Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Charfi répond aux «petits» partis
Loi électorale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 01 - 2021

Aux partis n'ayant pas de représentants au niveau des assemblées élues et qui crient à l'exclusion, le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) répond que faute de parrainage d'élus, ces partis doivent compter sur le soutien populaire au même titre que les listes indépendantes, pour pouvoir prendre part aux élections législatives ou locales. Pas question, assure Charfi, de reproduire le marchandage des listes, affirmant que «souk eddlala, c'est fini» !
Nawal Imès- Alger (Le Soir)- Si les dispositions du projet de loi portant loi électorale ne fait pas l'unanimité au sein de la classe politique, le président de l'Autorité nationale indépendante des élections n'y voit que des vertus. Mohamed Charfi affirme que le texte redonnera de la crédibilité à l'acte politique et rétablira la confiance perdue, en mettant un terme à des pratiques peu vertueuses. C'est le cas du marchandage des listes électorales auquel la loi mettra un terme.
C'est d'ailleurs, dit-il, pour cette raison que les partis qualifiés de «petits» vont devoir être soumis aux mêmes dispositions que les listes indépendantes, et devront chercher le parrainage des citoyens pour pouvoir valider leur participation aux élections législatives et locales. Si cette disposition est critiquée par les concernés, le président de l'Anie affirmait, hier lundi, sur les ondes de la Chaîne II de la Radio nationale que c'était là la seule manière d'éviter un autre type de marchandage. Il assure en effet qu'«avant, c'était souk edlalala !
De nombreux walis ont affirmé qu'il y avait une politique de quotas, et on pouvait savoir d'avance qui allait gagner, ce ne sera plus possible à l'avenir». Interrogé au sujet de la possibilité d'organiser les élections législatives et locales en même temps, le président de l'Anie a rappelé pourquoi cela était impossible, expliquant qu'il ne s'agissait nullement d'une «position philosophique ou dogmatique, ni même politique», mais que c'était dû essentiellement aux moyens humains nécessaires pour le déroulement d'une élection.
Pour jumeler les deux élections, il faudra au moins 9 000 magistrats, ce qui sera impossible vu que le nombre de magistrats ne dépasse pas les 6 000. Faisant la promotion de la mouture de la loi électorale, Mohamed Charfi assure qu'il était rare qu'un texte de loi énonce des principes généraux comme c'est le cas du texte en question. Il s'agit, dit-il, de mettre en place les bases «d'un vrai changement pour aller vers une vraie démocratie, basée essentiellement sur la liberté de l'électeur de choisir».
Mais surtout de moralisation de la vie politique, en mettant un terme à l'intrusion de l'argent sale. La disposition instituant la liste ouverte, affirme le président de l'Anie, mettra un terme aux marchandages qui avaient lieu au sujet des têtes de listes, notamment. Autre gage de transparence, la mise en place d'une commission indépendante, composée de plusieurs institutions, qui sera chargée de contrôler les comptes de campagnes et même solliciter des enquêtes auprès de la police judiciaire. Charfi promet davantage de transparence puisque, dit-il, en plus des observateurs dépêchés par les partis politiques, il sera possible aux citoyens d'être présents au sein des bureaux de vote en qualité de contrôleurs.
Il suffira, explique-t-il, d'en formuler la demande auprès de l'Anie qui envisage la présence de trois contrôleurs au sein de chaque bureau de vote, ambitionnant ainsi de se passer totalement de la présence d'observateurs étrangers. Sur les ondes de la Radio nationale, Mohamed Charfi a également évoqué la disposition imposant un certain niveau d'instruction, expliquant que la responsabilité exigeait un minimum de qualifications.
Charfi estime enfin que les avis émis par l'Anie se devaient d'être promus au rang de décrets pour leur conférer du poids.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.