L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «feu bactérien» a ravagé de nombreux poiriers
Aïn Defla
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 06 - 2020

Le « feu bactérien » est une maladie bactérienne des végétaux qui touche principalement les arbres fruitiers comme les poiriers, les pommiers, les cognacés, les néfliers, entre autres.
Selon des sources scientifiques, l'agent pathogène est la bactérie appelée Erwinia amylovora, bactérie Gram-négative de la famille Entérobactériaceae.
Selon la DSA (Direction des services agricoles), la présence de cette bactérie a été détectée en 2008 et les premiers symptômes observés dans certains vergers sont apparus durant l'année 2011-2012, heureusement sans faire de dégâts irréversibles. Cependant, indique-t-on, cette année, à la faveur des bouleversements climatologiques qui on sévi, citons le stress hydrique qui a duré plus de 2 mois suivi de périodes de chaleur, ont été les signes flagrants de l'attaque de cette maladie jugée très dangereuse pour la production de poiriers. Attaques constatées au niveau de nombreux vergers de la plaine du Chélif notamment dans les localités de Djelida, Sidi-Lakhdhar, Fghaïlia, entre autres. En roulant sur la RN4, on peut déjà voir les poiriers noircis donnant l'impression d'avoir été calcinés.
En fait, c'est l'infestation des plants par la bactérie qui provoque le flétrissement des bouquets floraux et le noircissement du feuillage. Ce qui engendre le dessèchement de branches entières entraînant la mort de l'arbre, particulièrement les jeunes plants, quand les conditions sont favorables pour la prolifération de la bactérie, très contagieuse, pouvant ravager un verger entier en quelques jours.
Heureusement, certains vergers n'ont pas été touchés par le « feu bactérien » parce les propriétaires, conscients et avertis, ont appliqué les traitements préventifs.
Ceux qui ont subi les agressions de la bactérie ont fait l'économie de l'application de ces traitements, par conséquent, aujourd'hui, ils enregistrent des pertes énormes estimées à une réduction de la production globale selon la DSA, entre 30 et 40%, voire bien plus car de nombreux arbres ont été totalement anéantis.
Toujours selon cette source, des équipes ont été constituées et les enquêtes d'évaluation des sinistres sont en cours. Les résultats seront connus sous quinzaine.
Il faut dire aussi que ce type de fléau n'est pas couvert par les assurances parce que ne relevant pas des calamités naturelles, mais de « la négligence des producteurs », indique le principal assureur agricole la CRMA.
C'est un coup dur pour la production fruitière surtout que la wilaya de Aïn-Defla, avec ses 3 500 ha de vergers, est classée première dans la culture de la poire, la Santa Maria à qui pourtant on reproche sa grande sensibilité aux aléas des changements climatiques.
Les spécialistes consultés conseillent la nécessité d'introduire des espèces moins sensibles et plus adaptées pour éviter de tels sinistres.
Karim O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.