Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Ali Ghediri est désespéré"
Son avocate dit craindre pour son client
Publié dans Liberté le 08 - 07 - 2020

La défense d'Ali Ghediri, en détention provisoire depuis 13 mois, a décidé d'introduire une demande de liberté provisoire.
Cela fait treize mois que le général à la retraite Ali Ghediri est en prison. Son dossier judiciaire est dans l'impasse. Ses avocats craignent pour sa santé et décrivent un homme abattu, affaibli malgré son courage légendaire. Derrière les barreaux de la prison d'El-Harrach où il a été placé en détention provisoire en juin 2019, le général Ali Ghediri continue de clamer son innocence. Après avoir obtenu la levée, le 10 juin dernier, de l'accusation d'espionnage, l'ancien candidat à l'élection présidentielle d'avril 2019 est toujours poursuivi, par la chambre criminelle de la Cour d'Alger, pour "atteinte au moral des troupes".
Une accusation qu'il réfute. "Il a refusé catégoriquement la deuxième accusation, pour ‘crime'. J'ai donc déposé le mémoire de cassation auprès de la Cour suprême hier mardi", indique Nabila Selimi Benhamdine, son avocate, que nous avons contactée au téléphone hier. La juriste indique que son mandant refuse de comparaître pour un "crime inexistant". Parce que dans les faits, "le dossier est vide". La justice lui reproche en réalité une phrase, extraite d'un entretien accordé au journal El Watan en décembre 2018. Il y indique, entre autres, que l'armée devait "protéger le processus électoral". Depuis, l'homme a pu vivre normalement et s'est même porté candidat à l'élection présidentielle, avortée, d'avril 2019.
À son arrestation, en juin 2019, Ali Ghediri était accusé de "trahison" pour "avoir fourni des documents" à des "parties étrangères". Mais cette accusation a fini par être retirée car "non fondée", explique Me Nabila Selimi Benhamdine. Mais l'autre accusation demeure et il "ne comprend pas pourquoi tous ceux qui sont accusés (en correctionnelle et non en criminelle comme lui) pour les mêmes faits sont libérés sauf lui", indique la juriste. Elle dit craindre pour le moral de son client. Car, le pourvoi en cassation, introduit par Ali Ghediri, risque de prendre "au moins 9 mois", rien que pour que la Cour suprême puisse dire si le recours était recevable ou pas.
La programmation du procès interviendra donc plus tard. Devant l'impasse, les avocats d'Ali Ghediri ont décidé d'introduire une demande de liberté provisoire. Elle sera introduite le 12 juillet prochain. Deux autres demandes introduites depuis une année ont été rejetées par la justice. Entre-temps, Ali Ghediri a rendu publique une lettre adressée au président de la République.
"Loin de nous l'idée de demander au président de la République de se mêler de la justice. Mais il peut demander au parquet d'accélérer la procédure et c'est totalement légal", explique Me Nabila Selimi Benhamdine. En attendant, l'avocate décrit un homme abattu, pâle. "Il n'est pas malade. Il tient toujours, mais il est abattu", indique l'avocate qui décrit un homme désespéré. Surtout que comme les autres détenus, cela fait quatre mois qu'il n'a pas vu sa famille.


Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.