L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Mahbes    JM / Water-polo (messieurs) : la Serbie et le Monténégro en finale    Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Facteurs défavorables    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Ali Ghediri est désespéré"
Son avocate dit craindre pour son client
Publié dans Liberté le 08 - 07 - 2020

La défense d'Ali Ghediri, en détention provisoire depuis 13 mois, a décidé d'introduire une demande de liberté provisoire.
Cela fait treize mois que le général à la retraite Ali Ghediri est en prison. Son dossier judiciaire est dans l'impasse. Ses avocats craignent pour sa santé et décrivent un homme abattu, affaibli malgré son courage légendaire. Derrière les barreaux de la prison d'El-Harrach où il a été placé en détention provisoire en juin 2019, le général Ali Ghediri continue de clamer son innocence. Après avoir obtenu la levée, le 10 juin dernier, de l'accusation d'espionnage, l'ancien candidat à l'élection présidentielle d'avril 2019 est toujours poursuivi, par la chambre criminelle de la Cour d'Alger, pour "atteinte au moral des troupes".
Une accusation qu'il réfute. "Il a refusé catégoriquement la deuxième accusation, pour ‘crime'. J'ai donc déposé le mémoire de cassation auprès de la Cour suprême hier mardi", indique Nabila Selimi Benhamdine, son avocate, que nous avons contactée au téléphone hier. La juriste indique que son mandant refuse de comparaître pour un "crime inexistant". Parce que dans les faits, "le dossier est vide". La justice lui reproche en réalité une phrase, extraite d'un entretien accordé au journal El Watan en décembre 2018. Il y indique, entre autres, que l'armée devait "protéger le processus électoral". Depuis, l'homme a pu vivre normalement et s'est même porté candidat à l'élection présidentielle, avortée, d'avril 2019.
À son arrestation, en juin 2019, Ali Ghediri était accusé de "trahison" pour "avoir fourni des documents" à des "parties étrangères". Mais cette accusation a fini par être retirée car "non fondée", explique Me Nabila Selimi Benhamdine. Mais l'autre accusation demeure et il "ne comprend pas pourquoi tous ceux qui sont accusés (en correctionnelle et non en criminelle comme lui) pour les mêmes faits sont libérés sauf lui", indique la juriste. Elle dit craindre pour le moral de son client. Car, le pourvoi en cassation, introduit par Ali Ghediri, risque de prendre "au moins 9 mois", rien que pour que la Cour suprême puisse dire si le recours était recevable ou pas.
La programmation du procès interviendra donc plus tard. Devant l'impasse, les avocats d'Ali Ghediri ont décidé d'introduire une demande de liberté provisoire. Elle sera introduite le 12 juillet prochain. Deux autres demandes introduites depuis une année ont été rejetées par la justice. Entre-temps, Ali Ghediri a rendu publique une lettre adressée au président de la République.
"Loin de nous l'idée de demander au président de la République de se mêler de la justice. Mais il peut demander au parquet d'accélérer la procédure et c'est totalement légal", explique Me Nabila Selimi Benhamdine. En attendant, l'avocate décrit un homme abattu, pâle. "Il n'est pas malade. Il tient toujours, mais il est abattu", indique l'avocate qui décrit un homme désespéré. Surtout que comme les autres détenus, cela fait quatre mois qu'il n'a pas vu sa famille.


Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.