le début du Hirak, le théâtre prend à bras-le-corps l'Histoire en marche et s'approprie, parfois sans grands efforts, les codes et les messages du mouvement du 22 Février, ce qui affole systématiquement l'applaudimètre et attire le grand public.
La standing-ovation ayant couronné Khatini lors de sa générale à Alger aux cris de «Algérie libre et démocratique» illustre parfaitement le succès d'une telle formule. La pièce décrit un contexte d'anticipation où le pays est littéralement vidé de ses jeunes dont il ne reste qu'un seul, convoité par le pouvoir politique, lequel est évidemment incarné par des grabataires croulants et mesquins. Quant à Hamida Aït El-Hadj, elle reprend la nouvelle Les martyrs reviennent cette semaine de Tahar Ouettar en la mettant au goût du jour et en introduisant une forte présence féminine.
Dans les deux pièces et, à plus forte dose, chez Ahmed Rezzak, l'ombre du Hirak plane sur la scène. Les dialogues sont en effet truffés de slogans tirés directement des manifestations du vendredi, tandis que le personnage du président et de son général caricaturent le binôme politique d'hier et d'aujourd'hui. Pour sa part, Rajïne fait porter au personnage d'un noble poète la charge dénonciatrice égrenant les injustices et les abus dont les dirigeants se sont rendu coupables.
Le propos est généralement enveloppé dans un canevas humoristique chez Rezzak et tend vers le mélodrame chez Aït El Hadj. Comme souvent dans ce genre de pièces, le texte prend largement le dessus sur la forme et, notamment, la mise en scène qui, dans le cas de Khatini, se résume à une direction d'acteurs (très nombreux) qui se donnent la réplique sans discontinuer. Même verbosité dans Rajïne bien qu'on peut y déceler un certain effort formel.
Ainsi, il y a dans la production théâtrale récente un tel engouement pour la reproduction, souvent paresseuse, des paradigmes du Hirak qu'on frôle parfois la photographie du réel avec son lot déclamatoire, moralisateur et peu élaboré artistiquement.
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.