Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Pas de compensations financières pour les agriculteurs    Effondrement total de 3 habitations et d'autres lézardées    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Plus de 17 000 consultations effectuées à l'EHU d'Oran    L'alimentation en eau potable perturbée    L'université de Skikda adopte un protocole sanitaire    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    El Tarf: Trois pistolets automatiques et des munitions saisis    El Tarf: Deux morts par noyade    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 07 - 2020

Coincé depuis vendredi dernier chez sa belle-mère par le couvre-feu, il se suicide !
Ces drames dont on ne parle pas !
À partir de quel moment la situation sanitaire peut-elle être décrite de manière autorisée comme grave ? Dès que Marine Le Pen considérera comme normal et naturel que la France présente des excuses à la Dézédie ? Dès le moment où nous pourrons croiser des moutons sans que nos narines n'exhalent l'odeur du charbon et nos dents ne s'allongent comme des piques de « Ch'wa » ? Dès que les sceptiques du Covid-19 feront leur comin-out en masse, en procession, les bras et les jambes entravés par des bavettes XXL et des bouteilles de gel hydroalcoolique en équilibre sur leurs têtes, déjà pas très équilibrées, à l'origine ? Dès que Algérie-Télécom s'excusera publiquement auprès de la Confédération nationale des Escargots pour «concurrence déloyale», et auprès de l'Union des couturiers et tailleurs pour «coupures intempestives cousues de fil blanc» ? Dès que les patients, dans les services Covid-19, gravement atteints et rongés par la fibrose trouveront malgré tout la force, les dernières forces pour obliger leurs médecins à marquer des pauses pour ne pas mourir d'épuisement ? Faut juste nous dire à partir de quel moment on peut ! Et ensuite, nous passerons dans la joie et l'allégresse à l'étape suivante. Celle au cours de laquelle vous aurez la gentillesse et l'extrême amabilité de nous indiquer avec précision, coordonnées GPS à l'appui ; quand nous pourrons respirer, dans quelle direction du vent tousser et enfin à quel moment approprié et responsable fumer du thé pour rester convenablement et sagement éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.