Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pandémie brouille la frontière entre travail et vie privée
Selon un rapport de l'OIT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 01 - 2021

Où s'arrête le travail et où commence la vie privée ? La pandémie et ses cohortes de travailleurs à domicile ont brouillé un peu plus la frontière entre les deux et méritent que l'on y porte plus d'attention, met en garde l'ONU mercredi.
Le travail à domicile va perdurer, ce qui signifie que les employés auront besoin d'une meilleure protection et d'une meilleure connaissance des droits et des risques liés à ce nouveau mode de vie, souligne l'Organisation internationale du travail (OIT), dans un rapport.
«Quand le monde a été frappé brutalement par la pandémie de Covid-19, des légions de travailleurs se sont convertis du jour au lendemain au travail à domicile afin de protéger leur emploi et leur vie», souligne l'agence onusienne, pour qui «il n'y a aucun doute que le travail à domicile va encore gagner en importance dans les années à venir».
L'organisation estime qu'en 2019, donc avant l'épidémie qui a démarré en Chine et s'est ensuite répandue dans le monde entier — quelque 260 millions de personnes travaillaient à leur domicile soit environ 7,9% du nombre total de travailleurs. Le Covid-19 a fait bondir ce taux à environ 20% durant les premiers mois de la pandémie, estime l'agence.
L'OIT distingue trois catégories de travailleurs à domicile: les personnes qui télétravaillent de façon permanente ainsi qu'un grand nombre de travailleurs qui produisent des biens dont la fabrication ne peut être automatisée comme la broderie, la production artisanale ou l'assemblage électronique et une troisième catégorie concernant les employés de plateformes numériques (traitement des déclarations de sinistres, travaux de révision de documents ou encore des annotations de données destinées à alimenter les systèmes d'intelligence artificielle par exemple).
Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, la plupart des travailleurs à domicile sont considérés comme des indépendants alors que dans les pays riches, ils sont majoritairement employés. La plupart sont des femmes (147 millions en 2019 contre 113 millions d'hommes en 2019).
«La réglementation en matière de travail à domicile s'avère souvent insuffisante et le respect de la réglementation en vigueur demeure un véritable défi», note l'OIT, notamment à cause de ce statut d'indépendant qui «les exclut du périmètre d'application du droit du travail».
Ainsi, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, pratiquement «tous les travailleurs à domicile (90%) exercent leur activité de manière informelle».
«Pour les télétravailleurs le grand risque c'est l'effacement de la différence entre le temps de travail et le temps pour soi et pour la famille», souligne le rapport, qui insiste sur le besoin de prendre en compte les risques psychologiques liés au fait de travailler de manière isolée.
Il est aussi important «d'introduire un ‘'droit à la déconnexion'' pour assurer le respect des frontières entre vie professionnelle et vie privée». L'agence note que l'un des plus importants atouts du travail à domicile est la flexibilité des horaires et en général elle constate que les travailleurs à domicile font des journées plus courtes. Pour ces travailleurs, l'offre de structures de garde d'enfants est très importante «pour accroître la productivité et aider à l'équilibre entre le travail et la vie privée et pour ce qui concerne les travailleurs à domicile dans le secteur manufacturier, cela aide potentiellement à briser le cycle de pauvreté», souligne l'OIT.
Mais de manière générale, ces travailleurs sont «moins bien lotis». Ils gagnent en moyenne 13% de moins au Royaume-Uni, 22% de moins aux Etats-Unis d'Amérique, 25% de moins en Afrique du Sud et environ 50% en Argentine, en Inde et au Mexique.
«Les gouvernements, en collaboration avec les organisations de travailleurs et d'employeurs, doivent œuvrer ensemble afin de s'assurer que l'ensemble des travailleurs à domicile — qu'ils pratiquent le tressage du rotin en Indonésie, qu'ils fassent du beurre de karité au Ghana, du marquage de photos en Egypte, qu'ils fabriquent des masques en Uruguay ou qu'ils télétravaillent en France — puissent passer de l'invisibilité au travail décent», insiste l'OIT.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.