Tebboune opéré avec succès du pied droit    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    En attendant la bonne thérapie    Assainissement de l'affichage publicitaire à Aïn El Turck: Des panneaux illicites démantelés et des mises en demeure    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Après le sit-in à la Faculté de médecine: L'administration répond favorablement aux revendications des étudiants    Rapport Stora sur la colonisation: Pas de «repentance ni d'excuses»    Perte de 131.000 postes d'emploi    Des derbies et de belles affiches au menu    265 nouvelles contaminations et 6décès en 24 heures    Un nouveau projet de loi en cours    La présidence rassure sur l'état de santé du chef de l'Etat    "Ni repentance ni excuses"    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    Véritable moelleux au chocolat    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    La gamme Dacia étoffée    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Crise structurelle des caisses de sécurité sociale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Près de 140 morts en trois jours    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    La commune se tourne vers les marchés couverts    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouveau SG du FLN à l'offensive
PRENANT LA DEFENSE DU PARTI ET DENONÇANT SES PREDECESSEURS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 06 - 2020

Visiblement conforté par le quitus du ministère de l'Intérieur qui a validé les résolutions de la dernière session du comité central du parti, dont celle portant son élection comme secrétaire général, Abou El-Fadhel Baâdji passe à l'offensive pour défendre le vieux Front mais pour également torpiller ses pourfendeurs au sein du parti.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - «Les militants du FLN n'ont jamais appuyé l'option du cinquième mandat présidentiel ni soutenu un autre candidat lors de l'élection présidentielle du 12 décembre dernier», a affirmé, hier samedi, le tout nouvel homme fort du parti du Front de libération nationale.
Animant une conférence de presse quinze jours après son plébiscite à la tête du vieux Front du pouvoir, et au bout d'un «isolement sanitaire volontaire», a-t-il avoué, comme pour démentir les rumeurs liées à une supposée contamination au coronavirus, Abou El-Fadhel Baâdji s'est évertué, dans sa première sortie médiatique dans son nouveau rang, à défendre le parti qu'il dirige et dont de nombreuses voix parmi celles du Mouvement populaire du 22 février 2019 réclament la mise au musée de l'Histoire. «On veut faire payer au FLN le prix», a-t-il déclaré, mettant nommément en cause le frère cadet du président de la République déchu, les frères Kouninef, le patron de l'ETRHB, Ali Haddad, Tayeb Louh, en prison pour des faits de corruption et de détournement de deniers publics, et Moad Bouchareb d'avoir instauré la corruption au sein du doyen des partis du pays et de le dévier de sa ligne originelle. Et de relever s'être «opposé» à cette œuvre de destruction du parti il y a quelques années. «J'ai fait mon hirak en 2017 en démissionnant du bureau politique du parti», a-t-il fièrement affirmé.
Et à Baâdji d'enfoncer ses pourfendeurs au sein du parti qui parlent d'ores et déjà de l'option de son éjection du siège de secrétaire général du parti. Ceci en se démarquant du fameux communiqué portant résolution de la dernière session extraordinaire du comité central du parti incluant les noms du président de la République et du Premier ministre comme membres de cette instance délibérante entre deux congrès. «Le président de la République s'est porté candidat indépendant en décembre dernier», a-t-il déclaré, accusant ouvertement l'ancienne direction du parti d'être l'auteur de ce communiqué que «je n'ai pas lu».
Un communiqué qui, faut-il le rappeler, a valu ce que d'aucuns ont considéré comme une sévère mise au point, une réaction de la présidence de la République.
Le ministre d'Etat, porte-parole de la présidence de la République, avait déclaré à l'APS (Algérie presse service) que Abdelmadjid Tebboune était le Président de tous les Algériens et qu'il n'avait aucun lien organique avec aucun parti et que Abdelaziz Djerad avait quitté les rangs du FLN il y a longtemps. Le nouveau secrétaire général du FLN n'a pas manqué également d'épingler l'un de ses prédécesseurs, Ammar Saâdani, en affirmant que sa position à l'égard de la question sahraouie relevait d'un simple «avis personnel».
Affirmant, sur un autre plan, que le parti déposera tout prochainement ses propositions au sujet de l'avant-projet de révision constitutionnelle, Baâdji exprimera sa disponibilité à «travailler de concert avec tous les partis quand il s'agit de l'intérêt du pays».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.