Koléa : la CNAS dévoile son espace El Hanna    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    OL - Rudi Garcia : "Slimani sera avec nous dimanche"    Souk El Had (Boumerdès) : 100 locaux à l'abandon    Mascara : Les accouchements dans le privé sont remboursables    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Chlef: Le versement des pensions de retraite étalé sur 10 jours    Les faits têtus de la réalité    Football - Ligue 1: La palme à l'OM et l'USMBA    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    LRF Saïda: Benhamza Yacine plébiscité    Importation de véhicules: Les agréments provisoires délivrés dès demain    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Distribution prochaine de 1.500 unités dans la daïra d'Aïn El Turck: Plus de 15.000 mal-logés en attente d'un relogement    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Le confinement partiel reconduit    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    Le rabatteur    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Bientôt finalisé    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pr Amar Aït Ali Slimane plaide pour une gestion centralisée des lits d'hôpitaux
AFIN DE FAIRE FACE AU MANQUE DE PLACES EN REANIMATION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 11 - 2020

Le manque de services de réanimation médicale et l'absence d'une gestion centralisée des lits d'hôpitaux sont deux facteurs qui n'ont fait que compliquer la prise en charge des patients atteints de Covid-19. C'est ce que dénonce l'infectiologue, Pr Amar Aït Ali Slimane.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Intervenant, jeudi dernier, sur les ondes de la Radio nationale Chaîne 2, le professeur Amar Aït Ali Slimane, infectiologue à l'établissement hospitalier spécialisé en maladies infectieuses El-Hadi-Flici (ex-hôpital El-Kettar) à Alger, affirme que les hôpitaux sont inondés de patients atteints du virus Sars-CoV-2, responsable de la Covid-19. «Nous avons dépassé la barre de mille nouveaux cas positifs par jour.
Parmi les contaminés, certains nécessitent une hospitalisation surtout les malades qui présentent des complications respiratoires et qui doivent être mis sous oxygène et autres traitements», dit-il.
Alors que certains patients sont hospitalisés dans des services dotés d'oxygène, d'autres sont admis en service de réanimation médicale où sont disponibles des techniques d'oxygénation plus pointues. «Ce sont ces malades qui ont une hospitalisation plus longue, ce qui provoque un manque de lits dans les hôpitaux», note-t-il. D'ailleurs, poursuit-il, «je ne comprends pas d'où détiennent leurs chiffres ceux qui parlent de 50% de lits d'hôpitaux encore vides ! J'aimerais bien qu'ils nous indiquent où sont ces lits inoccupés pour caser les nombreux malades qui doivent être hospitalisés et qui attendent toujours».
L'infectiologue fait remarquer à cet effet le manque de services de réanimation médicale en Algérie. Il énumère ainsi les quelques établissements hospitaliers de la capitale qui comptent un service de réanimation, notamment le CHU Béni-Messous, le CHU Mustapha-Pacha, le CHU de Bab-el-Oued, l'hôpital de Douéra, l'hôpital de Bologhine.
«ça ne date pas d'aujourd'hui, les services de réanimation ont toujours manqué. Pourtant, ils sont très sollicités dans différentes situations telles que les comas, les encéphalites, les AVC, les accidents de la circulation...», dit-il.
Toutefois, il estime qu'augmenter le nombre de places en réanimation n'est pas uniquement une question de lits et de matériel médical mais aussi un problème de personnel médical et paramédical qualifié. «Il faut savoir qu'un réanimateur fait cinq ans de spécialité et un infirmier en réanimation doit maîtriser le fonctionnement de tous les appareils de ce service», précise-t-il.
Le Pr Amar Aït Ali Slimane déplore, en outre, l'absence d'une centralisation de la gestion des lits des hôpitaux. «La plateforme pour les PCR est disponible. Pourquoi ne pas créer une plateforme pour les lits d'hôpitaux en réanimation et dans tous les autres services qui permettra une organisation meilleure?», s'interroge-t-il.
En l'absence de données, poursuit-il, «nous sommes obligés de remettre une lettre de recommandation au patient, souvent en difficulté respiratoire, et de lui demander de trouver lui-même une place libre. ça ne devrait pas se faire, c'est insensé !», s'indigne-t-il.
L'invité de l'émission regrette également que nombre de spécialités ne soient pas associées à la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus. «La lutte contre cette maladie ne tombe que sur le pneumologue et l'infectiologue, et parfois sur l'interniste.
Les autres spécialistes ne s'impliquent pas alors que dans les autres pays, tous les spécialistes même les gynécologues ont été mobilisés pour la lutte contre la Covid-19», dit-il.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.