Ligue 1: Le programme des rencontres de la 15ème journée    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    «La pensée libre» à la barre    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    LDC : Mendy libère le Real Madrid face à l'Atalanta    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les musiciens improvisent pour survivre avec le coronavirus
Allemagne
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 06 - 2020

La hautboïste Cristina Gomez Godoy de la Staatskapelle de Berlin, l'un des orchestres classiques de la capitale allemande, jette un regard plein d'excitation sur la scène peu conventionnelle sur laquelle elle s'apprête à jouer pour la première fois depuis trois mois. Avec quatre autres musiciens, l'artiste espagnole donne ce soir-là un concert... dans une cour d'immeuble de Berlin, accompagnée par le bourdonnement des guêpes et des abeilles. Quant au décor de la scène, c'est un lierre géant qui mange la façade du bâtiment. «En fait, je suis nerveuse», concède la trentenaire qui, comme l'ensemble de son orchestre et des milliers d'autres musiciens en Allemagne, n'a pas pu donner la moindre représentation depuis la fermeture des salles de concert et de spectacles en mars pour cause de pandémie de nouveau coronavirus. «Pour nous, musiciens, c'est un plaisir de jouer à nouveau ensemble malgré ce cadre réduit et je pense que les spectateurs vont aussi apprécier», se réjouit-elle.

Silence
Le secteur de la culture doit rivaliser d'imagination pour se produire en public malgré les restrictions liées au virus et les cours d'immeubles ne sont qu'un exemple. Si les bibliothèques, les musées et les galeries d'art ont été autorisés à rouvrir sous conditions en avril, les défis restent majeurs, en particulier pour les théâtres, les salles de concert, les opéras et les cinémas. Des directives ont été édictées en mai, prévoyant, entre autres, un nombre restreint de spectateurs et une distance de 1,5 mètre entre chacun, ce qui limite drastiquement le nombre de places qui peuvent être vendues. Sans parler du nombre réduit d'artistes sur scène. Début mai, la Philharmonie de Berlin a livré un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler le monde culturel post-pandémie avec un concert de seulement 15 musiciens sur scène.
Bus à impériale
Le Deutsche Oper, l'un des trois opéras berlinois, a organisé un spectacle sur un parking automobile et l'Orchestre symphonique de Berlin a joué sur la plateforme supérieure d'un bus à impériale. Mais cela ne suffit pas. Le syndicat des orchestres allemands (DOV) réclame la reprise progressive des concerts dans toute l'Allemagne. «Pour les musiciens indépendants, c'est une question de survie pure et simple», explique Gerald Mertens, à la tête du DOV. «Les orchestres plus petits, en particulier dans les églises, les concerts plus petits et en plein air devraient être autorisés à se produire à nouveau le plus rapidement possible», selon lui. Le syndicat critique le fait que tous les sièges dans les avions peuvent être occupés alors qu'ils ne sont que 30% à pouvoir l'être dans les salles de concert. «Nos membres veulent remonter sur scène. Ils veulent de nouveau jouer de la musique devant un public.» Grâce au généreux système de subventions de l'Etat, le secteur artistique en Allemagne est moins en danger que dans d'autres pays européens. Et le gouvernement allemand a annoncé un plan d'aide d'un milliard d'euros pour le secteur de la culture notamment pour les théâtres et les cinémas.

Goutte d'eau
Mais pour certains, ce n'est qu'une goutte d'eau dans un océan. «Cela montre la valeur accordée à la culture, par exemple, en comparaison avec les aides de 9 milliards euros pour une compagnie aérienne», s'insurge le responsable de la culture à la mairie de Berlin, Klaus Lederer. L'Etat allemand a dû en effet se porter au secours de Lufthansa dont la plupart des avions sont cloués au sol. La cour de cet immeuble du quartier de Charlottenburg, dans l'ouest de la capitale, ne dispose que de quelques places pour le public en raison des mesures de distanciation sociale qui préconisent, jusqu'à nouvel ordre, une distance de 1,5 mètre entre deux personnes. Les plus chanceux sont les locataires des étages supérieurs qui disposent d'une vue plongeante et aux premières loges sur la scène, installés sur les rebords de fenêtres, une bière en main.
Ursula Dyckhoff, 77 ans, vit au premier étage mais a tout de même apprécié le spectacle : «C'était formidable, l'acoustique et aussi la vue.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.