Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Extension du confinement partiel à toutes les wilaya et rallongement des horaires pour neuf autres wilayas à compter de dimanche    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    ORAN : Deux secteurs seulement pourvoyeurs d'emplois    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    MOSTAGANEM : L'Association Salsabil intensifie ses actions envers les établissements de santé    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive
Expositions
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 02 - 2020

Foires multiples, transport d'œuvre par avion, voyages de VIP, emballage coûteux, gaspillage... Pointé du doigt, le monde de l'art lisse son image pas très écoresponsable et se mobilise, tardivement mais sûrement.
De Bâle à Miami, de Londres à Hong Kong, plus de 200 foires, fortes consommatrices d'énergie, contribuent au réchauffement climatique. Pour Emmanuel Fessy, expert de l'art contemporain, ce nombre n'est aujourd'hui plus tenable. Des dizaines de milliers de personnes, voyageant souvent en classe affaires, parfois en avion privé, accumulent les miles, soucieux de pouvoir «publier sur instagram des photos prouvant qu'ils étaient» aux différents rendez-vous, fait-il valoir.
Sans compter que les œuvres circulent à prix d'or dans des caisses perfectionnées, conçues pour un seul usage. Et qu'à la fermeture des expositions, les coûteuses vitrines et installations sont souvent jetées à la benne. Les grandes foires assurent relever le défi : à Paris, la Fiac (Foire internationale d'art contemporain) se targue ainsi d'avoir recyclé 44% de ses déchets en 2019.
Art Basel a financé «une compensation carbone» lors de son édition en décembre à Miami. Un mécanisme qui permet de financer des projets vertueux pour tenter de contrebalancer en partie ou totalement leurs émissions de CO2. Cela «fait penser aux indulgencs» de l'Eglise à l'époque de la Réforme, ironise Emmanuel Fessy.
En France, dans les musées et galeries, aussi toutes les idées «sobres» sont bonnes : recyclage, isolation thermique, vente en ligne, limitation du plastique... en commençant par des badges d'accès en carton. Alors que le Grand Palais fermera fin 2020 pour plusieurs années de travaux, l'architecte Jean-Michel Wilmotte prépare sur le Champ-de-Mars une structure éphémère pour accueillir la Fiac, Paris-Photo et les défilés de mode : elle est construite exclusivement en bois, en grands blocs démontables qui pourront être réinstallés entièrement dans d'autres lieux. Une économie maximale d'énergie, assure son cabinet.
Le Comité national des galeries d'art (CNGA) s'est mobilisé, adressant des préconisations aux galeries françaises. Selon sa présidente Marion Papillon, si certaines sont indifférentes, beaucoup «ont de bons réflexes, notamment pour le stockage, un problème aigu. Elles savent qu'une caisse, elles n'ont pas intérêt à la jeter». «L'écoresponsabilité» les conduit, dit-elle, à «mutualiser le transport» des œuvres et des visiteurs, et aussi les données informatiques, dispersées sur quantités de serveurs.
La récupération des matériaux se fait par le biais d'associations comme la Réserve des arts qui les redonne, notamment à des écoles d'art. Même si, au nom du droit d'auteur, des scénographes s'opposent à la réutilisation de leurs vitrines. Le combat écologique est aussi un combat contre les ego.
La Bibliothèque nationale de France (BNF), pionnière depuis 2007, a introduit dans ses cahiers des charges des clauses draconiennes : par exemple, le bois utilisé doit venir de forêts gérés en développement durable. «On construit moins aussi. Ainsi, nous avons un parc de vitrines, que les scénographes sont incités à utiliser», explique Anne Manouvrier, adjointe au service des expositions.
Au Louvre, le recyclage est un chantier constant, explique Maxime Caussanel, chargé du développement durable. Sur 1 200 tonnes de déchets par an, le quart est recyclé, le reste incinéré, générant une flux énergique. La «mobilité durable» limite le nombre de véhicules, «optimise» le transport. La biodiversité est cultivée dans le jardin des Tuileries.
Paris-Musées, avec ses 14 musées, cherche à regrouper deux, voire trois expositions dans un même musée, proposant des réutilisations de cimaises et de mobiliers muséographiques dans son réseau.
Le Palais de Tokyo entend s'appuyer sur un cercle de mécènes écoresponsables qui auront des engagements pour soutenir des projets. Mais que font les pouvoirs publics dans tout cela ?
«Il convient de disposer d'outils permettant de connaître l'empreinte carbone d'une foire, d'une exposition itinérante. Les autorités de tutelle n'ont pas encore fourni de tels outils aux musées, organisateurs de foires», estime Jean-Christophe Castelain, directeur du Journal des arts. Ces contraintes ont finalement leur bon côté: elles constituent «une chance pour revaloriser le marché de l'art local» en favorisant les évènements de proximité, analyse Marion Papillon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.