Révision de la taxe sur véhicules et maintient de l'augmentation du prix du carburant    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    MOSTAGANEM : Le wali interdit les baignades et l'accès aux plages    Coronavirus: 127 nouveaux cas,199 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: lancement d'enquêtes épidémiologiques dans les wilayas aux taux élevés    Pétrole: deux réunions de l'OPEP en juin pour évaluer l'impact des baisses de production    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    On vous le dit    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Maintien de la paix : Pékin promet une plus grande contribution    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Manifestation à Rome contre le gouvernement Conte    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    FAF : Réunion du bureau fédéral aujourd'hui    Accusations de prévarication : La BAD temporise malgré l'appel    Impact de la Covid-19 : Quand l'industrie de l'aérien bat de l'aile    Un maghrébin au long cours    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    Washington signe la fin de sa relation avec l'OMS    Ghardaïa: arrestation de dix présumés "coupeurs de route" à Hassi-Lefhal    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    Souk Ahras : La fourrière pour 454 véhicules    Le gouvernement prêt à négocier avec les talibans    Six ouvrages pour dire la tragédie nationale    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Hommage à Michel Seurat    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    L'infrangible lien…    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Les feuilles de l'automne    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui se souvient de Hashas Aïssa ?
Boxe
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 03 - 2020

La boxe, que l'on appelle aussi le «noble art», met en présence des énergies, des volontés, des intelligences. Elle impose par ses règles strictes une discipline inflexible à tous ceux qui la pratiquent. La boxe, c'est d'abord un sport, mais c'est aussi un métier ; un métier difficile auquel on ne s'habitue pas facilement (s'habitue-t-on à la souffrance ?), mais qui en cas de réussite, rend au centuple au boxeur, ce que celui-ci a d'abord sacrifié. Hashas Aïssa, ce redoutable boxeur, surnommé «le jaguar», né le 8 mars 1936 de la noble famille des Ouled-Sidi-Boutkhil de Aïn-Séfra, fut un grand pugiliste d'une grande pugnacité. Il était un nom célèbre dans l'histoire de la boxe des années 1950 et 1960 dans la catégorie des poids super-légers et deviendra entraîneur dans les 1970 et 1980. Réunissant agilité et cran, il se lancera dans le noble art et s'offrit un tableau de chasse de 58 combats professionnels pour 44 victoires, dont 35 avant la limite, concédant 2 nuls et 12 défaites. L'apogée de sa carrière est atteinte le 5 octobre 1964 à Helsinki (Finlande) lorsqu'il est retenu comme challenger pour le titre de champion d'Europe des super-légers face au Finlandais Ollé Maeki. Mais suite à une blessure, Hashas ne pourra défendre complètement ses chances alors qu'il était en mesure de l'emporter. Pour son premier match aux Etats-Unis, Hashas qui était invaincu depuis ses débuts professionnels, s'est incliné à Los Angeles par knock-out au 8e round, battu par l'Américain Jimmy Hornsby. Il a, donc, connu une défaite assez inattendue devant un pugiliste de modeste renommée. Il se consolera en remportant, une dernière fois, le titre de champion de France face à Fernand Nollet en 1966. Ce poids super-léger, domina alors, la plupart de ses rivaux et devint multiple champion de France des poids super-légers des années 1960 et vice-champion d'Europe. Il fut un des boxeurs les plus actifs dans sa catégorie, avec un style de type américain. Surnommé «le jaguar», Aïssa a marqué son histoire grâce à son talent exemplaire, aux côtés de ses concurrents : Chikhaoui Mohamed (lui aussi de Aïn-Séfra), Chérif Hamia, Omar-le-Noir, Daïdi, Godih, Faradji, Dib, et d'autres Africains comme le Tunisien Sadok Omrane, le Marocain Benmiloud Abdelkader, l'Ivoirien Jules Touan, le Sénégalais Léonard Tavarez, le Ghanéen Allotey Love etc. Hashas Aïssa devint par la suite entraîneur au sein du Ring de Massy (France) dans les années 80. Né le 8 mars 1936 à Aïn-Séfra et décédé le 20 décembre 2014 à l'âge de 78 ans en France, Hashas Aïssa était papa de deux enfants, Myriam et Farid (qui fut membre du Ring de cette même ville), et grand-père de cinq petits-enfants, comme il était un proche par alliance de la famille du défunt Président français Jacques-Chirac.
B. Henine

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.