Les bienfaits des pistaches    Saint Etienne : Les regrets de Boudebouz face à Lille    Serie A : Large victoire de Naples face à la Roma    300 médicaments en rupture de stock: Le syndicat des pharmaciens accuse les distributeurs    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Détresse dans les airs    Aïn El Turck: Des bouchers dénoncent la concurrence des revendeurs de viande de l'abattage clandestin    DROIT DE VIVRE ET DE RESPIRER    110 civils tués dans une attaque terroriste au Nigéria    L'ancien député Tliba jugé en appel    Droits de l'Homme: Alger condamne la résolution du Parlement européen    Talaie El Hourriyet: «La crise économique est antérieure à la crise sanitaire»    Football - Ligue 1: Des promesses et des imperfections    JSK - Youcef Bouzidi nouvel entraîneur: Retour à la case départ !    Education: Grève aujourd'hui dans les écoles    Décès de 4 personnes à l'intérieur d'une voiture à Skikda: La mort causée par asphyxie au dioxyde de carbone    Tebessa: Ils détournaient l'argent d'une personne décédée    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    La France face à ses contradictions    Le Dinar poursuit sa dégringolade    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Aribi termine meilleur buteur    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'effroyable perspective d'un 5e mandat au temps du coronavirus !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 03 - 2020


- Tu fais quoi ?
- Je rajoute des glaçons à mon gel hydroalcoolique. Sec, j'y arrive pas !
- ???
Vous en êtes déjà à disséquer les mesures Tebboune pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Je vous envie ! Moi, je suis encore à l'entrée du Palais à me tenir le ventre. Ben oui ! Dès qu'il a commencé son discours, Djidji, y a eu un moment où j'ai perdu le fil. Non pas que ça ne présentait pas d'intérêt ce qu'il disait, mais c'est plutôt autre chose d'effrayant qui m'a saisi, empli de terreur. Je me suis dit ceci, en mon for intérieur, aucun son ne pouvant franchir la barrière de ma bavette alcoolisée. Oui ! Parce que moi, je double les précautions et recommandations, j'alcoolise mon masque. Donc, je me disais ceci en mon très for intérieur : et si Boutef' était encore Président ? Et si la Révolution du Sourire, An I, n'avait pas réussi à le liquider ? Et si Abdekka 1er, Emir d'Oujda-Les-Deux-Mosquées, impotent, inaudible et incompréhensible était encore à la tête du pays ? Et si Prince Saïd le dirigeait vraiment, ce pays, aidé par ses compagnons de sorties joyeuses, la bande d'« hommes-de-les-affaires » ? Là, vous comprendrez aisément qu'on puisse perdre le fil d'un discours, au demeurant bien torché, et c'est mon avis que j'assume. Une sueur froide a recouvert mon corps à cette seule évocation. Qui aurait pris les mesures d'urgence que Djidji vient de prendre ? Epidabord, qui se serait adressé à nous, en ce soir du mardi 17 mars 2020 ? Le micro-cravate amplifié ? Un cadre ? Un des lecteurs assermentés des discours du Raïs ? Ou carrément un Cheval ? Mazette ! Alors, très honnêtement, je préfère pour l'heure vous laisser l'insigne honneur de disséquer ce qu'a dit Djidji. De décréter qu'il a été bien ou mal élu. Moi, je suis plus trivial et moins cérébral. Je goûte l'instant présent. Le monde entier est au bord du gouffre. Et c'est un Président en forme, en santé, l'œil vif et la voix posée qui, sans avoir à être poussé dans le dos par son frère ni charreté d'une pièce à l'autre, s'est adressé à moi, les yeux dans les yeux pour me dire : cette épreuve, nous allons la traverser ensemble. Juste ça, c'est tout bonnement inédit en plus de 20 ans. Pour le reste, demain, et les jours suivants, le thé se fumera encore et encore pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.