Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le virus frappe en prison
AU LENDEMAIN DU DECÈS DE MOUSSA BENHAMADI, PLUSIEURS ANCIENS HAUTS RESPONSABLES DETENUS SERAIENT EGALEMENT ATTEINTS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 07 - 2020

La pandémie a fini par emporter Moussa Benhamadi, ancien ministre des TIC, il est décédé ce vendredi dans l'aile carcérale de l'hôpital Mustapha, où il avait été transféré lundi dernier.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - L'information de son infection au coronavirus circulait depuis plusieurs jours. Elle a été confirmée par sa famille au courant de la semaine écoulée et cette dernière avait également indiqué que le défunt avait été testé positif le 4 juillet. Placé en soins à l'infirmerie de la prison, son état se dégradait à mesure que les jours passaient. Le 13 juillet, décision est prise de le transférer d'urgence à l'hôpital Mustapha, où il est placé en soins intensifs. On le dit alors dans le coma. Vendredi soir, la terrible nouvelle tombe : l'ancien ministre a succombé. Il en était à son dixième mois d'incarcération.
En septembre 2019, l'ancien ministre des Télécommunications avait été placé sous mandat de dépôt et conduit à la prison d'El Harrach où se trouvaient déjà détenus trois de ses frères dans le cadre de l'affaire Condor.
C'est en prison que Moussa Benhammadi a été infecté par le coronavirus ne cesse de répéter sa famille qui attendait ardemment l'introduction d'une nouvelle demande de mise en liberté provisoire ce mardi. Il ne serait pas le seul détenu testé positif.
Ce vendredi soir, un vent de panique s'est emparé de la famille de Ali Ghediri. Des rumeurs insistantes diffusées sur les réseaux sociaux avaient fait état de son décès, ce qu'a immédiatement démenti son avocate. Peu avant minuit, son avocate, Me Nabila Slimani, a réagi en infirmant ces rumeurs sur sa page Facebook. Deux jours auparavant, cette dernière avait cependant confirmé la contamination de l'ancien général major, expliquant que son état de santé et les soins qui lui sont prodigués l'avaient contraint à interrompre la grève de la faim qu'il avait entamée pour l'obtention d'un procès – juste et équitable — avaient révélé ses avocats durant une conférence de presse organisée mardi dernier.
Vendredi au soir, Mme Nabila Slimani informait cependant l'opinion publique que Ali Ghediri se trouvait dans un état stable qui ne suscitait pas d'inquiétude. Des membres du collectif chargés de sa défense avaient en outre prévu de lui rendre visite durant la journée d'hier.
Ali Ghediri n'est pas la seule personnalité détenue à El Harrach à être contaminée par le coronavirus. L'avocat de Ahmed Ouyahia a fait publiquement état de ce fait lors le dernière semaine consacrée au procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout.
Avant l'ouverture de l'audience réservée aux plaidoiries, Me Benkraoula a informé le président du tribunal que l'absence de son client était due à son hospitalisation et que lui-même avait été informé de son évacuation par l'administration pénitentiaire d'El Harrach. Cette évacuation a été suivie de plusieurs rumeurs là aussi rapidement démenties par un autre de ses avocats, Me Fetnassi. La défense de l'ex-Premier ministre a fait savoir qu'il se trouvait dans un état stable.
Dès sa contamination, Ahmed Ouyahia a été placé en isolement et mis sous traitement à la prison d'El Harrach, avant d'être transféré à l'hôpital Mustapha, mais il aurait entre-temps contaminé d'autres anciens responsables détenus tout comme lui.
Des sources différentes ont, en effet, affirmé que le virus avait ainsi également atteint Abdelmalek Sellal, une information que ses avocats se sont abstenus de confirmer ou d'infirmer. Hier, la défense de l'ancien ministre de l'Industrie, Yousef Yousfi, a de son côté, tenu à informer l'opinion publique que les tests effectués sur son client se sont avérés négatifs. Il n'en serait malheureusement pas de même pour d'autres anciens ministres.
Des sources concordantes ont annoncée la contamination de l'ancien DG du Club-des-Pins, Albdelhamid Melzi, information confirmée auprès de l'un des membres du collectif chargés de sa défense.
Depuis le début de la pandémie, la prison d'El Harrach avait, à l'instar d'autres pénitenciers, mis en place des dispositions visant à protéger les détenus des risques de contamination. L'une des premières décisions consistait en l annulation des visites des familles à leurs proches incarcérés. Depuis le mois de mars dernier, date de l'entrée en vigueur du dispositif visant à endiguer l'épidémie du coronavirus, les détenus n'ont pu également recevoir le traditionnel couffin. Les familles étaient informées de l'état de leurs proches par les avocats qui ont été eux aussi soumis à de nouvelles règles.
Les entrevues entre ces derniers et leurs clients ne pouvaient en effet se dérouler qu'a travers une vitre. Le 16 juillet, le ministère de la Justice a cependant décidé de rétablir les visites des familles dans les prisons à travers les 19 wilayas qui ont enregistré une levée totale du confinement.
Après plusieurs semaines de ralenti, la vie a commencé à reprendre son cours au niveau des tribunaux et notamment au tribunal d'Alger, où plusieurs procès importants liés à la corruption ont été organisés. Le nombre important de personnes dans les salles d'audience avaient fait réagir les avocats qui ont, lors du procès Tahkout, demandé à transférer le lieu du procès au tribunal de Dar-El-Beïda, car étant doté de salles beaucoup plus grandes, cette demande avait été toutefois rejetée par la Cour qui a rappelé aux avocats qu'elle n'avait pas autorité pour le faire, car ayant été elle-même désignée par la Cour suprême. Depuis le début de la pandémie, les avocats n'ont eu de cesse d'alerter sur les risques liés à l'épidémie. Des appels à la mise en liberté provisoire d'un maximum de détenus avaient été lancés.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.