La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'année blanche sera-t-elle évitée ?
Marché automobile en Algérie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 01 - 2021

Les perspectives pour une hypothétique relance de l'activité automobile en Algérie s'assombrissent de plus en plus. De l'année qui vient de s'éclipser subsistent des relents de décrépitude avancée dans ce secteur et de profondes désillusions chez des milliers de clients en quête d'un véhicule pour leurs besoins de locomotion.
Les espoirs nés du processus de réorganisation de l'activité automobile initié par le gouvernement au cours de l'automne dernier se sont finalement estompés. Le retour tant souhaité à une situation normalisée semble être reporté aux calendes grecques.
Les récentes déclarations du ministre de l'Industrie ont eu l'effet d'une douche froide aussi bien sur la corporation que sur les entreprises économiques en attente de nouvelles acquisitions, indispensables à leurs activités.
En assénant d'une manière tranchante que «le marché des voitures n'est pas une priorité» pour le gouvernement, il laisse clairement entendre que les suspensions des importations vont se poursuivre encore. Et même s'il précise, en parallèle, que l'intérêt est plutôt accordé au développement d'une industrie automobile, cela ne saurait se réaliser avant 3 ou 4 années.
L'argument de la devise
L'argument imparable avancé par Ferhat Aït Ali est la forte baisse des revenus en devises de l'Etat, ce qui nécessite, à l'évidence, une rationalisation dans les dépenses et une affectation étudiée des budgets, en fonction des besoins du pays. Il dira à ce sujet : «Avec la baisse des réserves de change, des prix du pétrole, nous devons préserver les réserves, unique garantie du dinar et de la souveraineté du pays, pour le fonctionnement de l'économie et de la vie publique. Pour cela, il ne faut pas que le citoyen fixe lui-même ses besoins personnels ou catégoriels concernant les importations du pays.»
Le refus d'un financement en devises des importations du véhicule neuf est accompagné d'un niet catégorique à toute velléité de relance de celle des véhicules de moins de trois ans. Certes, c'est une attitude constante chez ce ministre, mais qui aurait pu se justifier par une reprise des activités des concessionnaires ou d'une production nationale effective. Aujourd'hui, face à une situation de pénurie persistante, un fonctionnement limité des transports en commun, le citoyen est tout simplement livré au diktat des barons du marché de l'occasion qui réalisent, sur son dos, des marges colossales. Les prix des véhicules d'occasion ont, effectivement, atteint des niveaux jamais égalés auparavant. De véritables records de plus-value. Un exemple édifiant de cette regrettable conjoncture, une citadine, Made in Bladi, millésime 2019, 27 000 km au compteur, achetée à 2 450 000 est revendue à 3 500 000 DA, soit un million de dinars de bénéfice net. Il en est de même pour toutes les catégories, toutes les marques et tous les modèles.
Faire supporter au citoyen les dérives d'une mauvaise gouvernance
À travers ces nouvelles déclarations, le premier responsable du secteur de l'industrie semble suggérer aux citoyens de prendre leur mal en patience et de se préparer, dès maintenant, à une accentuation des effets d'une crise économique et financière qui ne fait que commencer.
Autrement dit, il aura, encore une fois, à subir, malgré lui, les dérives gravissimes d'une gestion chaotique du pays par les différents gouvernements qui se sont succédé à la barre.
Cette nouvelle sortie médiatique de Ferhat Aït Ali a fait sortir l'opinion publique de ses gonds. Des réactions diverses et variées qui rappellent le poids juridique d'une loi votée par les deux chambres du Parlement et adoptée par le gouvernement et soulignent également que «le véhicule n'est pas une priorité pour le ministre, mais ça l'est pour le consommateur algérien».
D'autant que les perspectives ne laissent présager aucune issue à cet imbroglio, et qu'aucune solution alternative n'est proposée au citoyen, aux entreprises et aux administrations publiques.
Avec les retards pris dans l'étude et l'examen des 180 demandes d'agrément déposées par les différents opérateurs nationaux et étrangers, et le souci, maintes fois renouvelé, de ménager les réserves en devises, il est d'ores et déjà attendu que l'année 2021 soit blanche, ou tout au moins avec des importations particulièrement réduites.
B. Bellil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.