Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rêver à perdre la raison !
Ouvrage collectif J'ai rêvé l'Algérie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 01 - 2021

J'ai rêvé l'Algérie est le titre de l'ouvrage collectif présenté hier lundi à la librairie L'Arbre à dires de Hydra à Alger, en présence de l'éditrice Selma Hellal (Barzakh) et d'une représentation de la Fondation Friedrich Ebert.
J'ai rêvé l'Algérie comporte des témoignages, des récits et des fictions, écrits par 16 écrivains ou écrivaines, journalistes, psychologues, médecins, étudiantes ou étudiants, etc., militants ou non, tous algériens.
«De quelle Algérie rêvez-vous, et pourquoi ?» telle était la question, simple qu'en apparence comme le fait remarquer Amina Izarouken de la Fondation Friedrich Ebert Algérie, en quatrième de couverture du nouvel ouvrage. «Si on la sonde vraiment, elle accule, elle nous enjoint de dépasser généralités et banalités expéditives», écrit encore Amina Izarouken. Chaque auteure et auteur auraient pu dire : «I have a dream !» (je fais un rêve !) comme Martin Luther King, dans son historique discours du 18 août 1963 devant le Lincoln Memorial à Washington.
Arab Izar a fait «Des rêves modestes et fous ». «Rêver la recherche scientifique autrement» est le vœu de Khadidja Boussaïd. De quelle Algérie rêvent Bouchra, Fériel et Zaki ? «Depuis que cette question m'a été posée, il y a quelques semaines, j'essaie de rêver, d'entrevoir l'Algérie de mes rêves ! Je n'arrive pas à en avoir une vision dans le futur. À chaque fois que j'essaie de me représenter l'Algérie de mes rêves, je me tourne vers le passé. Je crois que je revois l'Algérie des années quatre-vingt, celle de ma jeunesse», écrit Bouchra Fridi, née avant 1962. «De quelle Algérie rêvez- vous ? Quel drôle de question, tiens ! De quelle Algérie je rêve, moi ? Je rêve justement d'une Algérie où il serait possible de rêver», répond sa fille Fériel Kessaï, 32 ans. Zaki Kessaï, 23 ans, fils de Bouchra, lui «se rêve cinéaste ou rien». «Nous devons sauver l'avenir», pense Salah Badis. Dans sa fiction, le journaliste Chawki Amari pense à un temps futur «Quand la machine remplacera le journaliste, qui écrit déjà sur une machine». Une autre œuvre de fiction, avec Petit scénario d'anticipation à l'usage des tyrans, écrite par la journaliste et écrivaine Sarah Haidar.
L'ouvrage comporte également La dernière danse, une fiction écrite par Wiame Awres, Smart-Country de Hajar Bali, Capharnaüm de Atiqa Belhacene, Terre inconnue de Habiba Djahnine, La balade du centenaire de Samir Toumi, L'histoire de G. de Louisa Mankour, Hamma 2034 : Le fabuleux destin de Betbota de Mohamed Larbi Merhoum et, enfin, L'Agora de Akçil Ticherfatine.
L'ouvrage collectif J'ai rêvé l'Algérie. Témoignages, fictions et récits, paru chez Barzakh, est un projet initié et financé par la Fondation Friedrich Ebert Algérie, dans la continuité des ateliers d'écriture mis en place depuis 2005, en coopération avec les Editions Barzakh. Il est distribué gratuitement dans plusieurs librairies dont L'Arbre à dires à Alger, L'Intellectuel à Tlemcen, Malek-Alloula (Oran), La Librairie Cheikh (Tizi-Ouzou), Gouraya (Béjaïa), Book Zone (Constantine), La Révolution (Annaba) ainsi qu'au siège de la Fondation Friedrich Ebert à Alger. Il est aussi en accès libre et téléchargeable sur le site https://algeria.fes.de/publications.
Le livre est en cours de traduction pour une édition en arabe.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.