Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le constat amer du PLD
Situation politique et sanitaire du pays
Publié dans Le Soir d'Algérie le 31 - 10 - 2020

Pour le Parti pour la laïcité et la démocratie (PLD), l'Algérie célèbre le 66e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale dans un contexte délétère, où une pandémie redoutable vient exacerber les effets d'une crise généralisée que le pays traîne depuis plusieurs décennies.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Le PLD dresse un constat terrible de la situation politique, sociale, économique et sanitaire du pays à la veille du référendum sur la révision de la Constitution.
«L'Algérie paie le prix du déni d'une crise structurelle que le système refuse d'assumer.
Au lieu de diversifier l'économie et d'augmenter ses capacités productives, le système a de tout temps, particulièrement sous le règne de Bouteflika, fait dans la facilité criminelle en engloutissant des sommes faramineuses dans la facture alimentaire, et en dilapidant les deniers de l'Etat dans des projets pharaoniques. Mais un des facteurs qui a conduit à la gabegie, au gouffre financier du Trésor et au bout du compte à la déliquescence de l'Etat, c'est la corruption que le système a élevée au rang d'institution nationale», a dénoncé le parti de Moulay Chentouf dans un communiqué rendu public hier. Il a affirmé que pendant des décennies, le système pour perdurer, a nourri à coup de milliards la paix sociale, le clientélisme et fait de l'Algérie une mangeoire à ciel ouvert, où s'engraissent une oligarchie particulièrement féroce et une nuée de courtisans.
«Et pour assombrir le tableau, la pandémie a alourdi l'atmosphère générale et accentué la récession dans le pays. Les couches les plus déshéritées et les travailleurs les plus précaires sont frappés de plein fouet. Le chômage de masse touche largement la jeunesse, diplômés compris, et signe tangible d'une situation alarmante, les harraga ont repris la voie suicidaire de l'exil», a-t-il ajouté.
Pour le PLD, ce qui est terrible est que le système ne semble préoccupé que par sa propre survie en continuant tambour battant sa feuille de route, à savoir l'organisation du référendum sur la révision de la Constitution ce 1er novembre, et en prévoyant des législatives après. «Qu'est-ce qui motive l'organisation de ces ‘'élections'' dont la tenue pourrait s'avérer dévastatrice sur la santé des citoyens ? Est-il raisonnable de déplacer un corps électoral de près de vingt-quatre millions d'électeurs sous peine d'enflammer la propagation du virus et d'aggraver la situation sanitaire du pays ? L'administration sera-t-elle en mesure de gérer les flux et de garantir les conditions de sécurité sanitaire dans les bureaux de vote ?», s'interroge le PLD, accusant le pouvoir d'exposer les citoyens au danger de la contamination en les exhortant à aller aux urnes.
Ce parti qui rejette le projet de révision constitutionnelle appelle le peuple à le rejeter, estimant que le texte attribue des pouvoirs illimités au président ; comme si le pays ne venait pas de vivre son plus sombre épisode de culte de la personnalité et de blocage politique.
«Dans tous les cas, le pouvoir aura surfé sur la pandémie pour tenter de briser l'élan du mouvement citoyen et de passer frauduleusement le projet de Constitution», a-t-il souligné.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.