Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Revoir les pratiques, pas le système»
MOHAMED CHARFI, PRESIDENT DE L'AUTORITE NATIONALE INDEPENDANTE DES ELECTIONS :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 01 - 2021

Mohamed Charfi précise que le rôle de l'autorité nationale indépendante des élections qu'il dirige était de consacrer la rupture avec les pratiques du système, concernant les élections et «non pas une rupture avec le système».
M. Kebci - Alger (Le Soir) - S'exprimant, hier mercredi, au forum du quotidien El Hiwar, le président de l'Autorité nationale indépendante des élections a affirmé que cette dernière émanait des «entrailles» du mouvement populaire du 22 février 2019 dont elle constitue «l'une des revendications phares». D'où sa mission cardinale de «consacrer la rupture avec les pratiques du système concernant les élections et pas une rupture avec le système», a-t-il dit.
Une rupture qui est passée, selon lui, entre autres, par «l'éloignement de l'argent sale de la pratique électorale, avec l'adoption de mécanismes de contrôle en amont comme en aval de l'opération électorale». Dans le même ordre d'idées, il évoquera vaguement, il est vrai, ce qui constituerait les grands axes du projet d'amendement du code électoral que le panel que pilote le Dr Ahmed Laraba est en cours de finaliser à l'effet de le distribuer, comme annoncé, tout récemment par le chef de l'Etat, aux partis pour enrichissement.
Ainsi, l'ancien ministre de la Justice parle d'un «mode électoral» autre que celui en vigueur. Un mode électoral loin d'être nouveau puisque, selon lui, tous les modes électoraux sont connus de par le monde, il s'agit simplement d'en adapter un à notre pays. Le seuil de 4% des voix exprimées lors du précédent scrutin, exigé pour toute candidature, sera revu à la baisse, manière, a-t-il expliqué, «d'encourager les candidatures, notamment parmi les masses juvéniles». À ce propos, Charfi a tenu à apporter une autre précision puisqu'il ne s'agit pas de candidatures au nom d'une quelconque organisation de la société civile, les candidatures se faisant au nom de partis politiques ou à titre d'indépendants.
Des candidatures indépendantes, notamment de jeunes, qui seront stimulées et encouragées selon des mécanismes touchant notamment au financement de leur campagne électorale. Aussi, il est prévu que le diplôme universitaire serait exigé non pas pour tout candidat, mais selon un seuil qui sera exigé pour toute liste électorale, comme c'est le cas pour la présence féminine sur ces listes. Et au président de l'Anie de soutenir «ne pas faire de fixation particulière sur le taux de participation», sa mission principale étant de «consacrer un processus démocratique sain, transparent et crédible». Ceci, en garantissant que «la voix de tout un électeur ne sera pas détournée ou pervertie». Mission à laquelle «l'appui» de tout un chacun, notamment la société civile, est plus que souhaité.
Charfi a, par ailleurs, démenti avoir procédé à un quelconque remue-ménage parmi les coordinateurs de l'Anie au niveau des wilayas. Il a, cependant, fait part d'une enquête menée parmi les personnels de l'instance, qui a dévoilé que certains de ces membres étaient adhérents à des partis.
Car, pour lui, «personne n'acceptera de candidater alors qu'un membre de l'Anie est membre d'un parti».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.