PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué
CINEMA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 08 - 2020

Le film Black is King de la chanteuse américaine Beyoncé a été mis en ligne vendredi sur la plateforme Disney. Loué pour sa célébration de la culture noire, il est aussi critiqué pour sa vision distanciée de l'Afrique.
Le long-métrage accompagne l'album The Lion King : The Gift, sorti en juillet 2019 et inspiré du film Le Roi Lion, version en prises de vues réelles du classique de Disney.
C'est un conte qui reprend le thème du Roi Lion, en mettant en scène un jeune garçon engagé dans un parcours initiatique.
Beyoncé en a fait un ambitieux projet esthétique, salué par la critique. Jude Dry, du site IndieWire, a rendu hommage à un film «saturé d'effets visuels époustouflants». À l'aune du mouvement né de la mort de George Floyd, le projet, tout entier tourné vers l'héritage noir, a une résonance démultipliée. «Black Is King est une présentation parfois pénétrante d'artistes africains dont le travail se mélange brillamment avec celui d'Américains qui ont des racines sur le continent», a écrit John DeFore, du Hollywood Reporter.
Beyoncé a ainsi notamment convié la chanteuse nigériane Yemi Alade, la Sud-Africaine Busiswa ou l'artiste ghanéen Shatta Wale, qui sont ici beaucoup plus visibles que sur l'album, dominé par les vedettes américaines. Mais certains ont critiqué la «wakandafication» opérée par Queen Bey, référence à Wakanda, royaume imaginaire situé en Afrique où se déroulent le film et la bande dessinée Black Panther. L'artiste originaire de Houston a, selon ses détracteurs, livré une vision déformée et amalgamée de l'Afrique. «Quelqu'un peut-il dire à Beyoncé que l'Afrique n'a pas qu'une culture et que nous sommes des gens normaux ?», a tweeté Kaye Vuitton, un Nigérian. «Il y a des choses plus urgentes à faire que de se fâcher contre une femme afro-américaine qui utilise ses moyens pour interroger, explorer et interpréter artistiquement une façon de combler les manques de son identité», a écrit, dans le quotidien britannique The Independent, Timeka Smith, activiste pour l'égalité raciale.
Ces manques, dit-elle, ce sont les liens entre les Afro-Américains et leur passé en Afrique, dont ils ont été coupés et qu'ils cherchent à reconstituer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.