Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Algérie Télécom: déploiement de 104 Km de fibre optique à Tamanrasset en 2020    Marché de Tidjelabine : Les prix s'envolent dès le premier jour    Le Liban renoue avec la contestation populaire : «Journée de la colère» au pays du Cèdre    D'amour et de guerre : Une littérature de combat    A l'initiative d'Appel égalité / La place des femmes dans le hirak    USM Alger : Zeghdoud remplace Froger    Face au refus du Maroc d'accueillir l'équipe Algérienne : La CAF tranchera pour un report ou une délocalisation de la CAN-U17    Italie : Ounas victime de propos racistes    Crue de l'Oued Meknassa à Chlef : le bilan s'alourdit à neuf morts    Education nationale : Oudjaout reçoit des représentants de syndicats du secteur    Ramadhan : Les médias appelés à étre responsable dans la sélection des programmes    Femmes, un combat universel    Journée internationale de la Femme : Ouverture d'une exposition d'œuvres artistiques    Cinéma. La 35e édition des prix Goya (Espagne) : Las Niñas (Les filles), meilleur film    Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Match reporté à une date ultérieure    La JSK avec un effectif au grand complet    Joan Laporta, le grand retour    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Fin de la polémique sur les «tarawih»    L'Algérie épuise ses stocks de vaccins    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Tendances instables    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain
Sa disparition était passée inaperçue en raison de la pandémie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 01 - 2021

«On me prend toujours pour un mec bizarre !» Plastic Bertrand revient, à 66 ans, avec un dixième album, nouveau chapitre d'une carrière folle, jouant sur l'image d'ovni qui lui colle à la peau.
L'église San Domenico Maggiore, qui a déjà subi des vols dans le passé, abrite une collection d'œuvres importantes. Certaines ont déjà été mises à l'abri dans des musées de Naples, comme des tableaux de Caravage, de Raphaël et du Titien.
Un Salvator Mundi, un tableau de l'atelier de Léonard de Vinci qui était exposé dans une église de Naples, a été retrouvé dans l'appartement d'un Napolitain alors même que sa disparition était passée inaperçue en raison de la pandémie.
L'œuvre volée — représentant un Christ «sauveur du monde» — était accrochée dans le musée de la basilique San Domenico Maggiore, qui fait partie d'un célèbre complexe monastique du centre historique de Naples.
Selon le procureur de Naples, Giovanni Melillo, aucune plainte de vol n'avait été enregistrée. «Nous avons en fait contacté le prieur qui n'était pas au courant de la disparition, car la pièce où le tableau est conservé n'avait pas été ouverte depuis trois mois.» Les musées italiens ont très peu été ouverts depuis une dizaine de mois en raison de l'épidémie causée par le coronavirus.
Selon des images diffusées par la police, cette œuvre était nichée au sein d'une grande alcôve avec d'immenses portes en bois dotées d'une clef ancienne en principe gardée dans un coffre-fort.
L'enquête est en cours, mais «il est plausible que ce soit un vol commandité par une organisation s'occupant de commerce international d'art», a ajouté le procureur devant la presse napolitaine, lundi soir.
Le tableau a été retrouvé samedi dernier au sommet d'une armoire, chez un commerçant de 36 ans qui affirme l'avoir acheté dans «une brocante». Une carabine a été saisie dans sa chambre à coucher.
Alfredo Fabbrocini, qui a dirigé l'opération de police, a évoqué une enquête «complexe» et exprimé sa «grande satisfaction d'avoir restitué un bien d'une aussi grande importance à la ville de Naples».
L'église San Domenico Maggiore, qui a déjà subi des vols dans le passé, abrite une collection d'œuvres importantes. Certaines ont déjà été mises à l'abri dans des musées de Naples, comme des tableaux de Caravage, de Raphaël et du Titien.
En 2017, un Salvator Mundi attribué à Léonard de Vinci avait été acheté pour 450 millions de dollars par les autorités émiraties, avait à l'époque annoncé le musée du Louvre Abu Dhabi.
Un Salvator Mundi adjugé 450 millions de dollars
Ce tableau de 65 cm sur 45, où le Christ émerge des ténèbres, bénissant d'une main le monde tout en tenant un globe transparent dans l'autre, avait été attribué en 2010 à Léonard de Vinci, après des recherches approfondies encore contestées par certains experts. Mais en 2019, tandis que la France et l'Italie commémoraient les 500 ans du génie italien, le tableau le plus cher du monde qu'ils espéraient emprunter était introuvable.
L'œuvre se trouvant à Naples qui s'en inspire est une huile sur bois, attribuée à un autre artiste de l'école du grand maître lorsqu'il séjourna de nouveau à Milan à la fin de sa vie, au tout début du XVIe siècle, avance le musée de la basilique sur son site internet. Elle a probablement été achetée à Milan par un conseiller et ambassadeur de Charles Quint. Le Salvator Mundi attribué à Léonard de Vinci et celui du musée napolitain avaient été exposés ensemble à Naples en 2015 pendant une exposition organisée à l'occasion d'une visite du pape François dans cette ville.
L'iconographie du Salvator Mundi s'inspire d'une représentation du Christ de l'époque byzantine, d'abord reprise par des peintres flamands.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.