L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les premiers labels seront bientôt délivrés
Start-up
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 12 - 2020

La première vague de projets innovants, start-up et incubateurs, bénéficiant d'une labellisation délivrée par une commission multisectorielle, est prévue vers la fin décembre-début janvier prochain, a indiqué, mardi, à Alger, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'Economie de la connaissance et des start-up, Oualid El-Mahdi Yacine.
À l'occasion de l'installation de la Commission de labellisation des «start-up», «incubateurs» et «projets innovants», le ministre a estimé que «le timing (du début de labellisation) est plutôt correct» puisqu'il coïncidera avec la mise en application de la loi de finances 2021 qui introduit «de nouvelles exonérations fiscales pour les start-up».
La labellisation permettra ainsi à la start-up de bénéficier de ces exonérations. Le ministre a annoncé que cette commission se réunira périodiquement «en moyenne deux fois par mois» et permettra d'étudier les demandes qui seront réceptionnées «exclusivement» sur le portail www.startup.dz qui a été également lancé mardi.
Le choix du tout numérique dans les démarches administratives pour l'obtention du label est motivé, selon le ministre, par sa détermination à en finir avec la «bureaucratie qui s'est enracinée dans nos administrations» et qui est «l'obstacle majeur qui a entravé l'aboutissement de centaines de projets». L'obtention du label «Start-up» est conditionnée par deux facteurs essentiels : l'innovation et la croissance non linéaire, explique Noureddine Ouaddah, cadre au ministère.
Alors que l'octroi du label «Projet Innovant» dépendra essentiellement de «la croissance du projet et de son business plan», ajoute. M. Ouaddah.
Enfin le label «Incubateur» exige de présenter des services tels que le coaching et la formation, une bonne qualification de l'équipe ainsi que des résultats probants quant à l'aboutissement des projets suivis, enchaîne le cadre. Une fois le label obtenu dans un délai qui «n'excède pas les 15 jours», les start-up ouvriront droit aux exonérations fiscales, concernant les taxes sur les bénéfices et sur la valeur ajoutée (TVA), qui peuvent s'étaler jusqu'à 5 ans, indique le ministre. Cela en plus de la possibilité de bénéficier du soutien du Fonds de financement des start-up qui a été doté de 1,2 milliard de dinars, et profitera, en outre, aux porteurs de projets, avant même la création de leur société et l'obtention du registre de commerce, rappelle-t-il.
Ce fonds fera de l'investissement dans le capital, impliquant un facteur de risque que les mécanismes de financement classiques ne supportent pas.
Le but de la création des labels «Start-up» et «Projet Innovant» est de proposer aux jeunes entrepreneurs un «cadre organisationnel et juridique» qui leur permet de bénéficier de facilitées assurées par l'Etat.
Outre le financement et les exonérations, ce cadre leur donne accès à des facilitations dans les domaines de «l'accompagnement, du coaching et de la formation dans l'entrepreneuriat», explique M. Oualid El-Mahdi Yacine. Les porteurs de projets pourront profiter, en plus, de l'accompagnement des accélérateurs publics (Algeria Venture) qui seront lancés début 2021, à Alger mais aussi dans d'autres régions du pays, affirme le ministre. La commission de labellisation, que préside le ministre, est composée d'une dizaine de membres. Elle renferme des compétences dans différents secteurs, représentant les ministères impliqués dans le soutien des start-up, précise le ministre.
Des ministères qui ont la «volonté de faciliter les démarches aux porteurs de projets innovants», ajoute-t-il.
À noter que l'installation de cette commission est la concrétisation des annonces faites lors de la Conférence nationale dédiée aux start-up «Algeria Disrupt 2020», tenue le 3 octobre dernier.
Quelque 2 000 start-up activent actuellement en Algérie, selon des données approximatives du ministère.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.