Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Le choc !    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    La forêt brûle à Cherchell, Damous et Gouraya    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Un passeur arrêté    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Chlef: Le nouveau procureur général installé    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Tébessa: Autre temps, autres gens...    La composition des deux groupes connue    Opération de nettoiement et de désinfection    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate
Parution de deux ouvrages de l'ancien ambassadeur Abdelhamid Senouci Bereksi
Publié dans Liberté le 06 - 07 - 2020

De "tchipa" à hydrocarbures, en passant par "h'chouma", l'arabe algérien et autres termes bien de chez nous sont décortiqués par la plume de Abdelhamid Senouci Bereksi. Et ce dernier n'y va pas de main morte pour remettre en question des années de gouvernance chaotique, de mensonges et une mainmise autant sur les esprits que sur les richesses.
Voilà donc l'ancien ambassadeur Abdelhamid Senouci Bereksi, qui décortique le climat sociopolitique algérien à la faveur d'une compilation, un abécédaire, ou, comme l'auteur lui-même aime à le préciser, "un recueil de mots, de maux et d'émotions d'un Algérien". Paru il y a quelques jours aux éditions Rafar, cet opus, fait de jeux de mots, de calembours et autres boutades correspondant à des termes choisis et classés par ordre alphabétique, est un condensé de réflexions subjectives.
Qu'elles tournent autour du quotidien morose de l'Algérien lambda, de sa classe politique en total déphasage avec la société, ou des réflexions de cet ancien diplomate sur le Hirak. Ces petites notes acerbes et pleines d'humour, du reste, par un homme de terrain, connaissant bien les arcanes du pouvoir.
De "tchipa" à hydrocarbures, en passant par "h'chouma", le dialecte algérien, le français et autres termes bien de chez nous sont décortiqués par la plume de Abdelhamid Senouci Bereski. Et ce dernier n'y va pas de main morte pour remettre en question des années de gouvernance chaotique, de mensonges et une mainmise autant sur les esprits que sur les richesses.
Puis il y a ces passages autobiographiques, où l'auteur se permet plus de liberté en faisant appel à une réminiscence nostalgique de tout ce que l'Algérie a apporté et porté comme hommes braves, pendant et après la révolution de 62. À la définition du mot "fraude", il cite l'exemple de cette soirée bien particulière d'un certain 20 septembre 1962, alors qu'eut lieu l'élection de la première assemblée constituante.
"Ce jour-là, dit-il, mon père, ancien prisonnier, était président d'un centre de vote de la ville de Tlemcen. La nuit, il fut ramené à la maison tout ensanglanté et ecchymosé." "Son crime ? poursuit Senouci, il avait refusé d'avaliser la liste d'élus que voulaient imposer les nouveaux occupants de mon pays (Ben Bella) et qui ne correspondait pas à celle des urnes !"
Aux côtés de ce passé et sa révolution confisquée, l'auteur s'intéresse à l'actualité en y consacrant un petit livret intitulé Itinéraires du coronavirus M3, essai d'une uchronie du siècle XXI. Le coronavirus M3 devient le personnage principal de ce genre hybride, à mi-chemin entre la fiction et l'essai.
Il narre au lecteur comment il a entrepris un voyage qui l'a mené de Wuhan, centre de la pandémie, en passant par l'Europe et les Etats-Unis, et la panique, suivie de l'anarchie qui a fait vaciller ces deux mastodontes économiques. Résultant d'un exercice d'introspection que le combo panique-confinement a imposé à chacun d'entre nous, le récit, teinté d'une bonne dose de fiction certes, ouvre le champ de questions telles que : quel avenir pour l'homme sur terre ?
Courant uniquement derrière le profit et l'enrichissement. Que reste-il des relations entre les hommes, quand certains s'enrichissent toujours plus, tandis que d'autres meurent encore de faim ? Il a suffi qu'un organisme d'un micron se répande en quelques semaines sur terre pour lever le voile sur nos failles et nos lacunes, autant humaines que politiques et économiques.

Yasmine AZZOUZ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.