Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les parents toujours inquiets
Rentrée scolaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 10 - 2020

Mercredi dernier, les écoles primaires ont accueilli les élèves après plus de sept mois d'interruption des cours. Appuyée par un dispositif sanitaire particulier, la rentrée scolaire a eu lieu dans un climat très sensible. Avec un virus toujours actif, le personnel de l'éducation et de façon plus prononcée les parents d'élèves redoutent toujours que les établissements scolaires se transforment en foyers de contamination.
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - Comme prévu, des mesures organisationnelles encore jamais appliquées jusqu'ici ont conduit la reprise des cours. Notons qu'un protocole sanitaire spécifique a été élaboré par la commission de suivi de la pandémie afin d'éviter que le virus se propage en milieu scolaire.
Pourtant, bien que draconiennes, ces mesures sont loin d'apaiser les angoisses des parents d'élèves. Surtout que l'on assiste depuis quelques jours à une recrudescence des cas de contamination, mais pas que.
Les conditions dans lesquelles se trouvent plusieurs établissements du pays soulagent encore moins les appréhensions des parents.
S'exprimant sur le déroulement de cette rentrée scolaire, Ahmed Khaled, président de l'Association des parents d'élèves, a dans ce contexte noté certains manquements sur le plan matériel. «Nombreux établissements ne sont dotés d'aucun outil de protection pas même les plus élémentaires», a-t-il constaté. Les zones déshéritées souffrent particulièrement de cette situation, témoigne-t-il.
Ahmed Khaled ajoutera que cet état de fait a d'ailleurs incité plusieurs parents d'élèves à ne pas envoyer leurs enfants à l'école, le jour de la rentrée. «On ne peut leur en vouloir pour ça», conviendra-t-il. Il rappelle que l'origine de ces couacs provient du fait que les APC sont pour la plupart «déficitaires», elles sont ainsi dans l'incapacité de fournir aux écoles un budget conséquent qui leur permettrait de se doter de gel hydroalcoolique, de savon, et autres produits désinfectants...
Le président de l'association a affirmé dans ce registre avoir reçu de nombreuses plaintes de la part de parents inquiets compte tenu de ces faits.
Pour remédier à cette situation, Ahmed Khaled préconise que les parents d'élèves proposent d'aider les directions des écoles dans le but de munir ces structures des moyens de «protection nécessaires», estimant que c'est la seule alternative.
Il rassure, en revanche, qu'en matière d'organisation pédagogique, le bilan de ces deux premiers jours est plutôt satisfaisant. Le découpage des classes ainsi que la répartition du temps scolaire sont, selon lui, des mesures «très utiles et bien pensées». Il affirme que sur ce plan, «l'organisation a été plus ou moins irréprochable».
Il insiste, par ailleurs, sur l'importance de faire respecter les mesures barrières dans les établissements scolaires si l'on veut éviter «le pire».
Selon lui, le sort de l'année scolaire dépend toujours de l'évolution de la situation sanitaire dans le pays et, par conséquent, des consignes du comité scientifique.
Il faut dire qu'au moment où les nouveaux cas de contamination repartent à la hausse, les parents d'élèves partagent le même sentiment d'incertitude.
En même temps, ils tiennent à ce que leurs enfants reprennent les cours afin de ne pas accuser un retard préjudiciable dans les programmes.
Bien que ces inquiétudes soient justifiées, en sachant que la pandémie du Covid-19 sévit toujours, la majorité des syndicats du secteur maintiennent leur position et se disent favorables à cette reprise.
Selon les syndicalistes, le fait est que ralentir davantage le cours de l'année scolaire ne sert nullement l'intérêt de l'élève et son avenir. Ils appellent, en outre, les autorités à équiper coûte que coûte tous les établissements scolaires des moyens dont ils ont besoin, d'une part, pour protéger les élèves et le personnel de l'éducation, et d'autre part, pour rassurer les parents.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.