Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    Produits de consommation: Le ministre s'explique sur la hausse des prix    Véhicules de moins de trois ans: Ce pourquoi l'importation a été gelée    Affaire autoroute est-ouest: Le procès en appel reporté    Football - Ligue 1: Le WAT respire, le cauchemar continue pour le CABBA    La JSM Tiaret en deuil: Mohamed Zaoui n'est plus    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    Mots et maux de l'histoire    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    La plateforme internet en stand-by    «Nous ne recevrons pas la quantité nécessaire de vaccin de façon immédiate»    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Vu à Alger    Quand l'offre dépasse la demande    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele
Ethiopie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 11 - 2020

Les appels à la médiation et à la protection des populations civiles du Tigré se faisaient plus pressants mardi, à la veille de la fin de l'ultimatum donné par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed aux dirigeants de la région dissidente pour se rendre.
L'«opération militaire» lancée le 4 novembre par le pouvoir fédéral éthiopien contre les autorités du Tigré, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), est entrée dans une phase décisive selon Addis Abeba.
Le pouvoir fédéral assure être en mesure, après avoir progressé sur plusieurs axes, de lancer la bataille de Mekele, la capitale de la région, afin d'en déloger les dirigeants du TPLF et les remplacer par une nouvelle administration.
Dimanche soir, M. Abiy a lancé aux dirigeants du Tigré un ultimatum de 72 heures pour se rendre, auquel le président du Tigré et chef du TPLF, Debretsion Gebremichael a répondu : «Nous sommes un peuple de principes et prêts à mourir».
La perspective d'un assaut contre Mekele, qui compte 500 000 habitants, outre un nombre indéterminé de déplacés qui s'y sont réfugiés depuis le début du conflit, inquiète la communauté internationale et les organisations de défense de droits de l'Homme.
«Tandis que les troupes fédérales éthiopiennes entament leurs préparatifs pour encercler Mekele, Amnesty International rappelle à toutes les parties qu'attaquer délibérément des civils (...) est interdit par le droit humanitaire international et constitue un crime de guerre», a souligné dans un communiqué Deprose Muchena, responsable Afrique de l'Est et australe pour l'organisation.
«Des attaques disproportionnées et sans discernement sont également interdites» au regard du droit international, a-t-il ajouté.
L'organisation appelle les belligérants à ne pas viser des établissements publics tels que hôpitaux, écoles et quartiers résidentiels et à «s'assurer qu'ils n'utilisent pas les civils comme des ‘'boucliers humains''».
La haute commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Michelle Bachelet, s'est alarmée mardi de «la rhétorique hautement agressive» des deux camps, craignant qu'elle «mène à de nouvelles violations du droit humanitaire international».
Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU a appelé les parties à permettre aux civils en quête d'une aide humanitaire de traverser les frontières internationales et nationales.
Le Conseil de sécurité de l'ONU devait tenir mardi sa première réunion, à huis clos, sur la guerre au Tigré, à la demande notamment de l'Afrique du Sud, dont le chef de l'Etat Cyril Ramaphosa préside actuellement l'Union africaine (UA). Mais cette réunion a finalement été annulée à la demande des pays africains afin de donner davantage de temps à une médiation de l'UE, selon des sources diplomatiques.
L'organisation, dont le siège est installé dans la capitale éthiopienne, a nommé plusieurs envoyés spéciaux — les anciens présidents mozambicain Joaquim Chissano, libérienne Ellen Johnson-Sirleaf et sud-africain Kgalema Motlanthe — pour une médiation.
Mais lundi, le porte-parole de la cellule de crise gouvernementale pour le Tigré, Redwan Hussein, a réitéré en substance le refus d'Addis-Abeba d'ouvrir des pourparlers à ce stade, tout en précisant que le gouvernement «parlerait avec ces envoyés par respect pour (...) les dirigeants africains».
De leur côté, les Etats-Unis et la France ont dit soutenir les efforts de l'UA.
Paris a également appelé «à la mise en place au plus vite de mesures de protection des populations civiles», a indiqué la porte-parole de la diplomatie française, Agnès von der Mühll.
Le conflit a déjà poussé quelque 40 000 habitants du Tigré à se réfugier au Soudan et provoqué d'importants déplacements internes à la région, sans qu'on en connaisse l'ampleur exacte.
La vérification sur le terrain et de source indépendante des affirmations de l'un et l'autre camp est très difficile, le Tigré étant quasiment coupé du monde depuis le début du conflit.
Aucun bilan précis des combats, qui ont fait au moins des centaines de morts, n'est non plus disponible. Le TPLF a assuré lundi soir avoir détruit un bataillon de l'armée éthiopienne et revendiqué un nouveau tir de roquettes sur Bahir Dar, la capitale de la région voisine Amhara, dont des troupes combattent aux côtés de l'armée fédérale.
Pour leur part, les autorités éthiopiennes ont affirmé mardi que, «mettant à profit la période de 72 heures du gouvernement, un nombre important de miliciens tigréens et de forces spéciales se rendait». Les tensions entre Addis Abeba et le TPLF, qui a contrôlé durant près de trois décennies l'appareil politique et sécuritaire éthiopien, ont culminé avec l'organisation en septembre au Tigré d'un scrutin qualifié d'«illégitime» par le gouvernement fédéral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.