Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    L'Abef allège le recours au Credoc    Le pic de l'inconscience    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Opep du XXIe siècle : une mutation verte
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2020


Par Pr Chems Eddine Chitour
«Oil is liquid.»
(Frenkel, expert pétrolier)
L'Algérie a fêté, le 14 septembre, le soixantième anniversaire de la fondation de l'Opep. Le ministre de l'Energie, monsieur Abdelmadjid Attar, président de l'Opep, a fait une déclaration à l'APS pour justement parler du chemin parcouru. Nous allons développer quelques jalons de cette épopée.
La boutade de Frenkel expert pétrolier bien connu, citée, résume toutes les qualités du pétrole. Le pétrole a constitué une avancée majeure dans le développement technologique et civilisationnel du monde des quelques millions de tonnes de pétrole produits dans les années 80 du XIXe siècle avec le développement des puits américains en Pennsylvanie puis au Texas mais aussi en Russie, à Bakou, et en Roumanie le pétrole a graduellement supplanté le charbon et le premier milliard de tonnes a été produit dans les années 20. Par la suite, avec la motorisation mais aussi avec le développement de la pétrochimie, ce sera un essor fulgurant pour atteindre les 3 milliards de tonnes après 1945 et 4,9 milliards de tonnes en 2019.
Dans sa lancée surtout après la découverte du pétrole au Moyen-Orient
La première extraction pétrolière dans la région remonte à 1909 en Iran. En Irak et dans les années trente en Arabie Saoudite. Tout le monde a en tête les gisements de Baba Ghargour, de Mesdjed I Souleyman et le plus important Gawhar en Arabie Saoudite qui renfermerait pour 5 milliards de tonnes de pétrole. Il faut cependant avoir à l'esprit que la nature a mis 300 millions d'années pour permettre la formation du pétrole et nous assistons, en presque 150 ans, à la production et la consommation d'au moins 250 milliards de tonnes de pétrole. Les réserves actuelles sont autour de 200 milliards de tonnes avec des techniques de plus en plus chères pour l'extraction avec un prix du baril indexé sur les méthodes de récupération primaires secondaires et même tertiaires où on utiliserait les micro-émulsions.
Il est vrai que le pétrole a donné lieu à un développement sans précédent de l'industrie mais aussi de la pollution. Ce n'était pas la priorité. En effet, après la Seconde Guerre mondiale et la période de reconstruction, les pays industrialisés entrent dans une nouvelle ère de croissance économique et industrielle : les Trente Glorieuses.
Le pétrole devient alors un enjeu considérable. Nous nous acheminons malgré le Covid qui fait chuter la production de 10 millions de barils/ jour vers une production de l'ordre de 98 millions de barils/jour. Cependant, les prix du pétrole n'ont pas suivi.
Historique du pétrole. Les origines de l'Organisation Opep
Dans les années 1950, la demande en pétrole se fait de plus en plus importante. Jusqu'aux années 1950, son exploitation est assurée essentiellement par des compagnies occidentales. Ce sont les « Sept Sœurs » : Le sette sorele dont parle si bien Enrico Mattei les 4 Standard Oil (Mobil Oil), (SOCAL), (Exxon), la Gulf et la Texaco, British Petroleum, Royal Dutch Shell. Elles se partagent la majorité de l'exploitation de l'or noir de la région du Moyen-Orient et en tirent d'énormes bénéfices. Les royalties payées aux pays sont faibles, moins d'un $ le baril.
L'historique du pétrole, c'est aussi la lutte des pays producteurs pour recouvrer leur indépendance énergétique et vendre le pétrole à un juste prix. Les luttes ont commencé dans les anciens pays producteurs comme le Mexique et dans les années 50 ce sera au tour de l'Iran du Docteur Mossadeg de vouloir en 1953 nationaliser les pétroles. Les sept sœurs ne le laissèrent pas y arriver. Ce sera un coup d'Etat avec l'opération Ajax. Le renversement amena un Premier ministre plus conciliant en la personne du général Zahedi nommé par le shah qui laissa les multinationales continuer à dominer le marché et à partager le monde avec l'accord d'Acchnachary de la Red Line.
Dans le contexte de décolonisation, de nationalisme et de modernisation des années 1950, cette situation est de plus en plus mal ressentie par les pays producteurs qui cherchent alors à faire valoir leurs droits. De plus, devant l'importance que prend l'énergie pétrolière dans les économies occidentales, des compagnies indépendantes font leur apparition comme les sociétés italiennes Eni de Mattei. Les sept sœurs devaient tenir compte de cela.
La création de l'Opep intervient dans ce contexte où en 1960 le prix du pétrole a baissé à moins d'un dollar. Au début de 1959, les prix sont encore réduits de 9%. Devant les faibles prix des royalties autour de 1$ le baril, cinq pays décident de créer une organisation capable de défendre les intérêts légitimes des pays producteurs. L'Iran, l'Irak, le Koweït, l'Arabie Saoudite et le Venezuela fondent, alors, le 14 septembre 1960, à Baghdad, en Irak, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. Les cinq membres représentent 90% des exportations mondiales, l'Arabie Saoudite, le Koweït et l'Irak en représentent à eux seuls 40%.
Le rôle grandissant de l'Opep
L'Opep fut créée justement afin d'intervenir sur le niveau de production du pétrole pour éviter les sur-productions. L'Organisation cherche à coordonner les politiques pétrolières de ses pays membres et à équilibrer ses revenus. Cela permet aux pays membres de reprendre en main leur production et d'augmenter leurs revenus. La guerre de 1967 entre Israël et certains pays arabes, amena le prix du brut à augmenter. En octobre 1973, la Guerre de Ramadhan-Kippour éclate. Les membres arabes de l'Opep, réunis à Koweït le 17 octobre, décident d'augmenter de 75% du prix qui atteint 3,5 $ le baril de brut et imposent un embargo à certains pays occidentaux impliqués dans le conflit. En décembre, le prix du baril est fixé à 11,65 $. En réalité, cette hausse des prix est un rattrapage de la valeur du pétrole qui avait fortement décliné au cours des dernières décennies.
Les compagnies pétrolières devaient désormais prendre en compte l'importance de l'Opep qui devient un interlocuteur incontournable. Dans les années 1980, l'Opep, subissant la concurrence, n'est pas la seule à produire du pétrole, les prix du pétrole font que certains gisements notamment offshores deviennent rentables de nouveaux pays exportateurs de pétrole comme le Mexique, la Norvège, la Grande-Bretagne, la Russie. La part de la production pétrolière de l'Opep passe de 45% en 1980 à 29,3% en 2000 avant de remonter à 41,9% en 2004. Et à près de 30% en 2019.
La guerre entre l'Iran et l'Irak sera mal vécue par l'Opep, ces deux pays financent la guerre et achètent les armes aux Occidentaux avec les pétrodollars !! De plus, il faut cependant signaler que les décisions de l'Opep ne sont pas toujours suivies. Le prix du baril s'effondre, passant de 34 $ en 1981 à moins de 10 $ en 1986.
Aujourd'hui, les intérêts de l'Opep, des compagnies et des pays consommateurs sont sur une ligne de statu quo. Les prix du pétrole sont descendus très bas (moins de 40 $) le Covid-19 est en partie responsable du recul de la croissance et donc de la diminution de la demande si on y ajoute aussi le pétrole de schiste. Cependant, un prix du baril relativement stable à environ au moins 70-80 $ permettra le développement des énergies alternatives (ce qui aura un effet important sur l'environnement. L'avenir nous dira si ce deal sera respecté.
Revenus pétroliers des pays de l'Opep
La rente pétrolière apporte un revenu très fluctuant qui varie beaucoup selon le pays, surtout si on le rapporte au nombre d'habitants ; par exemple, selon l'EIA (2019), le revenu pétrolier s'est élevé en 2018 à 14 683 $ par habitant au Koweït (près de 4,2 millions d'habitants), alors qu'il n'était que de 212 $/habitant pour le Nigeria (+/-200 millions d'habitants). En 2018, l'Opep a engrangé environ 711 milliards de dollars (selon l'EIA), et 538 milliards de dollars en 2017. En 2018, l'Arabie Saoudite perçoit le tiers pour 10 millions de barils/jour (237 milliards de dollars ) devant l'Irak (91 milliards de dollars), les Emirats arabes unis (74 G$), l'Iran (67 G$) et le Koweït (61 G$), les autres pays ayant tous perçu moins de 50 milliards de dollars en 2018 comme cela sera le cas de l'Algérie (1 million de barils/jour).
L'Algérie dans l'Opep
Quelques années après l'indépendance, l'Algérie a adhéré à l'Opep. Rapidement, elle a commencé à être un élément stratégique – notamment du fait de la bonne entente entre le roi Fayçal et le Président Boumediène — pour vouloir asseoir son indépendance énergétique. Les accords précédents avec la France ayant été dépassés. Le 24 février 1971, dans la discrétion la plus totale, l'Algérie annonçait à la face du monde qu'elle avait décidé de prendre en main son destin pétrolier. Le fameux «Kararna taemime el mahroukate» résonne encore dans nos oreilles. Par la suite, l'Algérie a connu, dans les années 90, du fait d'un prix de pétrole très bas, d'une diminution drastique de l'activité industrielle pour cause notamment de terrorisme, un passage à vide qui a amené le recours au FMI et à détricoter les solidarités sociales. L'Algérie de 2020 s'est fixé pour cap la rigueur, la nécessité de faire tout pour sortir de l'addiction aux hydrocarbures en développant des possibilités de mise en place d'une industrie pérenne, en mettant en œuvre aussi les possibilités de développer l'agro-industrie et l'économie de la connaissance. Dans le même ordre d'idées, le président de la République a décidé de la création, pour la première fois depuis l'indépendance, du ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables dont la mission est de, justement, sortir de l'addiction aux énergies fossiles par les économies d'énergie drastiques mais aussi par la mise en place d'un plan de construction de centrales solaires éoliennes et autres sans oublier de favoriser les transports au sirghaz, au diesel fuel, au GNC et même, à terme, à la voiture électrique. Il faut savoir à titre d'exemple que 100 000 voitures électriques consomment environ 3 TWh, soit 5% de la consommation d'électricité. En parallèle, 100 000 voitures électriques pour le même kilométrage de 20 000 km, c'est 100 000 tonnes d'essence ou de gasoil d'un coût d'importation de 1 milliard de dollars.
Naturellement, c'est une stratégie d'ensemble que nous devrons mettre en œuvre. Le gouvernement actuel s'y attelle en veillant à la synergie et à l'obligation de résultats.
Pérennité de l'Opep
On peut se poser la question : pourquoi l'Opep est la seule organisation des pays en voie de développement à n'avoir pas sombré devant une mondialisation laminoir ? Le succès de l'Organisation vient de la volonté des pays membres de toujours chercher un compromis. La règle a très bien réussi dans les années 1970, sous la direction de deux grands chefs d'Etat Houari Boumediène et Belaïd Abdesselam, son ministre de l'Energie et le roi Fayçal, Cheikh Zaki Yamani son ministre du Pétrole. Ce sont ces deux ministres qui sont allés en Europe expliquer le pourquoi des augmentations des prix du pétrole sur fond de tension après la Guerre de Ramadhan d'octobre 1973. Graduellement et du fait d'une boulimie de la demande, les prix ont augmenté du fait aussi de contingences politiques ; ce sera le cas de la Révolution iranienne qui vit le pétrole arriver autour de 30 $ de l'époque.
Les premiers et deuxièmes chocs pétroliers dans la terminologie des pays industrialisés ont amené de grandes polémiques et accusation des pays de l'Opep principalement ceux du Golfe de vouloir étrangler les Occidentaux. Ceci amena en 1975 la création de l'Agence internationale de l'énergie pour contrer l'Opep. Parallèlement, les pays industrialisés ont commencé à réfléchir comment ne plus dépendre du pétrole. C'est ainsi que les premières installations renouvelables ont amené le cours du brut à rejoindre des niveaux qui n'avaient été atteints que par des produits raffinés. En revanche, à partir de 1983, le cours du baril s'effondre. Ce sera le contrechoc pétrolier de 1986. L'Opep a connu aussi d'autres soubresauts qui se sont traduits pour les pays mono-exportateurs par des remises en cause importantes de leurs plans de développement. Les années qui suivirent firent des années d'épreuve pour l'Opep qui commença à s'imposer. L'histoire retiendra que l'Algérie abritera le premier sommet de l'Opep en 1975. C'était l'année de la création du FMI.
À partir des années 2014, l'avènement du gaz et du pétrole de schiste américain a totalement changé la donne. L'Opep a connu des heures difficiles. La réunion extraordinaire de septembre 2018 à Alger a permis de dégager l'horizon. L'Opep a cherché de nouvelles alliances.
L'Opep+ est une avancée en ce sens qu'elle a montré la flexibilité de l'Opep malgré les logiques internes à chaque Etat à trouver des consensus avec des pays producteurs hors Opep pour donner un prix juste à une ressource extraordinaire qui, jusqu'à présent, n'a servi que comme combustible et au mieux comme carburants (20%) alors qu'il y a tant de choses à faire avec cette énergie unique mais condamnée à disparaître rapidement si on n'en fait pas le meilleur usage notamment en pétrochimie (à peine 5%) mais surtout en ne cherchant pas comment l'utiliser, la faire durer sans qu'elle pollue. C'est là l'un des enjeux majeurs de la nouvelle Opep du XXIe siècle.
L'Opep et la nécessité de la mutation pour une Opep-verte (Green-Opec)
Comme on le sait, l'Algérie a été de tous les grands rendez-vous et sa voix a été déterminante dans certaines grands conférences où l'Opep devait réagir et trouver des solutions. Il en fut ainsi pour l'histoire du premier sommet de l'Opep qui a eu lieu à Alger en 1975, des réunions décisives de 1998, en 2008 et dernièrement en 2016 où le savoir-faire de l'Algérie a permis de trouver un consensus avec le ministre Bouterfa et ses conseillers très compétents notamment. C'est un miracle que l'Opep soit la seule institution qui a traversé le siècle malgré toutes les vicissitudes qui l'ont amenée à affronter de nouveaux défis dont notamment les changements climatiques et récemment un autre défi celui du Covid-19.
L'Opep se doit d'être responsable de l'environnement de la planète. Il faut graduellement arriver à faire changer l'image qui lui colle, à savoir qu'elle pollue. Ce n'est pas elle qui pollue, ce sont les pays utilisateurs qui ne font pas les investissements nécessaires pour diminuer les effets de serre par une recherche efficace sur la séquestration du CO2. On peut même penser à cette nouvelle mutation par la participation de l'Opep par la création, elle aussi, d'un fonds vert qui aura entre autres à encourager les études concernant la séquestration du CO2. Il s'agira aussi de favoriser la mise en place de la pétrochimie qui aura à connaître un nouveau développement du fait qu'au milieu des années trente, l'utilisation des carburants classiques essence et diesel connaîtra un déclin, sachant qu'ils participent pour environ 20 millions de barils/jour, soit près de 1 milliard de tonnes qui vont diminuer en partie pour faire place à la locomotion électrique. Le bureau d'études Blomberg annonce que près de 450 millions de voitures seront électriques, soit environ 25% d'un parc qui continuera à fonctionner aux énergies fossiles, principalement l'essence.
Ceci étant dit régulièrement, on annonce la fin du pétrole mais il est toujours là. Il ne sera pas prépondérant à partir des années quarante, puisqu'on parle en Europe d'une neutralité carbone 2050. Cependant, le monde de 2030 consommera encore et toujours des énergies fossiles. Il sera encore à 80% avec une composante de l'ordre de 30 à 35% en pétrole.
C'est-à-dire produire 90 millions de tonnes. Joyeux anniversaire pour l'Opep. Longue vie actuelle en espérant qu'elle fera sa mue vers une Opep newlook qui fera encore plus d'efforts pour rendre propre cette énergie inestimable au vu de tous les services qu'elle peut rendre.
L'Algérie, représentée par notre ministre de l'Energie, Monsieur Abdelmadjid Attar, a fait une déclaration à argusmedia.com et à l'APS pour justement parler du chemin parcouru. Amen.
C. E. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.