Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia
Affaire Condor
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 12 - 2020

Le tribunal de Sidi-M'hamed (Alger) a rendu, hier lundi, son verdict dans l'affaire du groupe Condor dans laquelle sont impliqués plusieurs anciens hauts responsables, dont les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal poursuivis pour l'octroi d'indus privilèges aux frères Benhamadi, propriétaires du groupe Condor.
Ainsi, les deux anciens Premiers ministre sont condamnés à une peine de cinq ans de prison ferme assortie d'une amende de 2 millions de DA, dont 1 million pour le Trésor public.
Dans cette affaire, Ouyahia et Sellal, qui sont poursuivis dans plusieurs autres dossiers liés à la corruption, sont accusés d'octroi de privilèges injustifiés au groupe Condor et ses filiales, dont des facilitations pour la réalisation d'une usine de fabrication de médicaments « GP Pharma » dans la nouvelle ville de Sidi-Abdallah (ouest d'Alger), laquelle était gérée par l'ancien ministre de la Poste et des TIC, Moussa Benhamadi, décédé en juillet dernier à la prison d'El-Harrach, des suites de la Covid-19.
Le groupe Condor a également bénéficié de facilitations illégales accordées par Ouyahia et Sellal, pour la réalisation d'un centre dédié aux brûlés à Skikda par la société Travocovia, une des filiales du groupe Condor, en sus de l'abus de fonction lors de la conclusion de marchés avec l'opérateur public de téléphonie mobile Mobilis pour l'acquisition de téléphones portables et tablettes auprès du groupe Condor.
Concernant le chef d'accusation de financement de la campagne électorale de l'ancien Président, Abdelaziz Bouteflika, pour la Présidentielle d'avril 2019 annulée, pour lequel sont poursuivis Abdelmalek Sellal et Abdelghani Zaâlane en tant que directeurs de campagne, le tribunal a décidé l'extinction de l'action publique.
Lors du procès, le procureur de la République avait requis une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d'une amende d'un million de DA à l'encontre des anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal. Le procureur de la République avait, également, requis une peine de 3 années de prison, assortie d'une amende d'un million de DA à l'encontre de Abdelghani Zaâlane, poursuivi dans cette affaire en sa qualité de directeur de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika qui s'était porté candidat à la présidentielle annulée d'avril 2019.
Abdelghani Zaâlane est poursuivi pour financement occulte de la campagne électorale de Bouteflika. Dans son réquisitoire, le procureur avait affirmé que la famille Benhamadi avait versé près de 6 milliards de centimes à la direction de la campagne de l'ancien Président, contraint à la démission par le mouvement populaire du 22 février 2019.
Les accusés étaient poursuivis pour « indus avantages » dont avait bénéficié le groupe Condor, « blanchiment d'argent », « dilapidation et utilisation de fonds de banque », et « financement occulte de partis politiques et de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat présidentiel ».
Karim A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.