Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de deux nouveaux ambassadeurs    Levée des réserves sur le navire Tinziren bloqué en Espagne    L'approche globale de l'Algérie    Le Front marocain de soutien à la Palestine prépare un plan d'action contre la normalisation    Sahara occidental: "L'UE ne doit plus se laisser faire chanter par le Maroc"    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Poursuivre l'opération d'assainissement du foncier agricole et de récupération des surfaces non exploitées    La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Tayeb Zitouni appelle à la contribution de la construction d'une économie forte    Incendie à la raffinerie de Skikda : une enquête diligentée pour identifier les causes    Pétrole: l'OPEP+ adoptera le choix approprié qui consacrera le principe de prudence    Materazzi répond à la provocation d'Ibrahimovic    «La réforme du professionnalisme vise à élever le niveau du football algérien»    Un Pass sanitaire pour les voyageurs par bateau    Chutes des premières neiges sur les cimes de Chréa    SIDA: les efforts de l'Algérie dans la prise en charge des malades salués    Accompagnement psychologique et insertion sociale des sans-abris    La 8e édition en décembre à Mostaganem    Skikda: décès d'une victime de l'incendie de la raffinerie de pétrole    Le poids potentiel de la diaspora algérienne dans l'élection présidentielle française 2022    Chlef : Le nouveau parc industriel prêt à accueillir les investisseurs    Intempéries : Eboulements rocheux sur les routes à Mostaganem et à Ténès    Le jeu des alliances a bien commencé    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Grosses manœuvres contre l'Algérie    Les engagements du ministre de la Poste et des Télécommunications    Le FLN conserve son leadership, percée des indépendants    Le Collectif des Algériens établis en France presse l'ONU à agir    Lionel Messi couronné une 7e fois    Mahrez négocie sa prolongation    Et Kouffi envoya la JSK au paradis !    Semaine du court métrage    Quatre projets de loi en préparation    L'agence Cnas d'Alger ouverte les samedis    JSK- Royal Leopards reporté en raison de la pandémie    "Nous serons prêts pour les JM-2022 !"    Une quarantaine de périmètres agricoles raccordés au réseau d'électrification    La grève nationale cyclique maintenue    La mairie d'Oran change de couleur    La médiation internationale met la pression    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Vers la révision des textes juridiques    Les indépendants exigent une enquête    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Carte blanche à Islem Gueroui    Quand Annaba s'associe avec Oman    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Novak Djokovic contre le reste du monde
Tennis :Open d'Australie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 02 - 2021

Entre les effets psychologiques de la quarantaine, les blessures avérées ou craintes et le manque de compétition, c'est un Open d'Australie peu lisible qui débute demain, lundi, à Melbourne où Novak Djokovic visera un 9e titre, son 18e Majeur.
Bonne nouvelle cependant : après quatorze jours d'isolement plus ou moins strict lié au Covid-19, les joueurs vont retrouver du public, puisque les organisateurs ont annoncé vouloir laisser entrer 25 000 à 30 000 spectateurs par jour dans l'enceinte du Melbourne Park.
«Djoko» et «le Djoker»
«Je me sens effectivement comme à la maison, et particulièrement sur le Rod Laver», a déclaré cette semaine le Serbe au sujet du principal court du complexe du Melbourne Park qui accueille le premier tournoi du Grand Chelem de la saison. Et il est bien préparé. «Quand on sort d'un bloc d'entraînement intensif et à quelques jours de l'ATP Cup et l'Open d'Australie, tu ne veux pas prendre trop de risques», a-t-il dit pour expliquer avoir privilégié une séance de kiné, quitte à manquer le premier set d'un match exhibition le 29 janvier. Ce jour-là, comme de très nombreux autres joueurs, il souffrait d'ampoules à la main après une longue période sans jouer. Le meilleur joueur actuel sur dur sera forcément l'homme à battre de cette édition 2021. Mais s'il est incontestable dans le jeu, il est contesté dans son attitude. Disqualifié lors du dernier US Open pour avoir «allumé» — bien involontairement — une juge de ligne avec une balle, il a de nouveau attiré les critiques lors de la quarantaine imposée aux joueurs à leur arrivée à Melbourne. Isolé dans des conditions VIP à Adelaïde avec le gratin du tennis, il a tenté d'obtenir une amélioration des conditions de quarantaine de ses collègues confinés à Melbourne. Mais ces propositions (notamment mise à disposition de maisons dotées de courts de tennis et des repas de meilleure qualité) adressées à l'organisation n'ont pas eu l'impact espéré, loin de là. C'est d'un ferme «non» que lui a répondu le Premier ministre de l'Etat de Victoria, et des joueurs ont été cinglants. «Certains ont besoin de rendre public tout ce qu'ils essaient de faire pour aider les autres», a ainsi commenté Rafael Nadal. Nick Kyrgios a qualifié Djokovic de «crétin» et Stan Wawrinka a ironisé sur des propositions faites «depuis Adélaïde ? Ahhahah».
Les opposants
Le tirage au sort a été rude avec Djokovic. Avant d'accéder à une éventuelle finale contre Nadal, qui visera le record masculin de 21 titres du Grand Chelem, et en l'absence de Roger Federer, le Serbe devra batailler ferme dès les 8es de finale. Pourraient ainsi se dresser sur sa route Stan Wawrinka (18e) ou Milos Raonic (15e), Alexander Zverev (7e) et Dominic Thiem (3e) qu'il avait battu l'an dernier en finale, mais qui depuis a gagné beaucoup de confiance en remportant son premier Majeur, à l'US Open. Dans le bas du tableau, Nadal, s'il est physiquement remis (il a renoncé à jouer l'ATP Cup cette semaine et n'a plus joué en compétition depuis sa demi-finale des Masters en novembre), devrait avoir un parcours plutôt dégagé jusqu'en quarts où l'attendrait Stefanos Tsitsipas (6e) puis Daniil Medvedev (4e). Ce dernier, tout comme son compatriote Andrey Rublev (8e), ont confirmé durant l'ATP Cup leur spectaculaire fin de saison 2020, en hissant la Russie en finale. Ils doivent affronter dimanche l'Italie de Matteo Berrettini et Fabio Fognini pour le titre. Chez les Français, on comptera surtout sur Gaël Monfils (11e), qui pourrait affronter Zverev en 8es. Dans le tableau féminin, où la hiérarchie est plus évolutive, Garbine Muguruza (finaliste 2020) et Ashleigh Barty (n°1 mondiale), notamment, ont fait état de grandes ambitions en atteignant la finale du Yarra Valley qui se joue aujourd'hui. Serena Williams poursuivra sa quête d'un 24e Majeur pour égaler le record de Margaret Court.
Les difficultés
Plusieurs joueurs, dont Nadal, Serena Williams, Naomi Osaka, Simona Halep, Victoria Azarenka ou Bianca Andreescu, ont renoncé à jouer ou déclaré forfait en faisant état de blessures lors de la semaine de tournois préparatoires à l'AO. Le plus probable est qu'il s'agisse pour eux de se préserver physiquement en vue du Majeur. Mais l'ex-n°1 mondial Jim Courier a souligné l'aspect «crucial» de l'approche mentale après 14 jours de quarantaine (72 joueurs ont été confinés sans autorisation de sortir quand les autres ont eu droit à 5 heures quotidiennes pour s'entraîner). Les joueurs «ont déjà dépensé beaucoup d'énergie psychique pour essayer de se mettre dans le bon état mental. Certains m'ont dit qu'il ne leur en restait pas beaucoup», a relevé l'Américain.
Serena Williams :
«A mon âge, avec ma carrière, j'essaie juste d'y aller»
A 39 ans, Serena Williams disputera son 20e Open d'Australie (8-21 février) avec l'espoir affiché de décrocher son 24e titre du Grand Chelem pour égaler le record de Margaret Court : une perspective «qui pèse» sur ses épaules, a-t-elle confié, hier, en conférence de presse. La cadette des sœurs Williams est bloquée à 23 titres majeurs depuis sa victoire à l'Open d'Australie 2017. Elle a ensuite joué quatre finales (Wimbledon 2018 et 2019 et US Open 2018 et 2019) sans succès.
Ce 24e titre du Grand Chelem, vous y pensez, il pèse sur vos épaules ?
«Bien sûr que j'y pense et qu'il pèse sur mes épaules. Et je pense que c'est bien que je l'aie à l'esprit. Mais c'est une charge qui a évolué, parce que je m'y suis habituée. C'est moins stressant.»
Vous avez déclaré forfait avant votre demi-finale du tournoi de préparation de Yarra Valley à cause d'une douleur à l'épaule droite. Comment vous sentez-vous et comment abordez-vous l'Open d'Australie d'un point de vue physique ?
«Je me sens bien. J'ai reçu beaucoup de traitements pour mon épaule. Mais je suis très confiante et je me prépare, je l'espère, pour les deux semaines qui viennent. Il est certain que c'est quelque chose que je vais devoir gérer durant la quinzaine. Mais le fait de le savoir en abordant le tournoi, ça aide. Car je sais que, ok, il faudra que j'ajoute quelques exercices de thérapie après chaque match. Je n'ai pas vraiment pensé à l'Open d'Australie quand je me suis retirée (du Yarra Valley). Je ne pensais qu'à ce que je ressentais. A mon âge, avec ma carrière, j'essaie juste d'y aller, de voir comment je me sens physiquement et de ne pas prendre de risque pour ma santé d'une façon générale.»
Et psychologiquement, comment vous sentez-vous ?
«Je ne pense qu'à une chose: à faire ce que je fais de mieux. Et au bout du compte, c'est de jouer au tennis.»
Propos recueillis en conférence de presse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.