Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les parents toujours inquiets
Rentrée scolaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 10 - 2020

Mercredi dernier, les écoles primaires ont accueilli les élèves après plus de sept mois d'interruption des cours. Appuyée par un dispositif sanitaire particulier, la rentrée scolaire a eu lieu dans un climat très sensible. Avec un virus toujours actif, le personnel de l'éducation et de façon plus prononcée les parents d'élèves redoutent toujours que les établissements scolaires se transforment en foyers de contamination.
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - Comme prévu, des mesures organisationnelles encore jamais appliquées jusqu'ici ont conduit la reprise des cours. Notons qu'un protocole sanitaire spécifique a été élaboré par la commission de suivi de la pandémie afin d'éviter que le virus se propage en milieu scolaire.
Pourtant, bien que draconiennes, ces mesures sont loin d'apaiser les angoisses des parents d'élèves. Surtout que l'on assiste depuis quelques jours à une recrudescence des cas de contamination, mais pas que.
Les conditions dans lesquelles se trouvent plusieurs établissements du pays soulagent encore moins les appréhensions des parents.
S'exprimant sur le déroulement de cette rentrée scolaire, Ahmed Khaled, président de l'Association des parents d'élèves, a dans ce contexte noté certains manquements sur le plan matériel. «Nombreux établissements ne sont dotés d'aucun outil de protection pas même les plus élémentaires», a-t-il constaté. Les zones déshéritées souffrent particulièrement de cette situation, témoigne-t-il.
Ahmed Khaled ajoutera que cet état de fait a d'ailleurs incité plusieurs parents d'élèves à ne pas envoyer leurs enfants à l'école, le jour de la rentrée. «On ne peut leur en vouloir pour ça», conviendra-t-il. Il rappelle que l'origine de ces couacs provient du fait que les APC sont pour la plupart «déficitaires», elles sont ainsi dans l'incapacité de fournir aux écoles un budget conséquent qui leur permettrait de se doter de gel hydroalcoolique, de savon, et autres produits désinfectants...
Le président de l'association a affirmé dans ce registre avoir reçu de nombreuses plaintes de la part de parents inquiets compte tenu de ces faits.
Pour remédier à cette situation, Ahmed Khaled préconise que les parents d'élèves proposent d'aider les directions des écoles dans le but de munir ces structures des moyens de «protection nécessaires», estimant que c'est la seule alternative.
Il rassure, en revanche, qu'en matière d'organisation pédagogique, le bilan de ces deux premiers jours est plutôt satisfaisant. Le découpage des classes ainsi que la répartition du temps scolaire sont, selon lui, des mesures «très utiles et bien pensées». Il affirme que sur ce plan, «l'organisation a été plus ou moins irréprochable».
Il insiste, par ailleurs, sur l'importance de faire respecter les mesures barrières dans les établissements scolaires si l'on veut éviter «le pire».
Selon lui, le sort de l'année scolaire dépend toujours de l'évolution de la situation sanitaire dans le pays et, par conséquent, des consignes du comité scientifique.
Il faut dire qu'au moment où les nouveaux cas de contamination repartent à la hausse, les parents d'élèves partagent le même sentiment d'incertitude.
En même temps, ils tiennent à ce que leurs enfants reprennent les cours afin de ne pas accuser un retard préjudiciable dans les programmes.
Bien que ces inquiétudes soient justifiées, en sachant que la pandémie du Covid-19 sévit toujours, la majorité des syndicats du secteur maintiennent leur position et se disent favorables à cette reprise.
Selon les syndicalistes, le fait est que ralentir davantage le cours de l'année scolaire ne sert nullement l'intérêt de l'élève et son avenir. Ils appellent, en outre, les autorités à équiper coûte que coûte tous les établissements scolaires des moyens dont ils ont besoin, d'une part, pour protéger les élèves et le personnel de l'éducation, et d'autre part, pour rassurer les parents.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.