Le ministère de la Défense: Le général-major Meftah Souab n'a pas fui    Prophéties de chaos    Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    Ligue des champions d'Europe: Suspense garanti à Barcelone et Turin    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    L'apocalypse à Beyrouth    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Aucun algérien ne figure parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth (Liban), a annoncé le ministère des Affaires étrangères    Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Baisse sensible en 2020    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Les travailleurs réclament leurs salaires    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Sept migrants décédés et cinq blessés dans un accident    Réalisation de puits pour l'amélioration de l'AEP    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    REOUVERTURE DES MOSQUEES : Les ‘'oulémas'' appellent à réaménager les horaires du confinement    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    Se reconstruire après la tragédie    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment communiquer au mieux ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 07 - 2020

Vous aurez beau insister sur le fait que le coronavirus n'est pas né en Algérie, ils ne vous écoutent pas. Parce qu'ils savent de quoi il en retourne, qu'ils ont leur petite idée là-dessus et qu'il est, par conséquent, inutile de leur affirmer le contraire. Eux, sont les résistants inconditionnels du Hirak.
Ils craignent que si on cesse d'en parler, il ne mobilisera plus jamais comme il l'a fait jusqu'à ce que la maudite pandémie vienne, non pas siffler la fin de la partie, mais mettre sur pause le mouvement populaire. Une consœur et amie me racontait, il y a trois jours, comment, dans l'organe public où elle exerce, elle aussi, le métier d'informer, des collègues, censés faire pareil, à savoir sensibiliser sur les dangers qu'il y a à ne pas appliquer les recommandations des médecins qui sont jour et nuit au chevet de malades dont ils ne savent pas s'ils vont réussir ou non à les sauver, ne l'entendent pas de la même oreille.
Non seulement ils ne se protègent pas, mais ils vous expliquent pourquoi ils ne le font pas et pourquoi, à eux, on ne la fera pas. Prêcher le contraire en accusant, par exemple, le pouvoir d'avoir inventé la Covid-19 pour enterrer le Hirak ferait, selon eux, partie d'un serment fait à la mobilisation populaire ! Inutile de leur faire remarquer que le mal est né à l'autre bout du monde avant d'infester la planète. Ils ont une autre théorie aussi fantasque que le sont leurs explications. Faudra pas s'étonner que ces hurluberlus nous bombardent un matin d'arguments tirés par les cheveux selon lesquels, par exemple, le système algérien serait le père de la Covid-19 ! Qu'il aurait créé le corona, rien que cela, pour mater la contestation, décourager les partisans du Hirak et les occuper autrement pour leur faire oublier les raisons qui leur avaient fait occuper la rue. Nos savants algériens, impliqués jusqu'au cou dans la cabale, se seraient empressés d'en infester l'univers avant que les enquêtes internationales n'orientent leurs soupçons sur la recherche algérienne totalement acquise au système. On dit que pour venir à bout d'un mal, il faut en connaître l'origine. Qui fait le mieux dans la désinformation ?
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.