LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Les fruits amers des accusations interposées    Installé hier: Le Général Ali Ouelhadj Yahia, nouveau Commandant de la Gendarmerie    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un casse-tête chinois pour les commerçants
PROTOCOLE SANITAIRE ACTE II
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 07 - 2020

Rendues plus rigoureuses, les instructions du Premier ministre portant sur le respect des mesures de lutte contre la propagation du Covid-19 dans le secteur du commerce, peinent à trouver leur traduction sur le terrain. Les services de contrôle du commerce ont été sommés de les appliquer avec fermeté. Les commerçants eux, tentent de se plier aux consignes, parfois sans résultat, face à l'indiscipline des citoyens.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - La réouverture des commerces a été la première étape de la levée graduelle du confinement en Algérie, le 14 juin dernier. Une reprise qui a été conditionnée par la mise en place d'un protocole sanitaire strict dans les magasins. Seulement, le respect de ces gestes barrières n'a pas été observé par tout le monde.
Certaines superettes ont continué à travailler au même mode d'avant la crise sanitaire du Covid-19 : un accès illimité de clients, des caissiers sans masque de protection et des caddys non désinfectés après chaque utilisation. Dans la plupart des marchés de fruits et légumes, toutes les règles de protection contre ce virus ont été bafouées. Ici, point de distanciation physique ni port de masque. Les marchands de fruits et légumes, tout comme les clients, ignorent ces mesures de protection. Pourtant, les contrevenants sont passibles d'une amende de 10 mille dinars.
Cette «résistance» a malheureusement provoqué une recrudescence des cas de Covid-19 en très peu de temps. C'est ainsi que les pouvoirs publics sont passés à la vitesse supérieure. Aucun laxisme ne sera désormais toléré quant au non-respect du protocole de prévention sanitaire mis en place. Pour ce faire, les directeurs régionaux et de wilaya ont été rappelés à l'ordre. Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, les a instruits quant à l'application rigoureuse des orientations du Premier ministre portant sur les mesures de lutte contre la propagation du Covid-19 dans le secteur du Commerce. Accompagnés par les agents des forces de l'ordre, les services du ministère du Commerce doivent ainsi procéder à des actions de contrôle dans les magasins et les marchés. Afin de dissuader toute résistance aux lois et règlements en vigueur, les contrevenants risquent la fermeture immédiate du commerce, le retrait du registre de commerce ainsi qu'une sanction pécuniaire. Contraints, la plupart des commerçants tentent tant bien que mal de faire respecter le protocole sanitaire. Sur leurs vitrines, des affiches rappellent l'obligation du port de la bavette. Toujours est-il, les clients indélicats restent nombreux. «Il y a des gens qui ne respectent rien et rentrent dans la pharmacie sans masque. Je dois à chaque fois leur demander de respecter les consignes», témoigne, Samir, vendeur en pharmacie. Comme Samir, ils sont nombreux ces commerçants qui parfois sont obligés à jouer les gendarmes auprès de leurs clients. Une charge assez lourde sur les épaules de ces professionnels qui risquent gros en cas de défaillance. Le président de l'Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), Hadj Tahar Boulenouar, affirme qu'il y a effectivement un renforcement du contrôle des commerces et atteste d'un respect «presque total» des gestes barrières par les commerçants. «Après trois mois de fermeture, les commerçants et les artisans ne sont pas prêts à retourner à l'inactivité. Ils sont donc obligés de respecter les mesures de protection du coronavirus», dit-il. Boulenouar estime d'ailleurs, que les commerçants sont sensibilisés davantage maintenant qu'ils sont doublement responsables. «Ils sont responsables du respect de ces gestes par eux-mêmes et par les clients à l'intérieur de leur magasin. C'est le commerçant qui sera pénalisé dans le cas où le client ne respecte pas ces mesures», explique-t-il.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.