Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia
Affaire Condor
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 12 - 2020

Le tribunal de Sidi-M'hamed (Alger) a rendu, hier lundi, son verdict dans l'affaire du groupe Condor dans laquelle sont impliqués plusieurs anciens hauts responsables, dont les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal poursuivis pour l'octroi d'indus privilèges aux frères Benhamadi, propriétaires du groupe Condor.
Ainsi, les deux anciens Premiers ministre sont condamnés à une peine de cinq ans de prison ferme assortie d'une amende de 2 millions de DA, dont 1 million pour le Trésor public.
Dans cette affaire, Ouyahia et Sellal, qui sont poursuivis dans plusieurs autres dossiers liés à la corruption, sont accusés d'octroi de privilèges injustifiés au groupe Condor et ses filiales, dont des facilitations pour la réalisation d'une usine de fabrication de médicaments « GP Pharma » dans la nouvelle ville de Sidi-Abdallah (ouest d'Alger), laquelle était gérée par l'ancien ministre de la Poste et des TIC, Moussa Benhamadi, décédé en juillet dernier à la prison d'El-Harrach, des suites de la Covid-19.
Le groupe Condor a également bénéficié de facilitations illégales accordées par Ouyahia et Sellal, pour la réalisation d'un centre dédié aux brûlés à Skikda par la société Travocovia, une des filiales du groupe Condor, en sus de l'abus de fonction lors de la conclusion de marchés avec l'opérateur public de téléphonie mobile Mobilis pour l'acquisition de téléphones portables et tablettes auprès du groupe Condor.
Concernant le chef d'accusation de financement de la campagne électorale de l'ancien Président, Abdelaziz Bouteflika, pour la Présidentielle d'avril 2019 annulée, pour lequel sont poursuivis Abdelmalek Sellal et Abdelghani Zaâlane en tant que directeurs de campagne, le tribunal a décidé l'extinction de l'action publique.
Lors du procès, le procureur de la République avait requis une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d'une amende d'un million de DA à l'encontre des anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal. Le procureur de la République avait, également, requis une peine de 3 années de prison, assortie d'une amende d'un million de DA à l'encontre de Abdelghani Zaâlane, poursuivi dans cette affaire en sa qualité de directeur de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika qui s'était porté candidat à la présidentielle annulée d'avril 2019.
Abdelghani Zaâlane est poursuivi pour financement occulte de la campagne électorale de Bouteflika. Dans son réquisitoire, le procureur avait affirmé que la famille Benhamadi avait versé près de 6 milliards de centimes à la direction de la campagne de l'ancien Président, contraint à la démission par le mouvement populaire du 22 février 2019.
Les accusés étaient poursuivis pour « indus avantages » dont avait bénéficié le groupe Condor, « blanchiment d'argent », « dilapidation et utilisation de fonds de banque », et « financement occulte de partis politiques et de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat présidentiel ».
Karim A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.