Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Enorme déficit en infrastructures sanitaires
Jijel
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 11 - 2020

La pandémie de Covid-19 qui prend de plus en plus de l'ampleur dans la wilaya de Jijel a remis sur la table le problème du déficit dont souffre la wilaya en infrastructures sanitaires et personnel médical qui sont fortement sollicités par les citoyens en quête d'une prise en charge médicale dans différentes spécialités.
Avec trois hôpitaux dont la réalisation remonte aux années 80 pour une population de 789 667 habitants, 26 polycliniques, 123 salles de soins, la wilaya de Jijel demeure largement en dessous de la moyen nationale en matière de structures sanitaires et du personnel médical, notamment spécialisé et paramédical.
Ce déficit pénalise lourdement les citoyens de nombreuses communes et localités éloignées, dont de nombreuses salle de soins demeurent toujours fermées.
Il y a lieu de souligner que le gel décidé par les pouvoirs publics en 2014 suite aux restrictions budgétaires a touché 11 projets dans le secteur de la santé, trois hôpitaux dont deux d'une capacité de 240 lits chacun à Jijel et à Taher, un de 60 lits à Belghimouz relevant de la commune d'El Ancer, ainsi qu'un centre de radiothérapie pour les cancéreux.
Ce gel a vraiment eu une importante influence sur la prise en charge médicale des patients dans une wilaya qui souffre déjà d'un manque sensible en infrastructures sanitaires. S'agissant de personnel, on apprend que la wilaya compte 327 médecins spécialistes, soit un spécialiste pour 2 414 habitants, tandis que la moyenne nationale est d'un spécialiste pour 1 413 habitants, 682 médecins généraliste, soit un praticien pour 1 157 habitants, alors que la moyenne nationale est d'un généraliste pour 1 118 habitants, 2 277 paramédicaux soit un infirmier pour 346 habitants, tandis que la moyen nationale est de 1 pour 323. Faute d'une prise en charge médicale localement, les familles des patients sont contraintes d'évacuer leur malades vers les établissements hospitaliers des wilayas limitrophes, notamment Constantine, pour des consultations nécessitant des tests compliqués. Face à cet état de fait déplorable, de nombreux citoyens avec lesquels nous avons pris langue, interpellent le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière pour la levée du gel sur ces projets, notamment les trois hôpitaux qui sont , selon eux, une priorité. Notons, enfin, que quatre polycliniques sont en cours de réalisation dans les communes de Sidi Maârouf, El Aouana et Jijel.
Bouhali Mohammed Cherif


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.