Pétrole : l'OPEP+ "sur la bonne voie" pour soutenir les cours    Le Gouvernement approuve la création d'une école des sciences et technologies de l'informatique à Bejaïa    Algérie/Belgique : l'ambassadeur belge relève l'excellence des relations bilatérales    Constantine : inauguration du siège de sûreté de la daïra d'Ali Mendjeli    Abdelghani Zaâlane acquitté dans l'affaire Tahkout    ANNABA : Installation de Madjid Aknouche à la tête de la sûreté de wilaya    ALGERIE POSTE : 374 milliards de dinars retirés en juin    Appels à une action urgente pour la libération des prisonniers sahraouis détenus dans les prisons marocaines    Football / FAF - Convocation d'une AGEx : réactions des clubs    POUR AVOIR INSULTE LES MEDECINS DE GARDE DU CHU ORAN : La chanteuse Sihem ‘'Japonia'' écrouée    AGRESSIONS CONTRE LE PERSONNEL MEDICAL : Le président Tebboune demande une loi    ERADICATION DES BIDONVILLES A ALGER : Lancement de l'opération de relogement des familles    554 nouveaux cas confirmés et 12 décès en Algérie    L'APC DE SOUAFLIA FERMEE PAR DES MANIFESTANTS : Les habitants du douar ‘'El Biode'' demandent une enquête    Aïd El Adha: un abattage rituel en règle pour prévenir la contamination au Covid19    Le nouveau record du Real Madrid    Anthar Yahia conseille Benchaâ à l'ES Tunis    Les précisions d'Air Algérie    Condoléances    Une alternative familiale    Nouvelle offensive de Seat    Quatre cadres, dont l'ex-directeur des ressources en eau, placés en détention préventive pour corruption    23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Le feu de forêt de Raouna maîtrisé    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Du débarquement des forces alliées en Algérie en 1942 et des dommages collatéraux causés aux populations autochtones    Jouer cartes sur table !    Au Cameroun, Alioum Moussa peint la fragilité du monde face au coronavirus    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    Abdellatif Bourayou devait signer hier son contrat    Le cas Prince Ibara réglé    Sonatrach rassure Cherif El-Ouazzani    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    La communauté internationale au chevet du Mali    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Verdict le 15 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un vendredi sans Hirak à Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 03 - 2020

Les appels insistants des activistes du mouvement populaire, des médecins, des partis politiques et des associations ainsi que les massives campagnes de sensibilisation à la nécessité de suspendre les manifestations, demandant aux citoyens de rester chez eux, comme unique solution pour éviter la propagation du coronavirus, n'ont pas été vains. La capitale était, hier vendredi, qui devait être le 57e vendredi de mobilisation populaire, une ville morte.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) -Toutes les rues du centre-ville où se déroulaient les manifestations populaires de grande envergure étaient désertes, et ce, durant toute la journée.
Dans l'après-midi, heure d'envahissement de la ville par les manifestants, la ville était morte. Les commerces (cafés, restaurants, fast-foods…) qui ont ouvert durant tous les vendredis du Hirak, ont baissé leurs rideaux.
Pour plusieurs activistes et observateurs, les hirakistes ont réagi avec conscience et responsabilité face aux dangers de propagation du coronavirus dans les rassemblements et marches citoyennes.
Les consignes de protection étaient respectées scrupuleusement. Aucun rassemblement n'a été organisé, y compris devant les mosquées qui étaient fermées. Le siège du RCD à Didouche-Mourad où se regroupent des militants et des manifestants depuis plus d'un an, était fermé, a-t-on constaté.
Si les manifestants sont restés chez eux, ce n'est pas le cas des forces de l'ordre. En effet, un dispositif des plus impressionnants, plus musclés que les vendredis précédents, a été déployé dans la ville.
Des dispositifs ont été positionnés au niveau de plusieurs points, comme à proximité du siège du RCD, à la place Audin, à la Grande-Poste, au tunnel des Facultés, la place du 1er-Mai, le boulevard Amirouche, les rues Larbi-Ben-M'hidi, Asselah-Hocine, Zighoud-Youcef et même la rue Tanger.
Ces forces de l'ordre étaient préparées à faire face à toute tentative de manifestation. Quelques personnes, parmi les rares passants, ont été interpellées sans raison apparente, a-t-on constaté à la rue Didouche-Mourad. Des agents en civil procédaient en même temps à la vérification de l'identité des passants. Dans les rues d'Alger, fantomatiques, il n'y avait presque que la police et quelques journalistes. «C'est le haut degré de conscience», commentent des internautes.
Les hirakistes, pour qui la mobilisation de vendredi est devenue presque une tradition, se désolent de devoir rester chez eux.
«C'est la raison qui l'a emporté. Nous suspendons les marches pour nous protéger d'abord et éviter aussi au pays une crise sanitaire qui peut s'avérer fatale, surtout que nous n'avons pas les moyens d'y faire face. Mais cela ne veut pas dire que nous abandonnons notre révolution.
Le Hirak, nous le poursuivrons autrement, mais nous allons réoccuper le terrain une fois cette crise dépassée», nous affirme un inconditionnel des marches «vendrediennes».
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.