Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les nouveautés, en temps de pandémie
EDITION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 07 - 2020

En ces temps de pandémie du nouveau coronavirus, de confinement, de distanciation sociale, d'activités réduites et de librairies fermées, l'édition livresque continue son petit bonhomme de chemin.
Deux nouveautés chez les éditions Rafar : Itinéraires du coronavirus M3. Essai d'une uchronie du siècle XXI et Recueil de mots, de maux et d'émotions d'un Algérien. Eduquons-nous tous...Pour qu'ils dégagent. Les deux ouvrages sont l'œuvre de Abdelhamid Senouci Bereksi.
«A quelque chose malheur est bon», dit-on. La pandémie peut stimuler la création, littéraire, artistique et dans d'autres domaines, disciplines, arts et métiers. Itinéraires du coronavirus M3 est présenté comme «un voyage imaginaire mais qui s'inspire beaucoup de la réalité». Le livre commence par la conclusion d'Albert Camus dans La Peste, publiée en 1947 : «Car il savait que cette foule en joie ignorait, et qu'on peut lire dans les livres, que le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais, qu'il peut rester pendant des dizaines d'années endormi dans les meubles et le linge, qu'il attend patiemment dans les chambres, les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et que, peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et l'enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse.»
Les différents chapitres ont, notamment, pour titres «Alger, en 2020», «L'agent M3 », «La déferlante» ou «La fin... victoire de la foi».
L'auteur écrit en quatrième de couverture que le confinement et la distanciation sociale ont permis (chez lui) «un exercice d'introspection, de réflexion et d'imagination d'un monde que l'homme, le citoyen, veut récupérer».
Recueil de mots, de maux et d'émotions d'un Algérien. Eduquons-nous tous...Pour qu'ils dégagent est comme un dictionnaire d'un genre particulier. En effet, et comme son titre l'indique, l'ouvrage comporte des jeux de mots, des calembours et des boutades, correspondant à des termes choisis et classés par ordre alphabétique et dans lesquels il émet un certain nombre d'avis et d'appréciations sur l'état de la société et du pouvoir en Algérie. Le ton est souvent dominé par l'humour et l'ironie. «Ce recueil est un cri d'espoir. Au-delà du fait de mettre des mots sur les maux, je cherche à apprivoiser les blessures pour mieux les exposer dans l'espoir de les exorciser et restituer le droit à l'espérance», explique aussi l'auteur.
Diplomate de carrière, Abdelhamid Senouci Bereksi est diplômé de l'ENA d'Alger en 1970 et, plus tard, de l'Ecole de médiation Edumonde des Pays-Bas en 2009. Il a occupé différents postes de responsabilité, notamment celui de secrétaire général du ministère des Affaires étrangères.
K. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.